Schindma37
Journaliste suisse retraité dans le Gard
Abonné·e de Mediapart

355 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 août 2015

New York, NYC

Schindma37
Journaliste suisse retraité dans le Gard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vous avez beau y être allé plusieurs fois, revenir à New York est toujours un choc culturel. La magie de la Grande Pomme commence quand l’avion survole Manhattan la nuit, avec ses milliers de lumières à l’infini. Vous avez récupéré votre valise après l’interminable queue pour contrôler votre passeport, le policier a pris vos empreintes et la photo de votre visage, ça y est, vous êtes à NYC, comme disent les Américains.
Vous ressentez  le pouls de la ville qui ne dort jamais. Votre taxi descend la mythique 5e Avenue à minuit, avec sa circulation frénétique sur quatre files. Les gigantesques panneaux publicitaires vous sautent en pleine figure. Les enseignes des marques les plus prestigieuses - it’s the place you have to be ! - les boutiques de luxe, la foule multi-ethnique qui traverse les rues, les restaurants ouvert 24 heures sur 24. Et le bruit qui vous agresse : la sirène des pompiers, des ambulances et de la police, les embouteillages permanents, les chantiers qui travaillent jour et nuit, les livreurs qui déchargent en pleine nuit et les semi-remorques qui filent vers le New Jersey. La semaine de 35 heures, New York connaît pas !
Ce qui est fascinant, c’est l’incroyable énergie de cette ville tentaculaire. L’immobilier est en plein boom, on construit partout des gratte-ciel gigantesques, les vieux quartiers sont rasés et remplacés par des logements et des commerces. On dirait qu’il y du travail pour tout le monde. Pour les cadres en costume cravate de Madison Avenue ; pour les serveurs de restaurants, rapides et courtois ; pour les ouvriers du bâtiment qui déjeunent sur le pouce, le casque sur la tête ; pour les chauffeurs qui slaloment dans la circulation; pour les petits vendeurs de boissons au coin de la rue ; pour les flics du NYPD, harnachés avec leur pistolet, leur matraque, leurs menottes et leur gilet anti-balles. Ici, on est vite engagé, si on a besoin de vous. Mais on est aussi vite viré !
Dans les rues de NYC, la misère vous saute aussi aux yeux. A deux pas des enseignes prestigieuses, ces vieux qui dorment sur le trottoir, ces Noirs qui vous tendent un gobelet pour une petite pièce, ces types fatigués qui écrivent sur un carton qu’ils sont sans abri depuis des mois. Aux Etats-Unis, les indemnités chômage ne durent pas longtemps et l’aide sociale ne permet souvent pas de vivre décemment.
Du travail, il y en a, mal payé, sans protection sociale, si vous acceptez d’être un de ces rabatteurs vulgaires et racoleurs déguisés en Statue de la Liberté ou en majorettes à demi-nues, qui essayent de vendre des billets aux touristes pour des restaurants ou des spectacles. Vous n’échapperez pas à Times Square, ce pièges à touristes, avec ses publicités tapageuses, ses boutiques de souvenirs et ses jeunes Asiatiques qui sourient en enregistrant leur selfies sur leur smartphone au bout d’une perche. A deux pas, il y a l’usine à rêves : Broadway et ses théâtres mythiques, ses comédies musicales - The Phantom of the Opera, Mamma Mia, Le Roi Lion, représentées depuis des années. C’est ici que travaillent les meilleurs comédiens, les meilleurs chanteurs, les meilleurs producteurs, les meilleurs metteurs en scène, les meilleurs techniciens du monde. Chaque année, une vingtaine de musicals sont lancés avec un budget de plus de 10 millions de dollars chacun. Je suis allé voir Something Rotten (Quelque chose de pourri), une parodie extravagante de Hamlet de Shakespeare, avec des comédiens-chanteurs-danseurs en costumes épatants et une mise en scène endiablée. It’s show time, folks ! J’en suis sorti ébloui et ravi.
Pour découvrir NYC, il faut marcher sur la High Line, l’ancienne ligne de chemin de fer des abattoirs, transformé en promenade bucolique. Vous plongez dans des rues pittoresques, vous découvrez des entrepôts transformés en luxury condominiums qui se négocient jusqu’à 20 millions de dollars, vous verrez des parkings où les voitures s’entassent en hauteur. La dernière attraction, un must pour voir NYC d’en haut, c’est One World Observatory, une tour de 102 étages, où vous découvrez New York de 380 mètres à 360°. Une vision époustouflante, de la Statue de la Liberté à Central Park, l’Empire State Building et le Brooklyn Bridge. Les promoteurs attendent 3 à 4 millions de visiteurs par an. Cette tour est un symbole pour le maire de New York, la ville qui a tourné la page du 11 septembre 2001. En redescendant sur terre, vous comprendrez mieux, en vous arrêtant devant les deux immenses fosses noires où l’eau ruisselle le long des parois et où sont inscrits les noms des victimes.
On peut aimer l’Amérique pour son esprit d’entreprise, son dynamisme, sa liberté de penser et de croire. On peut aussi la détester pour son arrogance, son goût pour l’argent, sa passion pour les armes, son patriotisme exacerbé. Mais l’Amérique vous fascinera par sa capacité à se relever et à aller de l’avant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement