Chronique de la guerre aux pauvres - Revue de presse 15 janvier 2017

Réforme des minima, logement social au camping, arnaque du revenu de base Finlandais... Je publie sur les conseils d'un ami la livraison de janvier d'une revue de presse que je tâche d'adresser à quelques contacts. Je ne le ferai pas à chaque fois. Ca demanderait à être creusé et approfondi. Mais beaucoup de choses importantes ce mois-ci.

20 décembre : la loi de finance 2017 est définitivement adoptée. Pour les sujets qui nous intéressent ici, on retiendra les articles 49 « réforme des minima sociaux » et 50 « soutien aux actions renforcées d’insertion des départements ».
http://www.gouvernement.fr/argumentaire/le-budget-2017-a-ete-adopte

C’est le début de la mise en place des préconisations du rapport Sirugue sur les minima sociaux. L’article 49 sur le volet « simplification/fusion des minima ». Les allocataires de l’AAH pourront plus cumuler avec l’ASS : rendez vous compte, des handicapés chômeurs de longue durée touchaient parfois plus que le SMIC, c’était inéquitable. Alignement par le bas (sur la prime d’activité) pour les gens qui cumulent l’ASS avec un petit salaire. Suppression de l'ATA. L’exposé des motifs annonce leur volonté d’aller plus loin dans la mise en oeuvre des préconisations Sirugue.

L’article 50, c’est dit avec des paillettes, mais l’idée c’est que l’Etat incite massivement les départements, y compris financièrement à se saisir de tous les ressorts légaux disponibles pour fliquer et soumettre à des injonctions contraignantes les allocataires du RSA. Tout ça par de l’idée chère à M. Sirugue et à d’autres que le département pourrait être l’échelon idéal de flicage des pauvres et qu’il est largement sous exploité pour l’instant. C’est précisément le cadre, (la « contractualisation des allocataires »), qu’ont choisi le Haut Rhin et l’Isère pour imposer du bénévolat aux gens. Et on peut penser que ça n’est qu’un début.

[Pour ceux qui ne sauraient pas ce que c’est que le rapport Sirugue, réponse là : https://blogs.mediapart.fr/seelebrn/blog/061116/minima-sociaux-le-rapport-sirugue-inquietante-boussole-du-gouvernement ]



Pour continuer dans l’actualité législative, deux jours plus tard, 22 décembre, adoption définitive de la loi égalité et citoyenneté, dont on entend parler depuis tellement longtemps que personne ne sait plus de quoi ça parle.
http://www.lagazettedescommunes.com/478302/projet-de-loi-egalite-et-citoyennete-lintegrale-pour-les-collectivites/

L’essentiel parle de logement social, de quotas de pauvres à mettre en dehors des quartiers, de moins pauvres à mettre chez les très pauvres, de souplesse sur le loyer (pour les bailleurs), d’exemptions ou pas de la loi SRU pour les communes. Je rentre pas trop dans le technique parce que j’ai pas assez approfondi pour être sûr de moi quant aux effets. Je relève trois trucs cependant :

1. Désormais, les pauvres en reprise d’emploi seront prioritaires sur les pauvres chômeurs pour avoir un toit. Je suppose que je n’ai pas trop besoin de détailler : idéologie du mérite et chantage dégueulasse, incitation des pauvres à la « mobilité » pour répondre aux injonctions du marché du travail, … quant aux chômeurs de longue durée qui ne retrouveront pas de taf eh bah tant pis pour eux…

2. Là je suis un peu glacé d'horreur: Les terrains familiaux destinés à accueillir les caravanes de gens du voyage à l'année entreront dans le calcul pour les quotas de logement social (art.29 du projet de loi initial, adopté). Sachant qu’au même moment on supprime ce qui faisait la spécificité juridique du statut des gens du voyage, à savoir le carnet de circulation. Hypothèse personnelle, que personne n’a l’air de formuler : il se prépare des grands campings municipaux pour pauvres où les gens éligibles à un logement social pourront faire le choix à peine contraint par les nécessités de la conjoncture d’un mode de vie alternatif formidablement décroissant. Je suis preneur de tout élément de preuve visant à démontrer que ce scénario est improbable.

3. C’est une redite de la dernière foi : les bailleurs pourront demander l’expulsion de toute la famille d’une personne condamnée pour toute infraction à la législation sur les stup (jusqu’à la simple consommation) pour des faits qui se seraient déroulés dans l’immeuble, le bloc d’immeuble, voire le quartier.

 

Merci la loi travail : 1er janvier, fin de l’expérimentation et généralisation de la garantie jeunes. Le RSA entrouvert aux mois de 25, à peine raboté, pour 12 mois, renouvelables une seule fois, si t’es assez méritant, avec encadrement de la mission locale, genre « insère toi ou meurs ». Voir l’article de La Croix ci-dessous. Ca commence fort, les jeunes sans logement, « l’idée est de les mettre en situation de chercher un emploi » un logement ? non, un emploi d’abord. Et ça continue : stage intensif pour apprendre la politesse, le réveil tôt, et le sport. Ceux qui ne « raccrochent » pas, c’est « sous le poids de leurs difficultés personnelles ». Ben. Voyons. L’avantage, c’est que quand ces jeunes arriveront au RSA, si la réforme Sirugue ou une autre approchante est appliquée, ils seront pas dépaysés.
www.la-croix.com/France/Exclusion/En-2017-generalisation-de-la-garantie-jeunes-pour-raccrocher-les-plus-precaires-2016-12-28-1200813359

 

Ici, on se félicite de la qualité de la garantie des pensions alimentaires pour les parents isolés. Rappelons quand même que la pension alimentaire moyenne est entre 50 et 100€, ce qui fait peu pour nourrir, habiller et éduquer un môme. L’Etat, dans sa grande mansuétude, complète à 104€. Sachant que le tout est de toute façon déduit intégralement du RSA. Dans ces conditions, l’Etat peut se gargariser de revaloriser l’aide aux parents isolés pauvres, ça ne lui coûte pas trop cher. On rappelle aussi que quand le parent en question se remet en couple, la garantie de la pension saute : il serait malséant, sans doute, d’imaginer que le couple puisse être autre chose qu’une cellule de dépendance économique et que l’Etat ne soit pas là pour l'entériner.
http://www.la-croix.com/France/Divorces-pensions-alimentaires-sont-desormais-bien-mieux-garanties-2016-12-26-1200812963

(By the way, pas de couverture presse, mais, en lien avec ce sujet, je mentionne que la loi de finance de la sécu 2017, (article 27 du projet initial), met en place une procédure qui charge la CAF de fixer/faire exécuter les pensions alimentaires des couples non mariés, par procédure dématérialisée. J’ai discuté avec des gens qui ont des avis assez contrastées à ce sujet. Pour résumer : d’un côté, ça concerne des gens qui jusqu’à présent demandaient en fait même pas de pension, donc ça irait dans le sens d’une plus grande effectivité de leurs droits ; d’un autre, la procédure dématérialisée offre une certaine latitude pour des abus d’un conjoint vis-à-vis de l’autre, et mettre tout ça entre les mains de la CAF risque d’entériner le barème ALS à 100€/mois et gamins. J’en dis pas plus, je maitrise mal.)

Rappelons enfin que, depuis le premier janvier, est entré en vigueur la procédure de divorce devant notaire, sans passage par un juge. Ce qui commence à donner un combo assez explosif pour les femmes qui seraient en situation de dépendance économique vis-à-vis de leur mari. Je ressort à cette occasion cet article :

http://www.huffingtonpost.fr/stephanie-lamy/divorce-sans-juge-la-simplification-simpliste-qui-risque-de-nou/



 

Epiphanie chez les technocrates : ils ont découvert que le RSAste a un reste à vivre de 8€/jours et par personnes. Merci la statistique. Enfin ils l’ont confirmé que jusqu’à 2011. Nous sommes pantois d’étonnement. Et perclus d’incertitude : qu’en est-il donc pour les années suivantes ? Sinon, messieurs de la statistique nationale, vous pouvez aussi demander aux concernés, à ce niveau de contraction du budget, les solutions sont pas en très grand nombre, un petit échantillon devrait suffire…
http://www.angersmag.info/RSA-le-Maine-et-Loire-peut-il-faire-mieux_a12870.html
http://www.lesechos.fr/economie-france/social/0211623080067-minima-sociaux-330-euros-par-mois-pour-vivre-2052595.php

 

Petit tour des départements.

Le Maine-et-Loir est beaucoup revenu dans mes alertes google, ils communiquent beaucoup sur leurs dispositif de flicage des allocataires du RSA. Mêmes ficelles que d’habitude : on fait semblant de pas savoir que le non recours s’explique par la stigmatisation, les contraintes induites et la complexité administrative du dispositif, on traque des sois disant fraudeurs, en faisant croire que c’est juste et équilibré de terroriser les bons pauvres et de fliquer les mauvais tout en faisant entrer les récalcitrants dans le dispositif. Désolé, cette revue est déjà longue, j’y vais à la truelle, un peu. Je détaille pas leurs éléments de langage, voyez vous-même :
http://www.angersmag.info/RSA-le-Maine-et-Loire-peut-il-faire-mieux_a12870.html
http://www.courrierdelouest.fr/actualite/maine-et-loire-4-000-allocataires-du-rsa-dans-le-collimateur-12-12-2016-294946

 

Alors, là. Gros combo. Opération vitrine, douze chômeurs sur 2 millions. De l’économie sociale et solidaire. Des emplois aidés. Du service à la personne. Du coursier à vélo. De la création d’entreprise. D’entreprise à but d’emploi, modèle ATD zéro chômeurs. Bref, Tous les mots clefs y sont. 
http://www.actualite-de-la-formation.fr/une-du-sommaire/une-de-2016/a-clermont-ferrand-12-demandeurs-d-emploi-de-longue-duree-decouvrent-l-economie.html

 

Globalement, sur les dispositifs départementaux, à part quelques champions qui communiquent et qui reviennent tout le temps, le travail de recensement de tout ce qui s’expérimente est largement à faire.

Sinon, il semble y avoir une mode de faire faire du sport aux allocataires du RSA. Si possible en compagnie des sous fifres de la CAF qui sont par ailleurs chargés de les emmerder pour leur bien avec leur fameux contrat d’engagement que c’est pas obligatoire mais qu’on pourrait leur couper le RSA s’ils s’y conforment pas. Un exemple parmi d’autres. Toujours la même rhétorique : ça « resocialise », ça « apprend les valeurs », « le collectif », version cool et décontractée du « il faut leur apprendre à se lever tôt ».
http://www.estrepublicain.fr/edition-de-luneville/2016/12/12/luneville-le-sport-et-ses-multiples-vertus-pour-les-beneficiaires-du-rsa

 

Section internationale :

Article sur les effets de l’augmentation du foncier suite à la prolifération des millionnaires dans la silicon valley : les gens normaux vivent dans des caravanes. (J’ai lu je sais plus où que je sais plus laquelle des boites de la silicon valley testait de sa propre initiative un « revenu universel » versé sur ses propres fonds)
https://www.theguardian.com/society/2016/dec/28/silicon-valley-homeless-east-palo-alto-california-schools?CMP=fb_gu

 

La Finlande : je suppose que je vous apprends rien, tous les sites de presse y vont de leur petit article pour dire que la Finlande a la gloire d’être le premier pays à expérimenter le revenu de base/universel. En revanche, je cherche encore le journaliste qui aurait eu la décence de faire une recherche google histoire de checker deux trois trucs et de découvrir que remplacer une alloc chômage indexée sur le salaire, par une alloc fixe inférieure aux minima sociaux, calibrée pour être insuffisante et obliger les gens à accepter des temps partiels sous payés dans des conditions de merde, ça n’est pas exactement progressiste. Et que tirer au sort des gens pour l’expérimenter sans recours possible, c’est un peu de la roulette russe, mais pour de vrai c'est-à-dire que je vois pas de raison qu’il y ait pas des morts.

Si j’ai bien suivi, le chômage en Finlande c’est un minima de 36€/jours (ouvrés si j’ai pigé, soit peu ou prou 700€/mois), plus 45% de la différence avec le salaire antérieur, la nouvelle alloc, c’est 560€/mois.
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/12/30/20002-20161230ARTFIG00008-ces-premiers-finlandais-qui-vont-beneficier-du-revenu-de-base.php

 

L’Italie : où comment le chèque emploi service peut très vite déraper :
http://davincipost.info/fr/2017/01/italie-voici-voucheristes-derniere-etape-l-esclavage/

 

Côté campagne présidentielle, je renonce à dire quoi que ce soit des élucubrations du PS sur le revenu universel ou pas/ de base ou pas. Vous noterez cependant que ni Valls avec son « minimum décent » à 800 balles ni aucun autre n’ai l’air de vendre ça comme une pression à la hausse sur l’ensemble des salaires. Donc j’en conclus qu’ils ne veulent pas faire ça. Donc j’en déduis qu’ils veulent tous nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Même les cathos ont sous la main le petit graphique glané sur les réseaux sociaux qui explique au centime près que le RSAste gagne moins qu’un smicard: si on voulait vraiment quasi doubler le RSA, et donc remettre en cause ce béatifique ordre des choses, on ne se cacherait pas des conséquences, je suppose. Du coup, pas d’article, j’ai lu que de la soupe, de toute façon. A mon avis, ils tablent sur au mieux pas d’augmentation des allocs réelles au bout du compte, éventuellement en revoyant le cumul APL/minima, ou assez petite pour pouvoir être lissée par le « dispositif d’intéressement », autrement appelé prime d’activité, autrement appelée subvention d’Etat au marché du travail pauvre. Mais aucun journaliste ne semble avoir posé la question à personne.

(Fillon lui, au moins, assume : baisser le SMIC via l’allongement du temps de travail sans augmentation de salaire, comme chez SMART, et baisser aussi le RSA.) (NB, je dis du mal des socialistes, mais je n’ai pas encore exclu l’hypothèse que le machin de Valls soit la proposition la moins pire actuellement disponible sur le marché.) Bref.


Mentionnons quand même cette visite de Fillon à Emmaüs. Le patron s’achète une conscience en disant à ce monsieur que son programme c’est pas cool pour les pauvres. Rappelons quand même que les compagnons d’Emmaüs sont payés 200€ par mois, bossent comme des forcenés sans aucun droit du travail, dans des conditions qui rappelleraient celles de travailleurs incarcérés s’ils n’avaient en plus le triste privilège de pouvoir être discrétionnairement mis à la porte – et donc à la rue – sans sommation, trêve hivernale ou pas. Et tant qu’à faire, rappelons que l’individu à qui les compagnons doivent leur actuel statut, après avoir été président d’Emmaüs, a été ministre sous… Ah, tiens, Fillon. Je ne sais pas ce que vaut le successeur, mais il n’a pas changé cet état de fait, et il n’est pas payé 200€, lui. C’était juste pour rappeler ça. Voilà. C’est fait.
www.lejdd.fr/Politique/Emmaues-demande-une-evolution-du-programme-de-Fillon-qui-defend-sa-radicalite-837340

 

Pour terminer, si vous êtes arrivés jusque là, mention spéciale, catégorie « on me la fait pas » :
http://fr.custplace.com/12-coups-de-midi/la-preuve-du-mensonge-sur-le-rsa-ou-de-la-garde-de-ses-enfants-105939

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.