Un gouvernement made in Neuilly-sur-Seine ?

Natif de Paris, Nicolas Sarkozy a donné une franche couleur francilienne à son gouvernement dont cinq ministres ou secrétaires d'Etat sur 30 sont nés à Neuilly-sur-Seine. Fillon III, le gouvernement du « 9.2. » ?

Natif de Paris, Nicolas Sarkozy a donné une franche couleur francilienne à son gouvernement dont cinq ministres ou secrétaires d'Etat sur 30 sont nés à Neuilly-sur-Seine. Fillon III, le gouvernement du « 9.2. » ?

 

Un remaniement, qui plus est annoncé six mois à l'avance, est scruté, observé, décortiqué. A ce petit jeu de piste, un fait, apparemment anodin, interpelle : parmi les trente ministres que compte le nouveau gouvernement annoncé par Claude Guéant dimanche soir, cinq d'entre eux ont vu le jour à Neuilly-sur-Seine, fief du chef de l'Etat.

« L'excellence sociale par les revenus »

Ainsi, Georges Tron (1957), Brice Hortefeux (1958), Frédéric Lefebvre (1963), Valérie Pécresse (1967) et Bruno Le Maire (1969) sont natifs de cette ville des Hauts-de-Seine, l'une des villes les plus riches de France, où Nicolas Sarkozy a aiguisé son appétit politique en tant que premier édile de 1983 à 2002. Parmi ces cinq détenteurs d'un maroquin, trois d'entre eux – Hortefeux, Lefebvre et Pécresse – sont des sarkozystes pures souches tandis que Tron et Le Maire sont issus des rangs villepinistes.

« C'est représentatif d'un recrutement social qui n'est pas à l'image des Français, déplore Michel Pinçon, sociologue co-auteur avec sa femme de l'ouvrage « Le Président des riches », sur le site de France 2. Rien d'étonnant car Nicolas Sarkozy a beaucoup travaillé avec des gens proches de lui dans les Hauts-de-Seine. » Et le sociologue d'ajouter : « C'est une ville qui concentre la fortune, qu'il s'agisse de vieilles familles où des nouveaux riches dans les affaires. Une ville qui incarne l'excellence sociale par les revenus et la position dans la société, très loin des réalités et des préoccupations de la plupart des Français. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.