La Finlande, pays du bonheur?

J'ai vu un reportage sur la Finlande et donc appris beaucoup de choses intéressantes sur ce pays.

Les enfants en primaire ont 2000 heures d'école en moins par an et font tout de même partie des tout meilleurs quant à leurs résultats en secondaire. Dans leur apprentissage, les touts petits sont amenés à débattre, voir contredire leurs enseignants. L'après midi, ils peuvent rester à l'école pour jouer jusqu'à 17 heures. En primaire, ils apprennent les tâches ménagères, filles et garçons font tout. On leur enseigne le droit de se tromper, de ne pas hésiter à parler, même si c'est pour dire une bêtise. On leur inculque la persévérance, c'est à dire que rien n'est impossible. Ce qui amène une confiance en soi et une bonne image d'eux-mêmes, ces éléments si indispensable à un bon équilibre dans une vie d'adulte. 

Dans la ville décrite dans le reportage, il n'y a pas de SDF car on leur alloue un logement. Une femme témoigne. Elle ne peut plus travailler suite à une maladie et elle touche 1000 euros de revenus. Pour se nourrir, elle se rend dans une école qui, après chaque repas, vend tous les restes à 3 euros la portion de nourriture via une application. Les repas dans les cantines sont gratuits pour tous.

La population et les politiques, soumis à une éthique rigoureuse, ne font pas preuve d'angélisme et admettent que tout n'est pas parfait.

Ce qui m'est venu à l'esprit, c'est que tout ce que j'ai vu est simplement du bon sens. Ce n'est pas une politique de gauche ou de droite.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.