sdm94
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juin 2018

Pour des États Généraux de la Démocratie

Pour ses 60 ans la 5ème république aborde la 25ème révision de sa Constitution. Nous, collectifs de citoyens, demandons la tenue d’États Généraux de la Démocratie afin d’ouvrir le débat public sur la place du citoyen dans nos institutions.

sdm94
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  Pour ses 60 ans la 5ème république aborde la 25ème révision de sa Constitution qui entend modifier durablement les règles du jeu démocratique.  Mais dans notre système représentatif, pour cette réforme qui engage fortement l'avenir de notre vivre ensemble,  la voix des citoyens est largement ignorée. Nous, collectifs de citoyens, demandons la tenue d’États Généraux de la Démocratie, associant les mouvements citoyens et comportant des dispositifs massifs de participation directe afin d’ouvrir le débat public sur la place du citoyen dans nos institutions. C’est le seul moyen de permettre une restauration de la confiance dans la politique.

  La perte de confiance des citoyens dans le système politique est devenue un lieu commun : sentiment de ne pas être représenté, éloignement et opacité des lieux de décisions que ce soit au niveau local ou européen, démission du politique pour défendre les biens communs et l’intérêt national face aux intérêts privés, scandales répétés... Le système représentatif traverse une crise profonde. Il apparaît plus que jamais inadapté à la société française d'aujourd'hui où les citoyennes et citoyens ne supportent plus de subir des décisions prises sans eux. Quelle confiance les citoyennes et citoyens peuvent-ils accorder aux politiques pour réformer eux-mêmes  leurs règles de fonctionnement ?

Pour la première fois, le parlement s’est emparé du sujet en amont des propositions de l’exécutif. Fin 2017, l'assemblée nationale a auditionné plusieurs collectifs et réalisé une consultation citoyenne, mais au final les quelques propositions visant à favoriser la consultation par les élus des citoyennes et citoyens ne leur reconnaissent pas de pouvoir de décision. Pire encore, les mesures envisagées par l'exécutif ne gardent aucune trace de ces propositions ni des timides engagements de campagne pour  « développer la participation des citoyens » à travers la mise en place de "dispositifs innovants d’évaluation du travail parlementaire" ou "l'encouragement des villes à développer les budgets participatifs".

  Depuis de nombreuses années des collectifs de citoyens réfléchissent, expérimentent et militent pour une rénovation de notre système politique afin qu'il prenne en compte les préoccupations des citoyennes et citoyens. Certaines propositions s’attachent à améliorer le fonctionnement des élections comme la reconnaissance du vote blanc ou la mise en place de scrutins au jugement majoritaire. Il y a ceux qui inventent des outils numériques pour faciliter le lien entre élus et citoyens. D’autres envisagent le renouvellement des mécanismes de représentation par l’introduction du tirage au sort, notamment pour assumer un rôle de contrôle des pouvoirs, ou encore par l’expérimentation de mandats impératifs. D’autres encore s’attachent à promouvoir l’avènement de dispositifs de démocratie directe comme les référendums d’initiative citoyenne en toutes matières, le développement de l’intelligence collective des assemblées citoyennes ou l’expérimentation des principes de la démocratie liquide. Cette liste d'initiatives n'est pas exhaustive et est en évolution permanente.

  Face aux enjeux à venir, qu'ils soient écologiques, économiques ou même géostratégiques, et vu l'état de défiance vis-à-vis du politique, il faudrait enclencher, en lieu et place d'une révision constitutionnelle, un véritable processus constituant pour refonder le pacte républicain. Il est d’ailleurs à noter que de nombreux collectifs ont proposé des modalités pour ce processus qui sont disponibles sur la place publique. Puisque, pour la plupart de ses réformes, l'exécutif s'est astreint à réaliser des concertations publiques - même si celles-ci n'ont eu que peu d'impact sur ses arbitrages finaux - il est essentiel d'emprunter à nouveau cette voie.

  C'est pourquoi, afin que cette révision de la  Constitution, cadre de la souveraineté, puisse, au travers d'un large débat public, redonner confiance aux citoyennes et aux citoyens dans leur système politique, nous demandons la tenue d’États Généraux de la Démocratie incluant des collectifs citoyens ainsi que des dispositifs massifs de participation directe.

Premiers collectifs signataires :

Allons Enfants, le parti de la jeunesse - A nous la démocratie - Les Citoyens Constituants - Citoyens Lobbyistes d'Intérêts Communs - Comunidée - Coopérative Politique Écologie Sociale - #Datagueule - Démocratie Ouverte - ECHO Citoyen - Histoires populaires - Jury Citoyen - Mieux Voter - Parti Pirate - Parti du vote blanc - #Pnyx ta Maire - La Relève Citoyenne - Sénat Citoyen - Themis - Utopia

Personnalités signataires :
Isabelle Attard, ancienne députée - Dominique Bourg, chercheur (université de Lausanne) - Henri Cabanel, Sénateur - Paul Cormier, chercheur (centre Emile Durkheim) - Dimitri Courant, chercheur (université Paris 8 et de Lausanne) - Chaynesse Khirouni, ancienne députée - Joel Labbé, Sénateur - Yves Sintomer, chercheur (université Paris 8)

Pour soutenir cette tribune une pétition est ouverte sur Mes Opinions

Une page est ouverte sur Lobby-Citoyen pour relayer vers les parlementaires les amendements des collectifs citoyens signataires

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr