Que les fumeurs restent fumeurs

Les dernières données statistiques sont accablantes. Il ne faut plus parler de 73 000 morts par an, mais 78 000.

78 000 vies écourtées à cause du tabagisme. Les femmes payent un lourd tribut avec une mortalité multipliée par six en trente ans. Au mois de mars 2015, les ventes de tabac sont revenues au niveau de 2013. Et selon les chiffres publiés par l’OFDT, les ventes de tabac à rouler ne baissent toujours pas, c’est ce que fument les jeunes et les populations les plus démunies. Les jeunes, parlons-en. D’après les premiers indices de la dernière étude Paris Sans Tabac, 94% d’entre eux affirment acheter leurs cigarettes chez les buralistes, alors que la vente de tabac est interdite aux mineurs. D’après le président de la confédération des buralistes, il faut chercher la faute du côté des parents et de l’éducation nationale, ben voyons !

Voilà la France et le tabac en 2015

Trois livres sont sortis ces derniers mois, L’état accro au tabac, Arrêter de nous enfumer et Comment la mafia du tabac nous manipule. A chaque fois la même rengaine, insupportable, l’industrie du tabac assassine le peuple, mais pire, l’état est complice et consentant.

14 milliards d’euros par an. Voilà le problème. Alors que le gouvernement saigne les budgets de tous ses ministères pour trouver 50 milliards d’économie, comment pourrait-il se passer des taxes du tabac ? Alors, il décide de ne pas s’en passer. Comment ? En tractant avec l’industrie du tabac. Quelles mesures ? La plus honteuse est le gel des prix du tabac début 2015, alors que le prix est la seule mesure qui a vraiment un effet sur les ventes. C’était le plan Chirac entre 2002 et 2004. L’état ne veut pas que les ventes de tabac baissent. C’est aussi simple que ça. Et le paquet neutre n’est qu’une mascarade, car même en Australie, si hardiment citée par la ministre de la santé, ce sont les augmentations drastiques des prix du tabac qui ont réellement provoqué la baisse des ventes.

Mais ces pays que l’on cite si souvent en exemples, appliquent, eux, de véritables politiques anti-tabac. En Angleterre par exemple, point de bureaux de tabac, point d’enseignes. Les cigarettes sont vendues chez des épiciers et ils ont obligation de tenir leur rayon dans des placards fermés derrière leur comptoir, qu’ils n’ouvrent que lorsque le client demande le produit. Là-bas c’est pas « paquets neutres », c’est « boutiques neutres ». Alors qu’en France les carottes rouges sont lumineuses et les horaires d’ouvertures de certains débitants sont d’une largeur qu’aucune loi Macron n’autorisera jamais.

« Hypocrisie à la française », c’est le sous-titre d’un des brûlots qui accable l’état.

Coupable et responsable. La législature actuelle n’a jamais fait pire en matière de lutte contre le tabagisme. Mais ça ne révolte (presque) personne. Taxer le fumeur, cet imbécile, est notoirement populaire. 78 000 morts par an ! Combien de familles détruites dans la douleur et la souffrance ? Plus de 200 morts par jour. Comme si un avion s’écrasait quotidiennement. Aucune mesure contre les buralistes qui vendent aux mineurs. Actuellement 40% des jeunes sortent du lycée avec la cigarette à la bouche. Alors que la meilleure des solutions pour lutter contre le tabagisme est de ne pas commencer. Il y a plus de 30% de fumeurs en France, moins de 20% en Angleterre… Les anglais seraient plus intelligents que les français ? Non, c’est le résultat d’une volonté politique. Ou plutôt d’un manque de courage. Mais on est habitué en France, il est tellement plus facile de taxer les fumeurs que d’aller chercher les fraudeurs et les multinationales qui ne payent plus d’impôt.

L’état pactise donc avec l’industrie du tabac afin que les fumeurs restent fumeurs. Malgré les dernières remontées spectaculaires, les ventes de tabac avaient pourtant chuté sur les quatre dernières années. Pourquoi ? Une bombe, une révolution : la cigarette électronique ! Arrivée de Chine, elle se répand comme une trainée de poudre par le bouche à oreille et les réseaux sociaux. Des millions de fumeurs l’essaient, les plus persévérants l’adoptent et stoppent le tabac. 400 000 selon les chiffres officiels publiés par l’INPES. Des médecins, des chercheurs, des scientifiques s’y intéressent et affirment que le risque est beaucoup moindre. Une solution, enfin, alleluia ! Une technologie de rupture est née, capable d’anéantir le tabac. C’est empirique, la e-cigarette est un miracle pour arrêter le tabac. Garder le geste, garder le plaisir, mais arrêter d’ingurgiter du monoxyde de carbone, du goudron et des centaines de produits toxiques et cancérigènes que contient le tabac fumé. Inoffensif, peut-être pas, mais tellement moins dangereux, sans aucun doute.

Qu’en fait l’état ? Rien.

Pire, il veut stopper cette hémorragie qui pourrait provoquer la fonte de ses taxes. Alors on passe une loi de santé qui va considérer que la vape est un produit du tabac. Soumettre la cigarette électronique aux mêmes restrictions que le tabac, pas de publicité, interdiction de communiquer sur le produit. Au prétexte que ça pourrait inciter les jeunes ! Balivernes, car tous les vapoteurs ne sont que des ex-fumeurs. Et les jeunes n’ont pas attendu la cigarette électronique pour se mettre à fumer.

Que ça n’existe plus ! Ou alors que ça soit géré par l’industrie du tabac, en prévoyant peut-être de nouvelles taxes ? C’est ce qui est en train de se profiler. Alors que des PME françaises créent des emplois, innovent sur des produits de plus en plus efficaces, créent une norme volontaire de qualité (AFNOR), l’état est en train d’adopter les yeux fermés, consentant, une directive européenne anti-tabac qui va permettre à l’industrie (pas française) de s’accaparer le produit pour l’étouffer et le manipuler. Comment ? En vendant des e-cigarettes qui marchent mal et qui vont décevoir les fumeurs qui veulent essayer. Les « cigalike » des cigarettiers sont déjà en vente. Le discours ? Vapotez pour moins fumer, ou quand vous ne pouvez pas fumer. En clair ? Surtout n’arrêtez pas de fumer ! Restez accro au tabac. Parce que l’industrie est accro à ses bénéfices, bien sûr, et que l’état est accro aux taxes qu’il génère, surtout.

La politique anti-tabac de l’état français est mensongère et criminelle.

La chape de plomb qui va s’abattre sur la vape est un scandale sanitaire. Les millions de vapoteurs qui ne s’intéressent pas forcément au sujet, qui consomment tranquillement leur « vapoteuse » sans se douter de ce qui se trame, vont se réveiller avec une sacrée gueule de bois en 2016. Quand on va leur expliquer que leur matériel devient illégal, que leurs liquides ne répondent plus aux normes, que s’ils veulent continuer à vapoter, il faut retourner chez le buraliste. Payer beaucoup plus cher pour des produits qui seront scellés. Et plus aucune maîtrise sur ce qu’ils vapent. Comme avec la cigarette, finalement. Autant redevenir fumeur…

Que les fumeurs restent fumeurs et tout ira bien !

> Pétition de l’AIDUCE contre la transposition de l’article 20 de la Directive Tabac


> Directive tabac : la mort de la vape en 2016


> "Moi vapoteur, j'aurai jamais du arrêter de fumer"


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.