Schindma37
Journaliste suisse retraité dans le Gard
Abonné·e de Mediapart

355 Billets

2 Éditions

Billet de blog 29 juil. 2010

Affaire Bettencourt : du bon usage des fuites

Schindma37
Journaliste suisse retraité dans le Gard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est le feuilleton de l’été, la novela de l’Hexagone. Je vous parle de l’affaire Bettencourt-Woerth, bien sûr. Même le Tour de France n’a pas pu arrêter le flux continu de révélations, de rumeurs, de démentis et de déclarations fracassantes. Une histoire de famille de milliardaires devenue une affaire médiatique, financière, judiciaire et politique.

Vous n’êtes pas choqués, comme moi, par toutes ces révélations, sans vérification : les enregistrements clandestins, les carnets de notes, les procès-verbaux d’interrogatoires, les petites phrases prononcées en privé ? Et moi qui croyait, grand naïf, que la présomption d’innocence et le secret de l’instruction étaient les piliers de la justice française. Pas du tout, rétorquent les réd en chef de Médiapart, du Point, du Canard Enchaîné et du Monde : et le droit du public de savoir, vous en faites quoi ?

Bon, le patron du site Médiapart, Edwy Plenel, mène une guerre personnelle contre le président et son gouvernement. Pour lui, tous les coups sont bons : à chaque jour son scoop, ses interviews exclusives, ses appels au soutien de ses abonnés et même des plaintes en justice. Mais les autres journaux, ils ont oublié les règles de base du métier : vérifier, confronter, rectifier ? Ils publient en vrac les faits, les rumeurs, les indiscrétions, les manipulations d’avocats. Et évidement, le bon peuple en redemande. Tous les ingrédients sont touillés quotidiennement : le fric, le mensonge, la dissimulation, l’évasion fiscale.

Pendant que l’affaire Bettencourt-Woerth fait les choux gras de la presse française et alimente les conversations de comptoir, de l’autre côté de l’Atlantique, une affaire autrement plus grave agite l’Amérique : le site d’information Wikileaks rend publics plus de 90 000 documents confidentiels de l’armée américaine sur la guerre en Afghanistan. Ces bombes médiatiques révèlent que le Pakistan, allié des Etats-Unis, soutient les talibans, que le nombre de victimes civiles est dissimulé et que le contingent américain s’est rendu coupable de “bavures” jamais rendues publiques : assassinats, bombardements de civils.

Ce n’est pas le première fois que le dessous d’une sale guerre sont rendus publics aux Etats-Unis. Ce qui est original, cette fois, c’est que les documents secrets ont été soumis par Wikileaks à trois journaux : le New York Times, le Guardian et Der Spiegel, en les priant de vérifier l’authenticité des révélations avant de les publier. Le site Wikileaks, créé en 2006, mène une croisade pour que les gouvernements s’ouvrent à l’information, en publiant des documents confidentiels. Mais il n’a pas les moyens de tout vérifier, comme les grands quotidiens. Vous vous rendez compte ? C’est comme si Médiapart avait proposé au Monde, au Figaro et au Nouvel Observateur d’écouter les enregistrements clandestins chez Liliane Bettencourt, de lire les procès-verbaux d’interrogatoire avant de les publier.

Impensable en France. Mais la presse américaine ne fonctionne pas comme ici. Une de ses règles de base, c’est qu’avant de publier un article mettant en cause une institution ou un politicien, on lui soumet l’article pour lui permettre de réagir. Le correspondant à Washington du New York Times s’est rendu à la Maison Blanche pour présenter les documents secrets, pour lui donner l’occasion de les commenter et de réagir. Vous imaginez Edwy Plenel présentant les enregistrements clandestins à l’Elysée ?

Bien sûr, Barack Obama a condamné la publication, et le Pentagone ouvert une enquête pénale sur la fuite de ces documents. Le créateur de Wikileaks, Julian Assange, a des ennuis avec la justice américaine et il se cache. En France, Nicolas Sarkozy aurait certainement lâché Brice Hortefeux sur l’infâme journaliste. Comme Mitterrand l’avait fait quand Edwy Plenel était soupçonné de vouloir révéler l’existence de la fille illégitime du président.

Vous croyez vraiment que si la presse française avait en main des documents secrets sur la guerre menée en Afghanistan par l’armée française ou sur le soutien des services secrets à la lutte contre Al-Qaïda au Maghreb, elle s’empresserait de les publier, après vérification à l’Elysée ? Vous êtes vraiment encore plus naïfs que moi !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux