Sébastien Tronche
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2010

Retraites – Au Sénat, le PS est sur le pied de guerre

Des centaines d'amendements, une motion référendaire. Lors de l'examen de la réforme des retraites à partir de mardi au Sénat, le Parti Socialiste compte jouer son va-tout mais affirme ne pas « avoir de stratégie de blocage ».

Sébastien Tronche
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des centaines d'amendements, une motion référendaire. Lors de l'examen de la réforme des retraites à partir de mardi au Sénat, le Parti Socialiste compte jouer son va-tout mais affirme ne pas « avoir de stratégie de blocage ».

Dernière ligne droite pour la réforme des retraites. Alors que la mobilisation de la rue ne faiblit pas, la réforme-phare du quinquennat de Nicolas Sarkozy passe son deuxième examen. Celui du Sénat, à partir du mardi 5 octobre. « Les Français sont remontés, mobilisés face à un projet mais aussi face au contexte ambiant », jure Raymonde Le Texier, sénatrice PS du Val-d'Oise et vice-présidente de la commission des Affaires sociales du Sénat. Ainsi le Parti Socialiste compte poursuivre son opposition à un texte qu'il juge « mauvais dans sa philosophie, brutal et injuste », selon la sénatrice.

« Prendre nos compatriotes pour des crétins »

Si l'UMP, et notamment François Fillon, a multiplié les effets d'annonces et concède que des « aménagements » sont encore possibles, le PS va lui jouer son va-tout. Plusieurs centaines d'amendements vont être déposés (400 par le Parti de Gauche et 300 par le Parti Socialiste) ainsi qu'une motion référendaire. « Il n'y a aucune stratégie de blocage de notre part », affirme Raymonde Le Texier en réponse aux accusations lancées par la majorité à qui elle reproche de prendre « nos compatriotes pour des crétins ». Le dépôt d'une motion référendaire étant actée, le PS espère y trouver un moyen pour que « chacun donne son avis sur une réforme importante de notre société. A partir de cette motion, on demande un retrait du texte pour repartir sur de nouvelles bases. »

Après les scènes de cohue montrant les députés socialistes poursuivant Bernard Accoyer, le président de l'Assemblée nationale, lors des débats à la chambre basse, Mme Le Texier prédit que le débat sera plus serein au Sénat. « Ce n'est pas le même règlement, explique-t-elle. Gérard Larcher, le président du Sénat, ne peut pas faire comme Bernard Accoyer, et n'a pas envie de le faire. »

Le PS résigné ?

Dans un Sénat où l'UMP doit rassembler les voix de son propre camp ainsi que celles de l'Union centriste pour établir une majorité, les socialistes peuvent trouver d'inattendus alliés. Tout du moins pour défendre la retraite à 65 ans. « Certains centristes peuvent nous aider puisqu'ils veulent maintenir l'âge légal de 65 ans, assure Le Texier. Ce serait déjà énorme. »

Sur le fond, le parti de Martine Aubry reproche au texte de n'être « qu'un ajustement comptable, rien de plus ». Un projet qui, selon la sénatrice du Val-d'Oise, fait « l'impasse sur l'éventualité d'une réforme systémique, confond pénibilité et invalidité et pénalise essentiellement les femmes ». Remontés, les socialistes promettent donc de « se battre sur tout ».

Suffisant pour faire plier et reculer le gouvernement ? Lucide, Raymonde Le Texier n'y croit pas. « Je sens la droite arc-boutée sur ses positions comme s'il fallait sauver l'honneur en ne reculant pas, lâche-t-elle. Ils feront des concessions sur quelques points qui ne seront que de la poudre aux yeux. Et ils présenteront cela comme des avancées. »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Macron pris au piège des symboles
Pendant cinq ans, le chef de l’État a tenté de construire le récit de son mandat par touches symboliques. Mais de l’affaire Benalla aux vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza, ce sont d’autres marqueurs qui ont parlé au plus grand nombre et dessiné les contours de son exercice du pouvoir.
par Ellen Salvi
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Europe
Boris Johnson et le « partygate » : un scandale qui en cache de plus graves
Le chef du gouvernement britannique se démène pour éviter un vote de défiance contre lui. Au-delà de fêtes clandestines organisées en plein confinement, d’autres affaires ont terni sa réputation depuis deux ans, et montrent l’emprise du secteur privé sur sa politique.
par Ludovic Lamant
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre