Schindma37
Journaliste suisse retraité dans le Gard
Abonné·e de Mediapart

355 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 déc. 2020

En bateau, les écolos !

Schindma37
Journaliste suisse retraité dans le Gard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Houdini est à l'Élysée. Qui ça ? Harry Houdini, le magicien le plus célèbre de l'histoire. Le roi de l'évasion, celui qui s'en sortait toujours, même menotté et enfermé dans une cage. Le champion de l'illusion. Aujourd'hui, il s'appelle Emmanuel Macron.

Le président de la République vient de réussir un fameux coup de billard à trois bandes. Il était coincé par les écolos de la Convention citoyenne sur le climat, qui lui avaient présenté 150 propositions pour lutter contre le réchauffement climatique. Bien sûr, des trucs impossibles à réaliser et qui auraient coûté 6 millards par an : rénover tous les logements passoire thermique en 2024, interdire les véhicules pollueurs dès 2025, imposer un menu végétarien dans les cantines scolaires dès 2022, taxer les billets d'avion. Le président avait imprudemment promis que toutes ces propositions serait retenues dans la loi. Et les candides écolos y avaient cru. Ils avaient oublié l'adage : les promesses n'engagent que ceux y croient. 

Déjà le bluff de Macron-Houdini avait marché une première fois. En octobre 2019, devant la vague écolo portée par l'ingénue Greta et ses millions de fans, Macron avait joué finement. Il avait instauré en grande pompe une Convention citoyenne sur le climat. 150 citoyens tirés au sort et sans compétence étaient priés de trouver des solutions. Les experts du climat avaient déjà proposé des solutions radicales que le président avait refusées : la sortie du nucléaire, la taxe carbone. Évidemment, les écolos s'étaient rués vers la Convention citoyenne. Enfin, on allait les écouter et appliquer leur programme utopique pour sauver la planète. Pendant des mois, ils avaient planché sur les propositions, ils avaient convoqué des experts qui leur avaient transmis le résultat d'années de recherches.  Tout cela aux frais de l'Etat. Le raout présidentiel avait coûté 5 millions d'euros. 

Mais quand Macron avait convoqué les participants à la Convention citoyenne sur le climat, les écolos avaient vite compris qu'ils avait été menés en bateau. 40% de leurs proposition allaient être transformées en loi, sous une forme singulièrement édulcorée. Fureur des écolos :  trahison, victoire des lobbys; cynisme du président "qui n'a jamais fait de l'écologie qu'un slogan". Pas bon pour Macron à 18 mois de l'élection présidentielle ! D'autres auraient baissé la tête et seraient rentrés dans leur palais pour s'occuper du sacré virus qui remplit les hôpitaux et les cimetières, qui détruit des emplois, et des manifestants qui protestent contre la loi sur la sécurité. 

C'était mal connaître le président du "en même temps". A la surprise générale, il était sorti du piège par une superbe manoeuvre : prendre au mot les écolos comme Nicolas Hulot et Cécile Duflot en proposant un referendum pour inscrire dans la Constitution la défense du climat. Piégés, les écolos ! La direction du parti vert a reconnu "une victoire culturelle", mais elle n'a aucune confiance dans le président. A droite, on n'est pas enthousiaste, on flaire le coup politique, le piège. Dire oui au referendum, c'est accorder la victoire à Macron. Dire non, c'est être accusé de sacrifier l'écologie aux calculs. Je vous l'avais dit : un superbe coup de billard à trois bandes. 

D'abord, à quoi va servir le référendum ? On ne connaît pas la question qui sera posée. Et on se demande ce que ça changera. Il ya déjà une charte de l'environnement, qui permet de sanctionner les atteintes. Mais surtout, le referendum, en France, a mauvaise réputation. Les Français n'ont pas oublié qu'en 2005, ils avaient dit non à la Constitution européenne et que le gouvernement s'était assis sur leur vote. 

Si le président veut faire aboutir son referendum avant l'élection présidentielle, il est parti pour un parcours du combattant. Le referendum constitutionnel à la française prévoit que le texte doit être adopté, sans changer une virgule, par l'Assemblée nationale, où le parti de Macron a la majorité, et par le Sénat, contrôlé par l'opposition. Pourquoi les Républicains feraient-ils une fleur à Macron pour se sortir du piège ? Même le premier ministre n'est pas sûr que ce soit possible, avec l'épidémie qui n'est pas maîtrisée. Et puis, il faudra mobiliser l'opinion publique et la convaincre que la Constitution sera plus efficace pour lutter contre le réchauffement climatique. 

Tous les politiques le savent : en France, lors d'un referendum, les électrices et les électeurs ne votent pas sur la question qu'on leur pose, mais sur celui qui la pose. Pour le moment, un tiers des Français sont satisfaits de leur président. Mais, dans quelques mois ? L'habile Macron-Houdini a gagné une bataille, il n'a pas encore gagné la guerre, celle de sa réélection, la seule qui compte vraiment pour lui. L'ancien président Giscard d'Estaing, qui vient de mourir, avait un jour, dit avec sagesse et cynisme : "C'est une bonne idée d'avoir choisi le referendum, à condition que la réponse soit oui". 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre