Ma vie privée sur WhatsApp

Vous avez gobé, comme moi, les promesses de la messagerie Whatsapp, utilisée gratuitement par plus d’un milliard de personnes pour échanger des textes, des images et des videos : « Quand vous envoyez un message, la seule personne qui peut le lire est la personne ou le groupe à qui vous envoyez le message. Personne ne peut rentrer dans le message. Pas les pirates. Pas les régimes oppressifs. Pas même nous ». 

Nous sommes vraiment tous des naïfs congénitaux. Nous croyons aux promesses de confidentialité de géants de l’informatique qui font des milliards en vendant nos précieuses données et en prétendant les protéger. C’est même arrivé à l’un des hommes les plus riches du monde, Jeff Bezos, patron d’Amazon. C’est une histoire croustillante - un milliardaire propriétaire d’un journal prestigieux, sa maîtresse, un journaliste assassiné et le prince Mohammed bin Salman d’Arabie saoudite - raconté par le New York Times. Un polar comme Le Carré aurait pu en écrire. Sauf que ça nous concerne tous. 

Le 1er mai 2018, Jeff Bezos reçoit sur WhatsApp un message du prince arabe. Ce n’est pas la première fois qu’ils communiquent par la messagerie. Mais cette video qui montre les drapeaux saoudien et suédois contient un code qui donne accès au contenu de l’iPhone, à ses photos et à ses communications. Un journal les récupère et menace de révéler que Bezos, marié à l’époque, a une maîtresse. Furieux, le milliardaire charge une société spécialisée d’enquêter. L’analyse accuse l’Arabie saoudite d’avoir utilisé un logiciel malveillant pour espionner et intimider le patron d’Amazon, mais aussi propriétaire du prestigieux Washington Post. Vous ne voyez pas le rapport ? Un des journalistes du Post était Jamal Khashoggi, un féroce critique du prince, qui l’a fait assassiner à Istanbul en décembre 2018.

Bon d’accord, c’est palpitant, mais en quoi ça me concerne ? Le prince Salman n’a pas l’habitude de m’envoyer des videos par WhatsApp ! Réfléchissez un peu : si on peut infiltrer le smartphone d’un des hommes les plus riches et les plus puissants du monde, vous croyez vraiment que vos photos de vacances, vos videos personnelles et vos messages sont protégées ? La technologie permet d’espionner tout le monde, les politiciens, les hommes d’affaires, les stars d’Hollywood, les journalistes, les opposants et même vous, votre femme et vos enfants ! On trouve en vente libre des logiciels malveillants à 10 $. L’industrie du logiciel espion, c’est un business qui rapporte 1 milliard de $. C’est aussi la mort de la vie privée. 

Le plus incroyable, c’est que l’un des patrons d’une industrie basée sur la technologie, Amazon, a été incapable de protéger ses précieuses données. Le NYT affirme : «Les milliardaires, ils sont comme nous ! ». L’expert en cybersécurité Christopher Pierson précise : « Leurs ordinateurs sont compromis , leurs mots de passe sont sur Internet. Leurs systèmes de cameras sont accessibles et leurs appareils sont vulnérables…ils utilisent le même mot de passe compromis pour des dizaines de comptes ». 

Là, vous commencez à vous inquiétez, non ? Bah, comme moi, vous n’avez rien à protéger ! Et vos comptes bancaires, et vos commandes sur Amazon, et votre correspondance, et vos photos et vos videos, et tout ce que vous partagez sur les réseaux sociaux, vous croyiez qu’ils étaient protégés ? Et vos mots de passe que vous n’avez pas changé depuis trois ans et que vous utilisez pour tout - vous savez, votre date de naissance ou la combinaison abc1234 ! Bien sûr, votre cousin vous a dit qu’il existe des gestionnaires de mots de passe. Mais vous ne voulez pas vous prendre la tête. Vous préférez faire confiance aux patrons de Facebook, de WhatsApp, ces milliardaires qui ont une belle tête d’honnête homme et qui vous promettent de garder votre vie privée. Alors, vous laissez la clef sur la porte et vous leur demandez de veiller sur la maison ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.