Un TikTok et ça repart

Si vous avez, comme moi, passé l’âge des videos entre copains, vous n’avez probablement jamais entendu parler de TikTok. C’est une application mobile chinoise de partage de videos. C’est devenu, en quatre ans, le réseau social favori des ados, qui adorent ses vidéos coréennes de chats qui valsent. Un milliard de jeunes utilisent TikTok pour s’échanger des videos parodiques. 

Cette génération Z, qui ne  regarde plus les médias, n’a pas l’âge de voter. Mais elle a vite appris à utiliser TikTok pour faire passer ses idées, en 15 secondes, en jouant sur l’humour potache et l’émotion. Aux Etats-Unis, les fans de TikTok prennent la parole, lancent des pétitions, partagent des informations. C’est devenu le réseau des activistes contre le pouvoir, contre les discriminations et pour le climat. Ça a même donné des idées aux politiciens : Macron a fait ses premiers pas sur le réseau en félicitant les nouveaux bacheliers. 

Bravo, les jeunes ! Halte là, a grogné Donal Trump : TikTok est chinois, c’est une arme dans la guerre entre les Etats-Unis et la Chine. Le réseau va pomper les données des utilisateurs au profit de Pékin. Comme le fabricant chinois de smartphones Huawei. Grâce à TikTok, Pékin va pouvoir diffuser de la propagande et censurer des videos sur Hongkong. Les experts de la Chine rigolent. ByteDance, la maison-mère de TikTok, n’a pas d’intérêt stratégique pour la Chine. Et Facebook, Twitter, Youtube collectent aussi les données de leurs utilisateurs. Mais Trump veut la peau de TikTok. Il a menacé de l’interdire aux Etats-Unis, sauf si une entreprise américaine le rachète. La rhétorique anti-Pékin, ça paie toujours auprès des électeurs. TiKTok est devenu un enjeu de la féroce guerre technologique entre Washington et Pékin. 

Ça tombe bien, Microsoft est toujours en bons termes avec la Chine, où 90% des ordinateurs tournent avec son système Window. Son président a entendu l’appel du pied de Trump pour racheter les activités américaines du réseau chinois. Trump lui a donné jusqu’au 15 septembre pour conclure l’accord. En PDG de America.inc, Donald réclame même sa part du deal ! Les politiciens américains proches du président tweetent : « Ayons une entreprise américaine comme Microsoft qui rachète TikTok. C’est gagnant-gagnant. Ça garde la concurrence vivante et maintient les données hors de portée du parti communiste chinois ». Selon le Wall Street Journal, TikTok vaudrait 30 milliards de dollars. L’entreprise n’est pas rentable, mais elle fait un milliard de chiffre d’affaires. Se vendre à Microsoft, c’est le jackpot pour TikTok, dont le patron est américain. Mais les analystes financiers ne voient pas pourquoi Microsoft, dont les clients sont professionnels, dépenserait des milliards pour acheter une application qui s’adresse aux ados. Microsoft voit les choses autrement. Acheter le gâteau américain de TikTok lui permettrait d’entrer dans le marché grand public. Les fans de TikTok seront les clients de demain. 

Le monde de l’informatique évolue à toute vitesse. Les géants d’hier sont mangés par les dragons de demain. Qui se souvient encore des ordinateurs Amiga de Commodore, des PC Amstrad, des IBM 5150, des smartphones de Nokia ? Depuis quelques années, les géants américains ne font plus la loi chez les fabricants d’ordinateurs, de téléphones mobiles, de systèmes d’exploitation ou de consoles de jeux video. L’avenir n’est plus au hardware, le quincaillerie informatique, mais au soft, les logiciels, et au cloud, le nuage qui stocke vos données. L’explosion des techniques de communications inquiète les gouvernements et les utilisateurs : qui va utiliser les précieuses données, qui va contrôler les citoyens connectés, comment se protéger contre les pirates informatiques ? Finie, l’époque glorieuse de l’informatique sans frontières ! Aujourd’hui, tous les pays protègent leurs marchés et leurs précieux brevets. Une guerre sans bruit à coups de milliards de dollars, qui va enrichir les plus forts et ruiner les faibles, qui n’ont pas su s’adapter. Charles Darwin l’avait prédit en 1859 : « l’évolution biologique des espèces par la sélection naturelle et la concurrence vitale ». Remplacez espèces par informatique et voici l’avenir ! TikTok, c’est un pion utile et cher dans le jeu d’échecs planétaire. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.