Schindma37
Journaliste suisse retraité dans le Gard
Abonné·e de Mediapart

355 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 févr. 2020

La fourmi française chante toute l’année

Schindma37
Journaliste suisse retraité dans le Gard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je sais, j’ai lu la célèbre fable, c’est la cigale, pas la fourmi, qui « ayant chanté tout l’été/ se trouva fort dépourvue /quand la bise fut venue ». Mais ce bon Monsieur de la Fontaine écrivait au XVIIe siècle. Aujourd’hui, c’est le monde à l’envers : la cigale du Midi ne chante que quand il fait chaud. Mais la fourmi, « pas prêteuse », amasse ses sous toute l’année. Quand elle gagne 100 euros, elle en met 15 de côté. Seuls les Allemands et les Suédois font plus fort. 

La France va mal, l’économie patine, le chômage baisse un peu, mais les Français sont assis sur un tas d’or ! C’est Le Monde qui l’affirme dans une grande enquête sur « les paradoxes de l’épargne à la française ». Hourra, tournée générale, champagne ! Et vive la France ! On se calme : c’est une mauvaise nouvelle pour l’économie française. Ces 528 milliards € épargnés au 2e trimestre de l’an passé plombent la croissance. Pourquoi ? On vous explique. Petit cours d’économie pour les nuls. 

Les Français épargnent beaucoup, mais ils préfèrent le bas de laine. Ils ont horreur du risque. Ils mettent leurs sous dans des placements de père de famille aux noms rassurants : Livret A, Livret de développement durable, Livret d’épargne populaire : 16,5 milliards l’an dernier. Le problème, c’est que ça ne rapporte rien : 0,5%, alors que l’inflation est à 1,4 %. Ils font donc des cadeaux à leur banquier ! Le pire, c’est l’assurance-vie, le placement préféré des Français. 145 milliards de plus en 2019, mais ils placent leurs sous sur des comptes en €, qui rapportent des cacahouètes, parce que les taux d’intérêt sont au fond du trou. C’est sûr, mais ça ne rapporte rien ! Ces centaines de milliards sont gérés par des assureurs, des banques et des investisseurs institutionnels, qui versent des pensions de retraite aux épargnants. Paradoxe : les Français pratiquent la retraite par capitalisation - qui fait hurler Mélenchon et Martinez - comme M. Jourdain faisait de la prose sans le savoir !

Le problème, c’est que cette montagne de pognon n’est pas investie en actions dans les entreprises françaises pour soutenir la croissance et créer des emplois, mais en obligations qui financent la dette de la France. Résultat : les étrangers rachètent les entreprises françaises. Comme l’explique l’économiste Patrick Artus : « Si l’argent des assurances-vie était investit à hauteur de 30% en actions françaises et non à 5% comme actuellement, les assureurs français deviendraient les propriétaires du capitalisme français ». Et pourquoi ils ne le font pas ? Parce qu’ils veulent des bénefs tout de suite sans prendre de risques. Quand on demande aux Français à quels placements ils font confiance, ils répondent l’immobilier 80% ; l’assurance-vie 67% ; les actions et obligations 45%. Et voilà pourquoi la croissance française traîne les pieds. 

Comme les fonds en euros sont à bout de souffle, que le taux des obligations de l’Etat français est négatif, les assureurs et le gouvernement ont fait une union sacrée : il faut convaincre les Français de prendre des risques en investissant leur épargne en Bourse. Bon courage ! Mélenchon, Martinez et Marine Le Pen, dont les compétences en économie sont égales à zéro, serinent aux Français que le grand capital gouverne la France et que le salut viendra d’une augmentation générale des salaires et d’un impôt massif sur les grandes fortunes. Le bas de laine a encore de beaux jours devant lui en France. Les Américains et les Européens ont compris depuis longtemps qu’on ne gagne pas à tous les coups à la Bourse, mais que l’argent qui dort ne garantira jamais une bonne retraite. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart