Frachon23
Antiraciste, Anticapitaliste et Antisexiste.
Abonné·e de Mediapart

111 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 déc. 2012

2012, la fin du monde...médiapartien.

Frachon23
Antiraciste, Anticapitaliste et Antisexiste.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ces derniers temps, sans doute porté par la peur de cette fin du monde tant annoncée, je m'étais mis un peu en marge de la vie médiapartienne. Trop occupé à entasser boites de conserves diverses et bouteilles d'eau grand format dans mon abris anti-fin du monde. Les préoccupations et états d'âmes des blogueurs n'attiraient plus beaucoup mon attention de futur survivant d'un autre monde où je pourrai, à convenance, crier mes colères, pleurer mes peines, chanter mes amours et encenser la vie nouvelle.

Mais, le 21 décembre passa et rien ne trépassa. Tous le monde était toujours là. Les mêmes. J'attendis quelques jours aux fins de voir si une erreur de calcul temporel et divinatoire ne s'était glissée dans ce cafarnaum médiatique. Toujours rien.

Noël s'annonça, vint et s'en alla comme d'habitude.

Devant la nouvelle année qui se presse d'arriver, je ne peux donc que conclure que c'est donc reparti pour un an.

Aussi, je reviens vers mes occupations de ma vie d'avant qui est aussi ma vie d'après. Bref.

Ainsi, c'est aujourd'hui qu'un contact, « Giulietta la subversive », m'interpelle par un message médiapartien. Je suis vite revenu sur terre. Et à la lecture du billet communiqué par ma contacte, j'avoue être extrêmement échaudé par l'attitude de Médiapart.

J'aurai pu me mêler au billet avec le traditionnel méli-mélo des phrases assassines. J'aurai pu participer au jeu du commentaire le plus recommandé car le plus insultant ou le plus faux-cul. J'aurai pu, aussi, me faire plaisir en m'attaquant de manière obsessionnelle et gratuite à un blogueur dont le pseudo ne me convient pas. J'aurai pu, enfin, annoncer mon désabonnement pour me faire remarquer puis y revenir avec prétention en faisant une pirouette.

Aujourd'hui, au travers de Giulietta, qui soit dit en passant fut parmi mes premiers contacts, c'est une certaine presse ou plutôt une idée certaine de la presse qui agonise d'une lente et pathétique maladie : la médiapartite aigue.

Cette maladie qui est véhiculée par le vecteur P.E.C (Plenel Et Consorts) débute par la promotion d'un journalisme participatif qui repose sur 3 piliers : la libre circulation des idées, l'égalité du traitement de l'information et la fraternité d'une nouvelle vague de blogueurs-journalistes. Autant dire : liberté, égalité, fraternité, des fondamentaux somme toute très républicains.

Puis, cette maladie se mue en une sorte de tumeur de la conscience de soi et du libre arbitre, en développant chez certains médiapartiens une émulation collective autoritaire, frénétique voire sectaire qui retourne le cerveau. Cela peut alors s 'exprimer par la dénonciation d'untel, l'accusation d'un autre ou la diffamation d'une cible par action concertée ou spontanée d'un groupe atteint du syndrome de la médiapartite aigue et qui, bave aux lèvres, se ruent sur la proie désignée pour la conduire sur l'échafaud.

Enfin, cette maladie dans sa phase terminale, voit son vecteur PEC transformer la médiapartite aigue en la négation de ce qu'elle était au début. Une presse aux ordres, conformiste et de caste. Aux ordres du Gourou PEC. Aux conformisme d'une presse symptomatique des malaises d'un monde à bout de souffle qui se meurt sans plus aucunes illusions ni utopies. De caste car étant l'expression d'un certain élitisme et dandisme rive-gauche tendance rive-droite qui, à la fin, exclue toujours le plus faible ou le plus petit.

Il est évident que si je vous écris tout cela, c'est que ma petite période de recul m'a sûrement sauvé un instant du virus qui m'avait pourtant attrapé comme tout à chacun. Je profite donc de ce moment de « réveil » pour exprimer tout mon soutien à Giulietta et pour condamner les cadres de la planète Médiapart et leurs sous-fifres qui ne sont apparemment pas à la hauteur de l'enjeu.

Dont acte...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc