Saviez-vous qu’une 3ème tour est tombée le 11 septembre ?

Saviez-vous qu’une 3ème tour est tombée le 11 septembre ?


L’association américaine ‘ARCHITECTS AND ENGINEERS for 9/11 truth’ (Architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11 septembre) a officiellement lancé sa campagne d’information ‘Rethink 911’ (Repositionnez-vous à propos du 11 septembre) dans douze des principales mégalopoles des Etats-Unis, en passant par Vancouver et Toronto au Canada, ainsi que Londres et Sydney. (1)

 

L’association ‘ARCHITECTS AND ENGINEERS for 9/11 truth’ (AE911Truth) (2)a été fondée en 2006 par l’architecte américain Richard Gage, spécialiste – entre autres – des immeubles de grande hauteur et membre de l’Institut Américain des Architectes. AE911Truth est une association à but non lucratif et non partisane, rassemblant à ce jour 2 021 architectes et ingénieurs diplômés à travers le monde. (La validation des demandes d’adhésion des architectes et ingénieurs n’est effective qu’après vérification des diplômes des pétitionnaires). Cette association a pour but d’informer le public au sujet des doutes émis par des professionnels de la construction et des scientifiques quant aux effondrements des trois tours du complexe du World Trade Center de New York dans la journée du 11 Septembre 2001. AE911Truth ne prétend pas apporter LA réponse sur les causes des effondrements, mais les observations, analyses et études scientifiques des dizaines de professionnels questionnent le rapport officiel de la commission d’enquête initiée par le gouvernement Bush, et les faits apportés sont suffisamment éloquents pour que le public et les professionnels, en aient connaissance. L’association réclame en outre l’ouverture d’une commission d’enquête menée par des experts indépendants afin que s’entrouvre la porte de la vérité au sujet des véritables causes des effondrements. A moins que l’élucidation de cette problématique délicate ne soit en fait la clef d’une boite de Pandore contenant une histoire schizophrénique de notre monde, trop incroyable et horrible pour être acceptée. La question qui se pose alors aux citoyens est la suivante : veut ’on vraiment ouvrir les yeux et se permettre d’acquérir – au moins – les clefs pour savoir d’où l’on vient pour choisir où l’on va ?

Les associations nées à l’issue des évènements du 11 septembre 2001 sont nombreuses aux Etats-Unis et à travers le monde. Elles rassemblent des familles de victimes, des pompiers, des pilotes de lignes et de chasse, des scientifiques, des professeurs d’université, des médecins et de simples citoyens. Toutes se donnent le droit de douter au sujet des véritables causes des évènements, dont les réponses fournies – en un temps record (3) – par le gouvernement bush ne cessent encore aujourd’hui d’être contredites par la multitude de faits, d’analyses d’experts indépendants, de témoignages d’anciens membres du gouvernement, de l’armée et de la CIA, (4) et d’archives disponibles notamment  sur internet. Chacun, faisant de ce combat pour la vérité le chemin de sa propre vie, dénonce les conséquences désastreuses de ce point de non-retour que constituent ces évènements qui ont déclaré une guerre mondiale au terrorisme : réduction et privations des libertés des citoyens des Etats-Unis avec l’application du Patriot Act ;  officialisation de la mise en détention sans jugement pour les individus présumés proches des milieux terroristes et de l’usage de la torture ; augmentation considérable du budget du ministère de la Défense des Etats-Unis ; augmentation de la production et de la vente d’armes ; invasion, intervention armée et occupation de l’Afghanistan accusée d’être l’hôte d’Oussama Ben Laden et la plaque tournante d’al qaïda – réanimation au passage de l’exploitation massive de l’opium et du cannabis, l’Afghanistan en devenant ainsi le premier producteur mondial (5) – ; puis invasion, mise à sac et occupation de l’Irak accusée de détenir des armes de destruction massive jamais découvertes (6), appropriation et contrôle des puits de pétrole par la même occasion. La guerre au terrorisme ne connait pas de limite : le monde découvre l’été dernier que les Etats-Unis espionnent l’Union Européenne – R.A.S. depuis cette découverte (!) - et s’autorise à connaître la vie privée de chaque citoyen, notamment les utilisateurs d’internet en collectant les données numériques dont codes, mots de passe, historiques des sites visités, communications via les réseaux sociaux et tous ceci en étroite collaboration avec Facebook et Google notamment … et le président Hollande quand il interdit l’espace aérien français à l’avion soupçonné de transporter en catimini le lanceur d’alertes Edward Snowden vers un pays hospitalier dans lequel il aurait été en sécurité. La chasse aux lanceurs d’alertes, si populaires actuellement est décrétée par les Etats-Unis et d’autres ‘démocraties’ (cf : Julian Assange de WikiLeaks et Bradley Manning) tout ceci sous l’aval de Barack Obama méconnaissant ses promesses de campagne.

A travers le monde, des citoyens ont pris conscience que la démocratie a été aliénée par ceux-là mêmes qui la prônent comme seul modèle face au terrorisme, ce modèle qui,  avec ses arcanes majeures,  est en train de pourrir de l’intérieur.

C’est dans ce contexte qu’en prévision de cette 12ème commémoration des évènements du 11 septembre 2001, l’association lanceuse d’alerte AE911Truth a collecté des fonds auprès de ses adhérents et soutiens afin de lancer une campagne d’information d’une ampleur internationale.

La campagne RETHINK911 affiche sur les taxis, les bus, des camions publicitaires, dans le métro et sur les panneaux géants des grandes mégalopoles la question cruciale qui a donné naissance à l’association AE911Truth, et invite les citoyens à se rendre sur le site internet de la campagne afin d’en apprendre d’avantage  (http://rethink911.org/)  pour ne pas les abandonner face à une interrogation stupéfiante. ‘The evidence might surprise you’. (Slogan lisible sur les affiches et banderoles de la campagne).

Cette question est simple : ‘Did you know a 3rd tower fell on 9/11 ? (Saviez-vous qu’une 3ème tour est tombée le 11 septembre ?). Une information facilement vérifiable précise: ‘World Trade Center building 7, not hit by a plane, collapsed in free-fall 7 hours after the Twin Towers.’ (Le bâtiment 7 du World Trade Center, qui n’a été touché par aucun avion, s’est effondré en chute libre 7 heures après les Tours Jumelles).

Et vous, le saviez-vous ? Un sondage (7) réalisé en 2011 par HEC Junior Conseil pour le compte de l’association française Reopen911 (http://www.reopen911.info/) divulguait que seul 14% des Français savait qu’une troisième tour s’était effondrée le 11 septembre 2001.

Cette question est fondamentale, car elle n’accuse personne et n’est partisane d’aucune théorie au sujet des causes et des conséquences des évènements du 11 septembre. Elle interroge sur un fait facilement vérifiable en tapant ‘tour 7 wtc’ sur un moteur de recherche.

 

La réponse est OUI, une troisième tour s’est bien effondrée.

« Le WTC7 [1987 – 2001] était situé à 100 m de la Tour Jumelle la plus proche (la Tour n°1). Il s'est effondré sur lui-même [7 heures après les tours jumelles, à 17h20] de façon symétrique et régulière et à une vitesse proche de la chute libre. (…) Il s'agit là du troisième bâtiment à structures d'acier de l'histoire à s'effondrer de la sorte à cause d'incendies ... les deux premiers étant ... les Tours Jumelles. » - http://www.reopen911.info/ -  Extrait de ‘L’effondrement magique de la tour WTC 7’.

Richard Gage précise dans le film (8) de 15 minutes réalisé par l’association AE911Truth  que « Les incendies n’avaient jamais provoqué l’effondrement d’aucun gratte-ciel, malgré les nombreux exemples d’incendies plus chauds et plus importants, et qui ont sévi plus longtemps dans ce même type de bâtiment. Dans le cas du bâtiment 7, le feu qui, d’après le NIST (National Institute of Standards and Technology), a amorcé l’écroulement, s’était en fait pratiquement éteint plus d’une heure auparavant. Il n’a pas pu provoquer l’effondrement comme le prétend le NIST. Pourtant, ce gratte-ciel moderne [vieux de 14 ans] à structure métallique de 47 étages [194 mètres de hauteur], qui n’a été touché par aucun avion s’est écroulé sur lui-même comme un château de cartes aussi vite qu’une boule de bowling lâchées du haut du bâtiment, en à peine 7 secondes. »

L’ingénieur structure Steven Dusterwald affirme que le WTC7 s’est effondré en chute libre sur les 33 premiers mètres, ce qui induit que l’effondrement n’a rencontré aucune résistance lors de sa chute. (8). Ronald Brookman, également ingénieur structure souligne que le NIST a admis – sans pouvoir l’expliquer – que le WTC7 s’est effondré en chute libre sur les 8 premiers étages, passant instantanément de l’état stable à la chute libre. (8).

Le 11 septembre, tandis que la Tour N°7 allait s’effondrer à 17h20, les chaines de télévision couvrant en direct les évènements depuis le matin ont inscrit dans les archives du journalisme des témoignages surréalistes. Le présentateur en direct à l’antenne de la BBC précisaient à 17h08 que « Le bâtiment des Frères Salomon [du nom de la banque Salomon Smith Barney, filiale de la Citigroup principale locataire de la tour en 1988 (9)] à New York, au cœur de Manhattan, s’est aussi écroulé. […] Ce qui est confirmé. Apparemment, il était à quelques centaines de mètres des tours du WTC et cela ne semble pas être le résultat d’une nouvelle attaque, mais plutôt à cause de l’affaiblissement du bâtiment après les attentats de ce matin. Mais nous en saurons certainement plus avec notre correspondante Jane Standley. Apparemment peu de gens se trouvaient dans le bâtiment des Frères Salomon quand il s’est écroulé, mais des craintes subsistaient sur des possibles effondrements ultérieurement autour de la zone. »

La journaliste filmée en direct devant le vitrage d’une tour New Yorkaise confirme effectivement à 17h15 : « Cette partie de Down Town, derrière moi [Le WTC 7 apparaît encore visible debout en arrière-plan de la journaliste] a été totalement bouclée et évacuée, sauf pour les secouristes. C’est une initiative du maire, Monsieur Giuliani ».(10).

Le site internet  www.PatriotsQuestion911.com s’est interrogé en 2007 sur le fait que malgré les analyses et observations réalisées par des professionnels et scientifiques indépendants : « aucune mention de son effondrement [de la tourN°7] n’est faite dans le rapport de la Commission d’enquête sur le 11 septembre défini comme ‘Le rapport complet sur les circonstances entourant les attentats terroristes du 11 septembre 2001 ‘ [Rendu public en juillet 2004]. Et près de 7 ans après le 11 septembre, le gouvernement fédéral des Etats-Unis n’a toujours pas publié, comme il l’avait promis, le rapport final expliquant les causes de son effondrement. »

Finalement, il faudra attendre août 2008 pour que le NIST rende publiques – après trois ans d’études – les raisons principales ayant entrainé l’effondrement de la tour N°7 : des feux de bureaux.

La question posée par la campagne RETHING911 en appelle immédiatement une deuxième que tout citoyen s’autorisera à se poser : ‘Pourquoi cette tour est-elle tombée ?’ Le site internet de l’association AE911Truth a mis à disposition des éléments d’analyse afin de connaître les hypothèses et leurs fondements émis par des professionnels de la construction et des scientifiques indépendants. (11)

Mais lors de la découverte de ces documents, chacun pourra se rendre compte par lui-même qu’il n’est pas nécessaire d’être architecte ou ingénieur en génie civil pour être interloqué par le fait que trois tours tombent le même jour de manière scrupuleusement identique. Les Twin Towers, touchées chacune par un avion, s’effondrent sur elles-mêmes, soit. Chacun en garde un souvenir indélébile et atroce à la vue des victimes faisant des signes désespérés aux fenêtres brisées, d’autres choisissant de se jeter dans le vide pour échapper à l’étouffement et aux flammes. Le traumatisme semble avoir anesthésié le sens de raison, chacun, professionnel de la construction ou non, acceptant comme une tragique fatalité l’effondrement pourtant incroyable des deux gigantesques tours sous les yeux du monde.

Au moment même où la seconde tour (la tour Nord) est tombée, si le choc n’avait pas été si tétanisant, chacun aurait pu se dire que quelque chose ne collait pas avec les données connues à l’heure des effondrements. Effectivement, la tour Sud (ou tour N°2, 1973-2001, seconde à être percutée par un avion mais première à tomber) a désigné un modèle d’auto-démolition par effondrement ‘accidentel’ jamais constaté dans l’histoire du génie civil, puisqu’aucun autre bâtiment de grande hauteur ne s’était encore jamais écroulé à cause d’un accident de ce type et aucun à cause d’un incendie. Ce premier bâtiment s’est donc effondré symétriquement (sur lui-même) - à une vitesse proche de la chute libre comme les analyses ultérieures l’ont démontré. Soit !

Mais pourquoi la tour Nord (ou tour N°1, 1972-2001, première à être percutée par un avion) est-elle tombée elle aussi à 10h28, soit 29 minutes après la tour Sud, et de surcroit ‘exactement’ de la même manière que sa sœur jumelle ? Ces deux bâtiments, auraient pu tomber suivant une multitude de schémas différents : Ils auraient pu tomber en se déversant plus ou moins – ce qui aurait considérablement aggravé les dégâts sur d’autres immeubles –, ils auraient aussi pu s’effondrer que partiellement en incluant la première supposition. Et chaque schéma d’effondrement  aurait dû être unique dans ses détails. Aussi, ces gratte-ciel ayant évidemment été étudiés lors de leur conception pour résister à un accident d’avion de ligne, ces deux tours n’auraient donc pas dû tomber.

Francis Albert De Martini, ingénieur et responsable de la construction au WTC depuis 1993, (victime des effondrements le 11.09.2001) indiquait le 25 janvier 2001 comment se comporteraient les tours si elles étaient touchées par un accident aérien : « Les buildings [WTC 1 & 2] ont été conçus de façon à ce qu’ils puissent encaisser un Boeing 707 pleinement chargé. C’était le plus gros avion à l’époque. Je crois que les buildings pourraient supporter de multiples impacts d’avion de ligne, parce que cette structure est comme une moustiquaire de porte, une grille dense. Un avion n’est qu’un crayon qui percerait cette grille. Cela n’affecte pas le treillis de la moustiquaire »

Leslie Earl Robertson, l’un des principaux ingénieurs ayant conçu la structure des Twin Tours précisait quant à lui : « L’avion que nous avions en tête était le plus gros porteur à l’époque, volant lentement et à basse altitude, perdu dans le brouillard. Nous avons conçu les buildings pour encaisser l’impact d’un Boeing 707 à n’importe quel endroit de la tour. »

Que nous aurait dit Minoru Yamasaki – architecte des Twin Towers décédé en 1986 – au lendemain des évènements qui virent mourir – malgré ses études et celles de ses nombreux collaborateurs – près de 3 000 citoyens dans ses tours qui firent sa consécration en 1972 ? Aurait ’il été inquiété lui et les bureaux d’ingénieurs qui œuvrèrent pour que ces tours résistent aux tremblements de terre, aux incendies et à n’importe quel ‘accident’ aérien ?

Et que dire des architectes de l’agence Emery Roth and Sons, dont l’entreprise familiale d’architecture – reconnue pour avoir dessiné l’horizon de New York – a exercé pendant trois génération de 1903 à 1996 ? Quelle a été la réaction de l’architecte Richard Roth junior, qui dirigeait l’entreprise lors de la construction du WTC7 en 1987, lorsque son bâtiment s’est effondré à cause d’un ‘banal’ feu de bureaux attisé par la combustion du mobilier selon le rapport du NIST ?

Comment leurs confrères architectes et ingénieurs du monde entier pourraient ne pas se sentir concernés quand un rapport aberrant, pris en flagrant délit de négation de preuves, met en cause le travail de plusieurs années d’équipes pluridisciplinaires qui ont mis leurs compétences au service de l’histoire de l’architecture et du public ? Dans cette affaire, ce sont les architectes et ingénieurs ayant conçu et construit ces trois tours qui auraient dû être inculpés et jugés pour avoir produit des bâtiments incapables de résister à des incendies, et tuant plusieurs centaines d’usagers.

Pourquoi cela n’a-t-il pas été fait ? Probablement qu’en jugeant ces entreprises de professionnels, les expertises indépendantes demandées par la défense auraient difficilement été réfutables devant un tribunal. Non, les trois tours se sont effondrée à cause d’Oussama Ben Laden pour lequel il n’y aurait jamais de procès, tout comme il n’a jamais été inculpé pour ces ‘attentats’ par ailleurs (12).

Trois tours sont donc tombées le 11 septembre 2001, et selon le même modèle – parfaitement respecté. Évinçant l’œuvre divine, que reste-t-il à la raison pour concevoir les causes de ces effondrements ?

Après la chute de la tour N°7, Dan Rather, le journaliste star de CBS livre ses commentaires en direct : « Stupéfiant, incroyable, les mots me manquent.  Pour la troisième fois aujourd'hui, ces images nous rappellent ce que nous avons tous déjà si souvent vu à la télévision, lorsqu'un immeuble est délibérément détruit par des charges de dynamite posées judicieusement pour le faire tomber. » (8).

Puis Al Jons, journaliste pour 10-10 News décrit, lui aussi en direct, sa consternation « Le n°7 est un building de couleur brun rouge situé à l’extrémité Nord du complexe du WTC. Même si nous ne pouvions pas voir de dégâts importants sur le building, il y a eu de la fumée qui en sortait et ce pendant plusieurs heures, et les gens observaient autour sans plus. Et tout à coup, alors que je n’observais pas, je l’ai deviné en voyant la réaction de la foule. Les mêmes cris et chocs de surprise qu’auparavant. Les gens se sont retournés et se sont mis à courir, même si nous étions au moins à une douzaine de pâtés de maisons du building. Les gens s’enfuyaient de cette scène et je me suis retourné juste à temps pour observer ce qui m’a semblé être l’implosion d’un gratte-ciel. Comme si cela avait été fait par une équipe de démolition professionnelle. Toute cette structure qui s’effondre sur elle-même, et un autre gigantesque jet de nuage blanc et gris dans les airs, et encore plus de fumée s’éparpillant dans les rues de la ville. Il y a eu le WTC1, le WTC2 et maintenant le WTC7 qui vient de tomber à la suite de cette explosion. Les gens autour n’arrivent pas à y croire. (…) Vous savez, lorsque le WTC2 s’est effondré, j’étais de ceux qui ne pouvaient croire que ces tours tomberaient. Je veux dire, nous les observions et on les voyait se consumer et il y avait de la fumée sortant du toit, des dégâts, mais jamais de notre vie nous n’aurions pensé les voir tomber ».

Michael Donly, ingénieur structure indique que pour qu’un bâtiment s’écroule sur lui-même comme il a été observé sur les vidéos montrant le WTC7, il faut que toutes les colonnes d’acier soient sectionnées au même instant (8). Kathy Mc Grade, ingénieur en métallurgie, ajoute qu’un incendie de bureaux ne peut pas générer suffisamment de chaleur pour faire fondre l’acier (de l’acier en fusion a été observé par les pompiers après les trois effondrements et dans les décombres), et que la chute symétrique est la preuve flagrante de la rupture structurelle instantanée des colonnes (8).  De plus, selon Anthony Szamboti, ingénieur en mécanique : « le fait que le bâtiment 7 se soit effondré soudainement à travers toutes la largeur et la longueur du bâtiment pendant 2.25 seconde (sur 32 mètres ou 8 étages) à la vitesse d’accélération de la chute libre [rend illogique la démolition par le feu]. C’est impossible parce que les colonnes devraient flamber. Quand il y a flambage des colonnes, il y a une résistance minimale, c’est asymptotique. Ça veut dire que cela n’atteint jamais zéro. Vous ne pouvez pas atteindre la chute libre. Ca ralentirait ! Il est tombé en chute libre. Toute son énergie potentielle a été convertie en mouvement. Il est juste tombé. » (13).

« Selon le NIST, la défaillance a eu lieu sur la colonne 79 au 12ème étage. Ils parlent d’une seule colonne qui s’écroule ou d’une défaillance qui aurait causée l’effondrement de tout le bâtiment. » (Scott Grainger, ingénieur légiste en protection au feu) (8). « Il est possible qu’il y ait une rupture locale, due à une connexion défaillante, mais que cette défaillance entraine la totalité du bâtiment, de sorte que toutes les colonnes cèdent au même instant, c’est impossible. » (Kamal Obeid, ingénieur structure) (8).

Et que dire des échantillons de poussières collectées auprès de Ground Zero et analysés par des laboratoires indépendants distincts, dans lesquels les chimistes ont trouvé des microsphères d’acier fondu ? Les scientifiques nous disent que seule la thermite est capable de porter le métal en fusion instantanément. Les explosions rapportées par de nombreux pompiers et autres témoins à l’intérieur des tours, notamment dans les sous-sols avant et pendant l’effondrement des tours corroborent la thèse de l’utilisation d’explosifs constitués de thermite pour sectionner la structure des tours (14).

Marc Basile, ingénieur chimiste, rapporte qu’il a lui-même constaté une activité thermitique dans deux échantillons indépendants de poussières provenant du WTC. Ses conclusions concernant la thermite retrouvée dans les poussières dénoncent que la fusion de l’acier a eu lieu au moment des effondrements. Les caractéristiques de la thermite employée déterminent un matériau utilisé pour sectionner l’acier par la fusion instantanée (8).

Le NIST affirme qu’il n’a pas été retrouvé de trace d’explosif dans les décombres de Ground Zero… mais il reconnait aussi qu’il n’a pas cherché à trouver de preuves à ce sujet… Afin de ne pas compromettre la sécurité de l’Etat… (8). Avant l’arrivée du NIST et de la FEMA sur les lieux de l’enquête, les décombres étaient déjà en cours d’évacuation sur des barges du port de New York pour être détruits, ce qui fait dire à Ronald Broockman, ingénieur structure, que la destruction de preuves est en soi un acte criminel (8). Quel crédit peut-on accorder aux conclusions du NIST qui a rendu un rapport basé sur des faits sans que toutes les preuves ne puissent être étudiées ? Quel scientifique se venterait d’une telle démarche pour présenter ses hypothèses ? (Rappelons ici que l’effondrement du WTC7 n’a pas été mentionné dans le rapport de la commission d’enquête réalisé au sujet des évènements du 11 septembre…).

(15) « [...] En 2006, par exemple, un réalisateur hollandais a demandé à Danny Jowenko, propriétaire d’une société de démolition contrôlée située aux Pays-Bas, de commenter une vidéo de l’effondrement du WTC7 (16), mais sans lui dire ce dont il s’agissait. (Jowenko n’était pas au courant qu’un troisième bâtiment s’était effondré à New York le 11-Septembre). Après avoir visionné la vidéo, Jowenko a dit : Ils ont simplement fait sauter les colonnes, le reste est tombé après… C’est une démolition contrôlée. ‘Et quand on lui a demandé s’il en était certain, il a répondu : ‘Absolument, c’est une implosion, c’était un vrai travail. C’est une équipe d’experts qui a fait ça’. » Danny Jowenko, Propriétaire de la société européenne de démolition de bâtiments Jowenko Explosieve Demolitie B.V. fondée en 1980 aux Pays-Bas http://www.jowenko.com/ Danny Jowenko est décédé le 16.07.2011.

Pourquoi cet article ?

Parce que l’oubli est le pire ennemi de la vérité.

Parce que près de 3 000 personnes ont perdu la vie à cause de ces évènements tragiques survenus dans la journée du 11 septembre 2001, et de nombreuses autres sont tombées malades ou décédées des conséquences directes de l’effondrement des tours, notamment à cause des poussières qui ont couvert New York pendant plusieurs semaines.

Parce que, au-delà de l’ouverture d’une nouvelle enquête véritablement indépendante, si les professionnels de la construction respectent l’omerta et que les citoyens ne sont pas informés, d’autres bâtiments pourraient tomber dans le monde à cause de simples incendies, défiant toutes les lois de la physique et discréditant leurs concepteurs sans que plus personne ne s’en étonne. Julian Assange, fondateur de Wikileaks assurait au Guardian le 9 juillet 2013 que «  la vraie guerre, c’est la guerre de l’information » (17).

Pour clore cet article, lisons ce que H. Theodore Elden, Architecte agréé en Virginie de l’ouest depuis 25 ans, membre de l’Institut Américain des Architectes,  Ex-Membre du conseil National de l’Architectural Registration Boards (NCARB) écrivit à l’Institut Américain des Architectes le 26 novembre 2006 (18).

« Le premier mandat d’un professionnel agréé est de veiller à la sécurité publique. L’intelligence, le savoir ainsi que l’expérience d’un professionnel lui fournissent une connexion délicate entre la science et les faits...

Le 11 septembre fut un événement tragique pour notre pays, rapidement "élucidé" par notre gouvernement et répandu par nos médias, plongeant notre pays dans la peur, l’angoisse, la haine, la guerre et des dépenses sans limites.

Avons-nous, en tant que professionnel de la construction, été bernés ? Qui de mieux placés pour comprendre les effondrements des tours du World Trade Center que ceux de notre profession, si possible avec la consultation d’experts en démolition? Après avoir passé en revue, comme des millions d’autres, les événements de cette journée, il semble bien que la majeure partie de la version officielle soit fausse et impossible. Alors que la nation est confuse quant à la réalité de cette journée, prenons-nous de mauvaises décisions depuis ce jour ? Mon site web rassemble les informations saillantes qui isolent la destruction des tours du World Trade Center – rassemblant plusieurs analyses techniques expérimentées, dédicacées et articulées qui démontrent clairement que les tours du World Trade Center furent détruites à l’aide d’explosifs internes et non par des “incendies provoqués par les avions” (…).

Après des centaines d’heures de recherche et des milliers de dollars dépensés dans l’achat de matériel et d’informations, cette lettre décrit les exemples les plus saillants et les plus clairs des faits que les architectes devraient examiner. Même si je me trompe légèrement sur l’un ou l’autre point, cela ne discrédite en rien cette lettre. Au contraire, même si une seule partie de ces accusations s’avère véridique, elles devraient être examinées. (…)»

 

Et maintenant:Did you know a 3rd tower fell on 9/11?’

Que pouvez-vous faire ?

Vous pouvez commencer par prendre le temps de vérifier ces informations par vous-même.

Vous pouvez divulguer cette information si elle vous semble importante.

Si vous êtes un professionnel de la construction, vous pouvez signer la pétition (19) de l’association AE911truth sur son site internet http://www.ae911truth.org/  afin de soutenir l’action de vos confrères américains et réclamer avec eux la réouverture du dossier.

Si vous êtes un citoyen éveillé, vous pouvez vous aussi vous faire entendre pour encourager l’ouverture d’une nouvelle enquête indépendante en signant la pétition de l’association française Reopen911 sur son site http://www.reopen911.info/petition.html

Vous pouvez aussi tout simplement continuer à ouvrir les yeux de plus en plus grands, vous informer, et pourquoi pas agir.

 

Sébastien morfouace, architecte d.e.

11.09.2013

 

 

Références :

(1)     http://rethink911.org/

(2)     http://www.ae911truth.org/

(3)     « Après le crash de Lockerbie, il a fallu deux ans avant d’inculper quelqu’un. Ici, en trois jours, le FBI a fourni les noms des responsables sans montrer la moindre preuve qu’ils étaient à bord de ces avions. » - Giulietto Chiesa, journaliste, député européen dans son film, ZERO, enquête sur le 11 septembre.

(4)     http://www.patriotsquestion911.com/

(5)     http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=21589&Cr=drogue&Cr1=#.UjAguD_gzao

(6)     « Nous savons maintenant qu’il n’y avait pas d’armes de destructions massives là-bas. Coretta savait et nous savons également qu’il y a ici parmi nous des armes de manipulation massive ». – Joseph Lowery, révérand – Discours prononcé à l’occasion des funérailles de Coretta Scott King (veuve de Martin Luther King) dans l’église de Lithonia en Georgie le 7 février 2006 en présence de Jimmy Carter, Georges Herbert Walker Bush, Bill Clinton et Georges Walker Bush. (Les 10 000 convives lui font une ovation, debout).

(7)     http://www.reopen911.info/11-septembre/sondage-h-e-c-pour-reopen911-les-francais-et-le-11-9-11-questions-sur-le-11-septembre/

(8)     http://www.reopen911.info/video/architectes-et-ingenieurs-des-specialistes-face-au-mystere-du-wtc-7.html(Traduction française par l’association Reopen 911).

(9)     « Le principal occupant était l'entreprise Salomon Smith Barney, filiale de la Citigroup, avec 64 % de la superficie des bureaux. D'autres sociétés comme American Express, Standard Chartered occupaient des locaux. Il abritait aussi des services officiels avec un bureau de la CIA, du Department of Defense et l'Internal Revenue Service qui occupaient tout le 25e étage, un bureau des USSS, la Securities and Exchange Commission (SEC), où se trouvaient les archives d'affaires financières tels que les dossiers concernant les fraudes de Enron et de WorldCom, ainsi que le poste de commandement des situations d'urgence de la mairie de New York (tout un étage renforcé contre les attaques terroristes) ». [Lequel maire de New York, tandis que le pays est l’objet des plus importantes attaques terroristes de son histoire, ne s’est justement pas réfugié dans son bunker…] http://fr.wikipedia.org/wiki/7_World_Trade_Center

(10)  http://www.reopen911.info/video/la-bbc-annonce-la-chute-du-wtc7-20mn-trop-tot.html

(11)  http://www.ae911truth.org/en/evidence.html

(12)  « Si vous consultez le site web du FBI, Ben Laden y est. Si vous regardez la page sur Ben Laden dans la liste des terroristes du FBI, vous voyez qu’il a été inculpé pour les attaques de 1998, mais pas pour le 11 septembre 2001. Des journalistes ont contacté le FBI pour demander pourquoi, et le FBI a répondu ‘Faute de preuves.’ » - Naffeez Mossadeq Ahmed – Professeur en relations internationales, Université du Sussex – Témoignage dans le Film ZERO, enquête sur le 11 septembre de Giulietto Chiesa, député européen.

(13)  Anthony Szamboti, ingénieur en mécanique, dans l’émission de Geraldo Large sur Fox New le 13.11.2010.

(14)  http://www.dailymotion.com/video/xf7r2f_explosions-au-wtc-des-pompiers-temo_news

(15)  http://11-septembre.com/docs/DavidRayGriffin%20et%20les%20Miracles%20de%20la%20version%20Officielle.pdf

(16)  http://www.dailymotion.com/video/x8blw2_11-septembre-2001-1-expert-en-demol_tech#from=embediframe

(17)  http://www.courrierinternational.com/article/2013/07/10/julian-assange-la-vraie-guerre-c-est-la-guerre-de-l-information

(18)  http://www.abodia.com/911/Articles/AIA_Letter_Nov_06.htm

(19)  « Au nom du peuple des États-Unis d’Amérique, les soussignés Architectes et Ingénieurs pour la vérité sur le 11septembre et affiliés pour et par cette pétition, demandent une enquête véritablement indépendante avec des pouvoirs ‘subpoena’  [Injonction d'apparaître devant un tribunal pour produire un témoignage] afin de découvrir la vérité concernant les événements du 11 septembre 2001 – spécialement l’effondrement des Tours Jumelles et la tour 7 du World Trade Center. Nous croyons qu’il subsiste un doute suffisant vis-à-vis de la version officielle et que par conséquent que l’enquête sur les événements du 11 septembre doit être ré-ouverte et doit inclure une analyse complète sur la possible utilisation d’explosifs qui pourrait bien avoir été la véritable cause de la destruction des tours du World Trade Center ainsi que celle de la tour 7. » - Pétition pour la réouverture de l’enquête sur le 11.09.2001 (signée par 2021  Architectes et Ingénieurs), http://www.ae911truth.org/

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.