Dernier restaurant avant la fin du monde

Notre époque m'évoque le film "La grande bouffe".

Notre civilisation se gave jusqu'à faire baigner ses dents du fond, dans une logique goulûment auto-destructrice.

Nous gonflons avec une bonhomie évidente.

Le problème, fatal à échéance, est celui des déchets.

Nous ne les expulsons pas, nous les gardons dans notre gaster.

Incapable de transformer, recycler, nous enflons jusqu'à l'implosion.

Jouissons des derniers mets...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.