Ils revenaient de loin : The Doors "Morrison hotel"

Waiting for the Sun (2020 Remaster) © The Doors - Topic

 

Le début de carrière des Doors fut un feu d'artifice, une fusée inter galactique à trois étages : le premier LP ("The Doors") qui terrassa au fond du siège, le deuxième ("Strange days") qui mit en lévitation cosmique et soyeuse et le troisième ("Waiting for the sun"), en guise de retour sur terre en apesanteur, au coucher du soleil. L'album qui suivit, "The soft parade", boursouflé de cuivres poussifs avec un Morrison crooner pathétique au faux sourire commercial confirma, malgré une exception de taille ("Shaman's blues") que la fête était bien finie. Rideau.

Et puis... Et puis, quelques mois plus tard, en plein deuil, survint "Morrison hotel" !

"Morrison hotel" : une hargne, une force sourde, une énergie, un blues viscéral, un charisme, une magie, une alchimie retrouvée. "Morrison hotel" et des morceaux tous uniques et à nouveau tous indispensables : le couillu "Roadhouse blues" (avec Lonnie Mack à la basse) pour mettre d'emblée l'église au milieu du village, le flottant "Waiting for the sun" et son riff assassin et transperceur, l'enivrant "You make me real", l'obsédant "Peace frog", le bluesy satiné "The spy" et la folle trilogie de ballades "Blue sunday", "Queen of the highway", "Indian summer"...  "Morrison hotel" où Bruce Botnick - l'homme derrière la console - retrouvait sa place de choix, marquait la renaissance des Doors, le retour de NOS Doors.

Cette édition du 50ème anniversaire (P..... déjà !!) offre la version vinyle remastérisée (à partir des bandes analogiques évidemment) par Bruce B, une version Cd et en deuxième Cd bonus, la genèse en studio de quatre des titres ("Queen of the highway", "Roadhouse blues" et "Peace frog"/"Blue sunday"), un "work in progress" diablement intéressant sur le processus créatif où l'impro, notamment chez Morrison tient toute sa place. Le coffret comporte également un livret conséquent.

 

morrison-hotel-50

 

The Doors "Morrison hotel"  (50th anniversary deluxe edition)    Etats-Unis 1968     Acid Rock    Note 10.0

Un CD + LP Rhino Import Warner

Une chronique SEFRONIA de  Francois Branchon

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.