Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

181 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2021

Sublime chant du cygne : David Crosby "If i could only remember my name"

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

What Are Their Names © David Crosby - Topic

En cette année 1971, le rock psychédélique de la Cote Ouest n'est qu'un souvenir : Jefferson Airplane n'est plus qu'une entité contractuelle, Quicksilver Messenger Service oublié, Crosby, Stills, Nash & Young (CSN&Y) boucle sa carrière par un live enregistré l'année précédente, le Grateful Dead, toujours mu par l'esprit communautaire et le besoin de jouer tient encore debout, mais a radicalement changé, passé au country-folk-blues acoustique ("Workingman's Dead" 1969 et "American beauty 1970), quant à Bill Graham, il s'apprête à fermer en juillet son mythique Fillmore West de San Francisco. Tout un symbole.

Mais va surgir un sublime chant du cygne. Car si les groupes battent de l'aile et cherchent de nouvelles voies, les musiciens sont toujours actifs, Jorma Kaukonen et Jack Casady de l'Airplane passés au blues avec Hot Tuna et en sont à leur deuxième album, Neil Young a lancé sa carrière solo depuis trois albums et travaille déjà à "Harvest" et la plupart vivent sur la colline de Laurel Canyon à Los Angeles, où ils se croisent, se recroisent, jouent chez l'un chez l'autre.

Ce premier album solo de David Crosby post CSN&Y reflète cette vie de bohème, alanguie et sereine. Excellent chanteur, Crosby est aussi un très bon compositeur ("Wooden ships", "Long time gone", "Déjà vu", "Guineverre" c'était lui), il livre ici une palanquée de chansons toutes aussi belles les unes que les autres, à croire qu'il les gardait par-devers lui, attendant la bonne occasion.

Les chansons sont une chose, encore faut-il choisir son monde pour les faire vivre. Et Crosby fait les choses en grand. Tout ce que compte Laurel Canyon de bonnes ondes est là : Jorma Kaukonen, Grace Slick, Paul Kantner et Jack Casady (Airplane), Bill Kreutzmann, Phil Lesh et Jerry Garcia (Grateful Dead), David Freiberg (Quicksilver), Graham Nash, Neil Young, Gregg Rolie (Santana), Joni Mitchell... Et les gourous de l'acid rock vont retrouver l'envie de monter haut, de tutoyer les étoiles. Tous, ou à peu près, l'avaient tenté l'année précédente sur le premier solo de Paul Kantner ("Blows agains the empire" 1970) mais sans la liberté que va leur accorder Crosby. Et de cette liberté émerge la création à l'état pur.

Le très beau "Music is love" ouvre l'album, "Cowboy movie", le sublime "Tamalpais High (at about 3)", lumineux et apaisé, "Laughing", l'hypnotique et planant (grâce à un Garcia reconnaissable entre tous) "What are their names" avec sa longue intro en hélice visant les hauteurs béates, "Traction in the rain", "Song with no words (tree with no leaves)", "Orleans" (dédié aux châteaux de la Loire !) et "I'd swear there was somebody here", tous exhalent une magie acide et cool de la Californie.

A sa sortie en février 1971, "If i could only remember my name" avec sa pochette de soleil couchant sur le Pacifique (vu de Tamalpais High ?) représentait une sorte de cadeau d'adieu aux amoureux de l'acide west coast, la réunion inespérée de musiciens dont on aimait chacun des groupes. Aujourd'hui il fête ses cinquante ans, David Crosby et Jorma Kaukonen en ont plus de quatre-vingt et Jerry Garcia est mort depuis longtemps. Rhino célèbre évidemment la chose avec tout le respect dû au chef d'oeuvre. La réédition offre un deuxième Cd de bonus, avec des chutes, "Kids and dogs", "Games", "The wall song", une bonne partie des morceaux en versions démo acoustique (dont certaines remontent à 68) ainsi que quatre inédits ("Bach mode", "Coast road", "Dancer" et "Fugue" en mode session autour du feu en fin de soirée

David Crosby - If i could only remember my name       Etats-Unis 1971

Acid Rock    Note 10.0     Un CD Rhino Import

Une chronique SEFRONIA de  Francois Branchon

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche