Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

184 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2010

Rouen s'installe à Las Vegas : La Maison Tellier "L'art de la fugue"

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 3emebureau

"L'art de la fugue", c'est la fuite plein ouest, vers les espaces américains et leur galerie de personnages borderline. La Maison Tellier déménage de Rouen et s'installe à Las Vegas, "cité du vice" : cette maison-là a beau être un bordel (beau film de Max Ophüls adaptant Maupassant), il faudra nous en déloger manu militari.
Les personnages des chansons de La Maison Tellier sont en cavale, sous la coupe de différentes addictions : l'amour, la drogue ("Mexico City blues"), le goût du risque, la criminalité ("Baboin")... et le jeu ("Suite royale"). Pourtant il n'est pas question ici de hasard : La Maison Tellier est sûre de ses atouts. Même pas la peine de bluffer : treize cartes en mains, pas une seule à jeter, au moins trois as.
Une "Suite royale", c'est tout bon au poker : un titre qui a un gros potentiel de tube, avec son beau parfum d'americana, toutes guitares et trompettes dehors dans une virée un peu barge. "La peste" - fléau européen – est un mariage parfait entre la langue d'ici et le folk-rock de là-bas (au moins aussi bien que les disques de Jean-Louis Murat faits à Tucson ou Nashville) : l'union est célébrée "par un prêtre en costume d'Elvis". "L'art de la fugue" est un "boom-tchika-boom" de chez nous, servi encore une fois par un chant tendu, des riffs de guitare patinées, et encore une fois de belles trompettes : La Maison Tellier aime Love, cela s'entend aussi au milieu de "Laissez venir" avec un intermède acoustique réminiscent de "Alone again or". "Laissez venir" fait bien monter la sauce, avec une manière très chanson française classique de placer la voix. Raoul Tellier mêle naturellement couplets en français et refrains en anglais, dépositaire décomplexé d'une double culture nationale et musicale. "Mount forever" est quasi-psychédélique, très simple avec un riff obsessif de guitare acoustique et des choeurs comme un écho dans les montagnes : des harmonies vocales flottantes comme celles de Crosby Stills & Nash, et on se contrefiche de la prononciation pas copie conforme. "Please do" nous ramène vers un folk qui aime les variations de tension, plus de notre époque, comme celui de Bright Eyes (Conor Oberst) par exemple. Au deux tiers du parcours, une main un peu moins chanceuse ("Goldmine" / "Josh the preacher" / "Mexico City blues") n'empêche pas le groupe de rafler la mise.
Depuis quand n'a-t-on pas entendu un chanteur hurler aussi bien le blues ("Five years blues") ? Bertrand Cantat ? En voilà un titre qui a la grosse classe, chanté en anglais, avec toujours de belles guitares et trompettes (une véritable constante). La Maison Tellier se paye le luxe de tuer à la fois le père (Noir Désir)... et le loup (Tue-Loup, groupe de Xavier Plumas) : d'ailleurs au rayon bestiaire, "Baboin" pourrait faire écho au récent "Cri du cougouar" solo de Plumas. Dans le texte, qui évoque un ami d'enfance qui a mal tourné, on est plus du côté de Papillon (Steve Mc Queen) : à la différence de ce dernier, l'évasion finale se fait en douceur sur un "No name #3" admirablement fragile et posé.


La Maison Tellier

L'art de la fugue

Une chronique de Jérôme Fiori
Country Folk Note 9.0
2010
CD 3eme Bureau / Wagram 2010

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Assange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr