seb193
Révolté, engagé pour plus de justice sociale. Je travaille en Afrique sur des projets d'éducation et d'insertion socio-économique
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2017

Emmanuel Macron rejoint officiellement la France Insoumise !

C'était dans les cartons depuis un moment, c'est désormais officiel ! L'ancien candidat à la présidentielle et figure de proue du mouvement "En Marche" rejoint le mouvement citoyen "La France Insoumise" présidé par Alexis Corbière. C'est par l'intermédiaire d'un tweet laconique qu'Emmanuel Macron aujourd’hui âgé de 54 ans a annoncé son choix. (Politique fiction)

seb193
Révolté, engagé pour plus de justice sociale. Je travaille en Afrique sur des projets d'éducation et d'insertion socio-économique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean Luc Mélenchon et Emmanuel Macron en 2017 © RTL

 Tweet d'Emmanuel Macron "J'ai réalisé sur le tard que mon positionnement politique devait rejoindre mes valeurs profondes" @FranceInsoumise"

Suite au message d'Emmanuel Macron, la France Insoumise s'est exprimée par l'intermédiaire de sa porte parole Nathalie Kosciusko Morizet :

" Nous ne pouvons que nous réjouir de ce renfort et la compétence de M. Macron ne pourra que nous être bénéfique. Il va sans dire qu'à titre personnel le symbole est encore plus fort. Ce ralliement montre que les idées que ce soit à moyen ou long terme prennent désormais le dessus sur une position partisane et un biais issu de l'appartenance à une classe sociale. J'avais été fustigé pour mon choix en 2025, mais je crois avoir ouvert un sillon qui ne peut être que bénéfique au débat d'idées.

Ce n'était une surprise pour personne, c'est maintenant officiel. Emmanuel Macron a réalisé sa mue et se dit prêt à s'engager sur le terrain de "ses valeurs". Le jeune homme brillant propulsé trop tôt sur le devant de la scène par une élite économique persuadée de trouver en lui un pantin a mis longtemps à se reconstruire. Donné favori des sondages lors de l'élection présidentielle de 2017 en profitant de l'argument du vote utile pour contrer la candidate et future présidente Marine Le Pen et de sa nouveauté "relative" sur la scène politique. Le candidat d'En Marche avait fini par échouer à 1 point de la candidate populiste d'extrême droite laissant la France dans le Chaos pendant 5 ans. 

Nul besoin de Carbone 14 pour dater le "basculement" d'Emmanuel Macron. Les plus de 40 ans ont encore en mémoire les regards plein d'admiration lancés à Jean Luc Mélenchon alors tribun et candidat de la France Insoumise à l'occasion du premier débat présidentiel du 20 mars 2017. Impossible pourtant d'imaginer que ce débat au cours duquel il était censé défendre son projet allait être à l'origine de son basculement idéologique. Le candidat d'En Marche "alors" défenseur des thèses néolibérales qui étaient mises en place en Europe depuis près de 30 ans avec les conséquences désastreuses que l'on connaît ( taux de chômage record, montée des extrêmes, Brexit, Donald Trump, taux de pauvreté très important et donc élection de Marine Le Pen en France...) était pourtant bien loin des thèses défendues par l'homme de gauche qu'est Jean Luc Mélenchon. ( Limitation des hauts salaires, sortie des principaux traités de libre échange, planification écologique, passage à la 6ème République...) 

Suite à l'énorme désillusion et au choc provoqué par l'élection de Marine Le Pen. Emmanuel Macron avait au lendemain de la présidentielle pris ses distances avec le monde politique. Il prit plus encore ses distances avec le monde dans lequel il semblait pourtant s'épanouir ( celui des élites économiques et financières de notre pays). Apparemment touché par les nombreuses critiques qui faisaient de lui le candidat de l'argent, voire un candidat totalement hors sol selon beaucoup de ses détracteurs. A l'image de Nathalie Kosciusko-Morizet que certains surnommaient à l'époque la "Princesse Morizet". Il avait choqué l'opinion par plusieurs de ses sorties médiatiques qui consumèrent la séparation du jeune énarque avec les classes populaires notamment.

Petit florilège non exhaustif de certaines des déclarations polémiques de Emmanuel Macron:

"Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires."

"Les salariés doivent pouvoir travailler plus, sans être payés plus si les syndicats majoritaires sont d'accord"

"Vous n'allez pas me faire peur avec votre t-shirt, la meilleur façon de se payer un costard c'est de travailler."

Le choc allait être violent et allait bouleverser beaucoup de ses certitudes. Il était temps pour Emmanuel Macron de voir le monde comme il est, d'en comprendre les souffrances, loin d'une bulle de confort qui avait selon ses dires façonné une vision du monde tronquée. Sa décision soudaine de s'installer dans une ville sinistrée du nord de la France afin d'y occuper un emploi d'assistant social bien loin du glamour et des lauriers qu'il avait connu acheva de dissiper ses illusions sur la nature du système économique néolibéral et l'aida à comprendre les ressorts du vote " Le Pen" engendré par ce même système dont il était la rustine utilisée pour colmater les brèches en 2017.

"La prise de conscience profonde du changement climatique et de l'opportunité de refonder notre système sur des bases solidaires et viables à long terme et pour le plus grand nombre devint même une évidence pour moi. Comment avais-je pu autant me tromper?"  Confia-il récemment à l'occasion d'une interview pour le journal "Le Bilboquet"

Il aura en effet fallu du temps à Emmanuel Macron pour rejoindre le faisceau d'idée contre lequel il s'opposait avec tant de véhémence. La France insoumise de Jean Luc Mélenchon comme il le reconnait à demi mot "portait les idées dans lesquelles je me retrouve aujourd’hui." La lutte contre les inégalités, la refonte de notre système politique, la transition écologique, la remise en question de notre système économique libéral et basé uniquement sur la marchandisation de toute chose qui étaient et sont toujours le cœur des idées de la France insoumise avaient malgré un élan populaire certain été stoppés à 2 pour-cent d'un accès au second tour. La révolution portée par la France Insoumise était trop profonde pour l'élite économique et politique en place depuis 30 ans. Ce sont ces mêmes élites qui bien aidées par le système médiatique ont laissé grandes ouvertes les portes de la présidence à Marine Le Pen.( Pour rappel Marine Le Pen dans la continuité du Brexit et de l'élection de Donald Trump avait battu au second tour Emmanuel Macron défiant tous les pronostics des sondeurs qui le donnaient largement gagnant.)

La suite vous la connaissez : 5 ans de politique désastreuse pour la France avec des taux d'inflation sans précédent, un recul de la démocratie, une inaction criminelle concernant la lutte contre le changement climatique ayant eu pour effet de multiplier par 10 le nombre de réfugiés voulant entrer en Europe. Une pauvreté galopante et une recrudescence de l'intolérance et de la xénophobie... Conséquences non exhaustives

Si l'on peut saluer la décision sur le tard de Monsieur Macron. On peut légitimement se demander s'il n'est pas trop tard, si le mal n'est pas déjà trop profond, alors qu'il n'aurait eu qu'a ouvrir les yeux en 2017 pour permettre au vieux monde de se terminer. Qu'importe votre décision Mr Macron l'Histoire vous regarde de son regard lourd et accusateur.

Ps : Allez Manu! Tu es sincère, je peux le sentir. Affranchis-toi de tes chaînes rejoins la France Insoumise. Sois à la hauteur de l'histoire, un monde meilleur est possible. Tout ne se monnaye pas, le travail n'est pas le centre de la vie. La planète n'attendra pas, les millions de gens qui souffrent de l'injustice de notre système, qui meurent partout dans le monde du manque de solidarité et de l’égoïsme de notre monde n'attendront pas non plus ton revirement.

VIENS ON SERA BIEN ;) 

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND