40/40 - CONCLUSION - SOLUTIONS ? - ALLER PLUS LOIN

UNE AUTRE VISION DE LA COVID. La Covid est une réalité. Mais quel est le risque réel ? Les mesures prises sont-elles justifiées ? Trop d'infos ne circulent pas. Pour tenter une autre histoire de la Covid, j’ai compilé plus de 2000 ressources, Certitudes, hypothèses, questions... et au final une publication de 80 pages à découvrir dans ce blog sous forme de 40 épisodes quotidiens.

Conclusion - Solutions ? - Aller plus loin... Conclusion - Solutions ? - Aller plus loin...

Conclusion. A défaut de solutions, des propositions

«Entre la naïveté totale et le complotisme, il y a la place pour la lucidité», nous dit Didier Raoult, qu’on l’aime ou pas.

Après près d’un an d’hystérie politico-sanitaire, que faire ? On ne peut pas continuer ainsi. L’idée n’est pas de casser tout ce qui a été fait, tout n’est pas à jeter. Mais d’avoir l’honnêteté de reconnaître ce qui pourrait fonctionner, et ce qui n’a pas marché.

Rien n’est moins sûr, mais si ce virus devait perdurer dans le futur :
- Doit-on décider que pour cette maladie, contrairement à toutes les autres, on n’a plus le droit de mourir et que l’on doit en conséquence assister à l’effondrement de notre civilisation, de confinement en confinement ?
- Doit-on laisser faire la nature, comme nous l’avons fait depuis la nuit des temps, en prenant des mesures pour soigner, pour limiter les décès, vouloir les éviter totalement étant évidemment illusoire ?

Avec le recul, quelles sont les solutions qui semblent pertinentes ? Sans utiliser les mots «barrière» ou «isolement» qui me dérangent, voici quelques pistes, car il ne suffit pas d’observer, de s’interroger ou de critiquer...

Prise en charge :
- Agir, et vite. La réactivité semble essentielle.
- Dépister bien sûr. En réservant les tests (efficaces) aux personnes symptomatiques (d’autant plus si elles font partie des personnes «à risque») ou leurs contacts proches, pour leur délivrer les résultats très rapidement.
- Responsabiliser les malades. Pour qu’ils préviennent leur entourage, limitent les contacts et adoptent le port du masque pour limiter la transmission pendant leur période de contagiosité.
- Traiter. Tenter de soigner, vite et tôt, pour éviter les formes graves et limiter les hospitalisations. Impliquer les médecins de ville. Surveiller son taux d’oxygène dans le sang à domicile avec un oxymètre en cas de test positif ou de symptômes. Mettre en place une meilleure prise en charge précoce dans les hôpitaux. Etudier et définir sérieusement des pistes de traitement.
- Sauver. Améliorer durablement la capacité d’accueil hospitalière pour permettre la prise en charge des formes les plus graves (moindres en raison de meilleurs traitements).
- Protéger : sensibiliser au besoin de protéger les personnes vulnérables. Par exemple, laisser sa place assise et garder une distance physique avec une personne âgée qui monte dans le bus avec un masque FFP2.
- Prévenir. En boostant nos systèmes immunitaires. Sport, activité physique pour une meilleure immunité et une meilleure forme physique, d’autant plus lorsque l’âge avance. Meilleure alimentation pour une meilleure résistance générale (et une réduction en partie de problèmes d’obésité par exemple). Limiter le stress et l’anxiété. Sortir de chez soi pour se charger en vitamine D (et en prendre en complément si nécessaire). Entretenir des liens sociaux.

Hygiène :
- Se laver les mains régulièrement. Mais est-il encore nécessaire de le rappeler...

Et lorsque le virus est en phase de «circulation active» :
- Garder une distance physique avec les autres.
- Limiter les grands rassemblements qui ne permettent pas de pouvoir effectuer les gestes simples (lavage de mains, distance physique). Jauges à définir en intérieur / extérieur.
- Porter un masque pour protéger les autres, quand on est soi-même malade, et dans les lieux clos et/ou dans lesquels la densité de population nombreuse rend la distanciation physique impossible.
- Porter un masque type FFP2 ou FFP3 si on le souhaite quand on est une personne «à risque».
- Inciter au télétravail. Mis en place correctement, il n’est pas contre-productif.
- Aérer, renouveler l’air et purifier l’air dans les espaces clos.

Et puis, à terme, si le virus s’installe durablement et crée des pics épidémiques importants et réguliers, l’option du vaccin pour les personnes à risque (qui le souhaitent) reste bien évidemment une option non négligeable, dès lors qu’il aura fait preuve de son efficacité et de son innocuité.

Les autres mesures semblent nettement plus discutables…

Il faudrait également au plus vite déterminer des indicateurs d’une potentielle reprise épidémique afin de mettre immédiatement en place les mesures définies en cas de «circulation active» et celles de «prise en charge». La piste de surveillance des eaux usées semble par exemple être un indicateur particulièrement précieux.


Conclusion. Quelques mots pour ceux que ce document va déranger

Je suis tout d’abord désolé de ne pas avoir réussi à susciter chez eux ne serait-ce qu’une envie de débattre sereinement. Il est vrai, comme le dit Mark Twain, qu’ «il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés».

Je déposerais bien pour m’enrichir facilement un brevet sur le mot «complotiste» qu’ils ne manqueront pas d’utiliser, tant ils manquent sans doute d’arguments à opposer. Je serais ravi de m’asseoir autour d’une table pour qu’ils me démontrent que tout ce que contient ce document est faux, en toute objectivité, sans jouer sur les mots ou les quelques erreurs qu’il contient sans doute.

Alors parlons-en franchement, du complotisme… Allons-y… plutôt que pousser de grands cris enragés sur les plateaux télé, ou de décrire ce phénomène comme une maladie contagieuse à soigner dans la presse. On mettra de côté le fait qu’on qualifie ainsi tous ceux qui n’adhérent pas au discours ambiant actuellement et on pourrait plutôt définir comme «complotiste» une personne qui relève des données qui tendraient à démontrer qu’une élite riche et puissante mènerait des actions secrètes pour asservir la population du monde et autres réjouissances.
[Source(s) liée(s) : 421]

Et là c’est open bar de thématiques en tous genres, s’appuyant sur des projets existants ou totalement fantaisistes… Bill Gates, Soros, ses parts dans une société pharmaceutique à Wuhan, Sionistes, Francs-maçons, Labos, 5G, Nano particules, Réduction de la population, Gouvernement mondial, Asservissement, Réunion de répétition de pandémie fin 2019 (Event 201), Stèles mystérieuses Georgia Guidestones, Financement partiel du labo de Wuhan par les américains, Passeport sanitaire, Scénario de Lock Step prémonitoire de la fondation Rockefeller, Puce vaccinale sous-cutanée, ID2020, Grand Reset, Revenu universel, Bilderberg, Rockefeller, Club de Rome, Forum économique mondial, réunions du club Le Siècle, Lois sécuritaires, Obsession vaccinale, Fin de la propriété... On pourrait en faire des kilomètres… Certaines théories, basées sur des données existantes, sont effroyables. Et si nos gouvernements voulaient nous y emmener, ils ne s’y prendraient pas forcément beaucoup mieux. Certains parlent même d’un génocide mondial programmé… Mais serait-il imaginable que certains de nos semblables, nés des mêmes voies naturelles que tout un chacun, soient assez détraqués pour élaborer de tels projets ? Il s’agirait là des plus grands psychopathes que la Terre ait jamais portés. Et dans quel objectif qui ne soit pas atteignable par d’autres moyens ?

Bref, petit complot, ou grand complot, des gens se posent des questions. Il ne s’agit pas de céder aux sirènes du conspirationnisme. Mais si la seule réaction aux questions du peuple est de les qualifier de «complotistes», au lieu d’apporter des réponses claires et sincères, cela ne fait qu’alimenter ces thèses complotistes.

Prenons le cas du film «Hold-Up». Certes, ce film contient des approximations, des erreurs. Certes, il dérive sur des théories de manipulations de masse. Mais il soulève également un certain nombre de questions légitimes. Pourquoi ne pas avoir lancé le débat intelligemment sur les points qui le demandent, en mettant de côté ceux qui ne méritaient pas d’être traités, en démontrant qu’ils ne sont pas recevables ?
[Source(s) liée(s) : 355 + 392]

Encore une fois, c’est binaire. Soit on doit croire tout ce qu’on nous dit (ou ce qu’on ne nous dit pas) sans se poser de questions, soit on est un complotiste qui croit que la Terre est plate, le con.

Le peuple n’est pas complètement idiot. Si les dirigeants politiques ne sont pas tous des dictateurs en puissance, ils ne sont en revanche pas tous non plus l’Abbé Pierre. Corruption politique, scandales sanitaires, conflits d’intérêts, ventes obscures d’armes… tout ceci existe. Alors si le peuple a le sentiment qu’on lui cache quelque chose, il est en droit de se poser des questions, c’est naturel, c’est même un devoir.

Quand les personnes les plus influentes et les plus riches se réunissent dans des clubs fermés et y tiennent des réunions dont le contenu est gardé secret, comment ne pas semer le doute ? Qu’ont-ils à cacher ?

Et puis quand on lit mi-novembre 2020 que le chef de l’OMS suggère que les restrictions COVID continueront même après la vaccination, que les quarantaines, la surveillance, le traçage des contacts et d’autres mesures seraient toutes maintenues même après la généralisation du vaccin. Quand dans son livre «Covid-19: The Great Reset», le mondialiste du Forum économique mondial Klaus Schwab affirme que le monde ne reviendra « jamais » à la normale, bien qu’il admette que le coronavirus « ne constitue pas une nouvelle menace existentielle ». Quand un haut responsable de l’armée américaine déclare que le port de masque et la distanciation sociale deviendront permanents, tandis que le rédacteur en chef de la sécurité internationale de CNN, Nick Paton Walsh, affirme que le port obligatoire de masque deviendra « permanent », « juste une partie de la vie », et que le public devra « s’y faire »…
[Source(s) liée(s) : 476]

Alors bien évidemment, COVID ne signifie pas Crime Organisé Visant à Instaurer la Dictature... mais... Quand la théorie du complot du passeport sanitaire s’est transformée en projet de loi... Quand la théorie du complot des camps d’isolement est devenue une réalité...
[Source(s) liée(s) : 1013 + 1031 + 486 + 1136 + 1147]

Je ne suis pas complotiste, je crois volontiers qu’un mystérieux plan en circulation depuis fin octobre 2020, prévoyant revenu universel, pénuries et recours à l’armée est faux. Mais en février 2021... 1) Les restrictions sont devenues permanentes au travers d’un couvre-feu qui n’en finit plus. 2) Certains pays ont amorcé la construction et/ou la réquisition d’effrayants camps d’isolement. 3) Nombreux sont ceux qui évoquent le revenu universel (France, Belgique, Allemagne...). 4) L’assurance-chômage est réformée. 5) Le gouvernement ne fait toujours rien pour augmenter nos capacités hospitalières. 6) On annonce des mutations plus dangereuses. Non ce n’est pas possible, ça ne peut être que des coïncidences temporelles. Le futur fera mentir ces documents qui ne sont que pure invention. J’en suis sûr. Je ne veux pas basculer. J’ai foi en l’humain, mais ça va finir par me chatouiller…
[Source(s) liée(s) : 1042 + 1031 + 486 + 1136 + 1147 + 68 + 413 + 455 + 524 + 963 + 1059 + 1195]

Alors, dirigeants de tous pays, éteignez la flamme du complotiste qui sommeille potentiellement en chacun de nous. La solution est simple. Faites taire les théories complotistes en donnant des réponses, en optant pour la transparence, en associant les peuples qui vous ont élus aux décisions que vous prenez pour eux. Sont-ils trop inférieurs à vos yeux pour comprendre les enjeux du monde ? Ne peut-on pas tous ensemble décider de ce qui est bon pour tous ?

Entendez les doutes et les craintes, débattez, démentez, prouvez, rassurez, pour que ces théories arrêtent de circuler. Et mettez en place des actions et des règles fortes qui protègent le monde des dérives redoutées par les théories complotistes. Assurez-vous que ceux qu’on décrit comme «complotistes» aujourd’hui ne seront pas considérés comme «terroristes» demain, arrêtés, emprisonnés, éliminés, pour simplement avoir osé s’interroger et questionner. Assurez-nous que la doctrine de Günther Anders, qui nous dit que «Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels» n’est pas au programme. C’est aussi simple que cela.
[Source(s) liée(s) : 1283]

Et faites en sorte de donner des réponses concernant : le scandale du manque de moyens des hôpitaux, le scandale du Rivotril, le scandale du Lancetgate concernant l’hydroxychloroquine, le scandale du Remdesivir, le(s) scandale(s) concernant les masques (indisponibilité, usage adapté ?), le(s) scandale(s) concernant les tests (indisponibilité, mauvais calibrage ?, usage adapté ?), le scandale concernant le manque de transparence du conseil scientifique, le scandale concernant les atteintes à la liberté de prescription, le scandale concernant l’utilisation de données faussées et de projections fantaisistes, le scandale de la lettre de Daszac au Lancet concernant l’origine du virus, le(s) scandale(s) liés au «Fauci mails»... Oui, de nombreuses réponses sont attendues.

Voilà, ça c’est fait, la parenthèse est refermée.


Conclusion. Une pétition

Une pétition est associée à ce document. Elle a pour objectif de mettre fin à la folie destructrice, potentiellement bien plus délétère que la Covid-19 elle-même, qui s’est emparée de nos vies.

Cliquez ICI pour accéder à cette pétition.

Voici ce que cette pétition demande, au vu des données contenues dans ce document et des pistes proposées dans le paragraphe «Conclusion. A défaut de solutions, des propositions », en l’état actuel des connaissances :

- Investissement massif dans les HÔPITAUX, maintenant et à long terme.

- Investissement massif, économique et humain, dans une stratégie de TRAITEMENTS pour lutter contre la Covid-19.

- Enquête indépendante sur le REMDESIVIR, sur l’HYDROXYCHLOROQUINE.

- L’arrêt du principe de CONFINEMENT et la garantie que cette mesure ne sera plus jamais utilisée comme mesure sanitaire. Un troisième confinement constituerait un suicide pour notre pays. De même pour le couvre-feu et le système d’attestation dérogatoire. Réouverture des commerces, restaurants, salles de sport, stations de ski etc. (avec protocole sanitaire adapté à la situation, basé sur des certitudes scientifiques).

- Sur les MASQUES : sans remettre en cause leur utilité dans certains cas, réalisation d’études scientifiques et indépendantes afin de déterminer dans quelles conditions il peut être réellement efficace (circulation active ou non, types de lieux, public concerné…). Faciliter l’accès aux masques FFP2175 ou FFP3 pour les personnes vulnérables.

- Etablissement d’une clause de RESPONSABILITÉ des laboratoires en cas d’inefficacité de leur vaccin ou d’effets secondaires graves.

- Interdiction de tout CONDITIONNEMENT de la vie sociale (déplacements, travail, école, accès à des événements etc.) à un statut vaccinal.

- Interdiction de l’OBLIGATION vaccinale pour la Covid-19 (surtout sur une population non vulnérable et en l’absence de garanties).

- Retour à la DÉMOCRATIE. Fin de l’état d’urgence et de l’utilisation permanente du conseil défense. Rendre sa place au Parlement, avec obligation de présence pour les députés. Implication de la population dans les décisions.

- Améliorer le contrôle des potentiels CONFLITS D’INTÉRÊTS à tous niveaux.

- Préserver plus que jamais les LIBERTÉS FONDAMENTALES. Mettre fin à la surenchère sécuritaire.


Conclusion. Un dernier mot

Ce n’est pas le cas de toutes les histoires, alors souhaitons à celle-ci un «happy end».

Je ne cherche à retirer aucun bénéfice ou aucune visibilité de la diffusion de ce document. Je n’ai aucun lien d’intérêt quelconque. Je n’ai aucune étiquette politique, religieuse, idéologique ou scientifique. Je crois en l’humain pour ce qu’il a de plus beau… l’amour, le partage, la connaissance, l’intelligence... les droits de l’Homme pour tous les hommes… Je crois en la devise de notre pays, mais j’ai aussi le sentiment qu’il est en train de l’oublier.

J’ai passé beaucoup de temps à monter ce dossier, je tenais à livrer une autre vision de la situation, sans prétendre détenir aucune vérité. A chacun de s’en approprier les morceaux qui lui semblent pertinents, de les faire vivre, de les partager, de les approfondir, de les (re)valider, de les infirmer…

N’oubliez pas d’explorer toutes les ressources disponibles dans le fichier téléchargeable ci-dessous, surtout celles avec un coeur !

Continuez à vous informer, à douter, à partager… Cette histoire n’est pas terminée. Merci d'avoir suivi ces 40 tribunes depuis plusieurs semaines, merci à Mediapart de mettre à disposition cet espace d'expression. N’hésitez pas à consulter celles que vous avez ratées. Vous pouvez également télécharger ci-dessous le document complet dont elles sont tirées, ce document ayant encore été complété et augmenté depuis la mise en ligne de ces tribunes.

Et pendant ce temps… Les populations de vertébrés ont chuté de 68 % en moins de cinquante ans, les deux tiers des animaux sauvages ont disparu… et tout le monde s’en fout !
Source(s) liée(s) : 160]

Sébastien . Citoyen . Humain
contact@covidholdon.fr


Une autre vision de la Covid . Version initiale le 09 décembre 2020. Mis à jour et augmenté régulièrement depuis, et jusqu’à ce jour.

Retrouvez l'épisode précédent ici : 39/40 - UNE ÉPOQUE INIMAGINABLE - QUELLES RESPONSABILITÉS ?

Cette tribune est extraite du document "Une autre vision de la Covid" publié pour la première fois le 09 décembre 2020, puis mis à jour et complété jusqu'à ce jour.

Pour lire le document en intégralité (40 épisodes) sans attendre : Télécharger le document complet

Pour consulter les [sources] auxquelles fait référence ce texte : Télécharger la liste des sources

L'auteur : Sébastien, citoyen français, 43 ans, pacsé, papa, travailleur indépendant. Sans lien d’intérêt quelconque. Sans étiquette politique, religieuse, idéologique ou scientifique. Attaché à la liberté et à l'intelligence.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.