Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

182 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2021

Elle les balaie toutes : Nina Simone "Little girl blue"

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nina Simone - "Good Bait" ("Little Girl Blue" High Fidelity Sound) © Bethlehem Records

On comprend pourquoi Nina Simone a d'emblée marqué les esprits. Pianiste-chanteuse d'un night club de Philadelphie comme il en existait des milliers dans les années cinquante à travers les Usa, Nina, derrière son clavier et son micro installe son atmosphère, éteint les conversations, inonde l'espace de son feeling... et les balaie toutes, qu'elles soient du passé, du présent et celles à venir, toutes les Diana Krall transparentes et bien coiffées, toutes les interchangeables dégluties par l'industrie et les annuelles jetables. Et tout ça à seulement vingt-quatre ans !

Nina est remarquée par le label Bethleem, qui lui produit en 1957 l'enregistrement de ce premier album. Elle impose sa marque : son sens aigu du tempo, son phrasé, son blues, son feeling, et même ses erreurs et approximations qui font vie. Mais surtout sa voix, capable, à l'instar de son modèle révéré Ella Fitzgerald, de tout chanter, de tout faire avec ses cordes vocales. Accompagnée de deux musiciens précis et discrètement swingants (Albert "Tootie" Heath batterie et Jimmy Bond contrebasse), la Simone sert quelques morceaux phares du moment (et futurs classiques) : un impeccable "Moon indigo" de Duke Ellington, les touchants "My baby just cares for me" et "I love you Porgy" de Gershwin, le blues minimaliste et aventureux à la fois "Good bait" de Count Basie qu'elle aborde en prenant le temps d'une longue intro pour nous tourner autour et nous emporter ensuite, en improvisatrice hors-pair. Et puis, modernité confondante pour un disque de "jazz", la reprise de "Plain gold ring" de Jack Hammer (enregistré une première fois en 1956 par Kitty White) dont elle livre une version sombre et obsessionnelle, une complainte quasi désespérée. Impressionnante.

"Little girl blue" est le premier album de Nina Simone, une cinquantaine d'autres suivront, et une vie d'activiste pour les droits civiques en plus. Respect.

Nina Simone - Little girl blue       USA     1957       Jazz Blues    Note 9.0

Un CD Bethlehem

Une chronique SEFRONIA de  Francois Branchon

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse