Perché ! The Dream Syndicate "The universe inside"

The Dream Syndicate - "Dusting Off The Rust" © ANTI- Records

Les familiers du Dream Syndicate des années quatre-vingt, alors fleuron de la remise au centre du tableau du rock à guitares revisitant les sixties vont se sentir dépaysés. Steve Wynn et son groupe se sont enfermés avec Stephan McCarthy (Long Ryders) au studio Montrose de Riverdale (Virginie) pendant une nuit de 2019 pour accoucher d'une jam de 80 minutes. Wynn l'a ensuite découpée en cinq parties (la plus courta de sept minutes, la plus longue de vingt), y a ajouté une piste de cuivres (Marcus Tenney) puis sa propre voix, avec des paroles écrites selon la méthode du cut-up de William Burroughs.

Que dire ? The Dream Syndicate a clairement atteint de nouveaux territoires libérés des formats du rock classique, mêlant improvisations sans contraintes, psychédélisme échevelé, guitares jouissives, sitar, passages jazz parfois. Une sorte d'extase, un ovni surprenant (le Dieu inca sur-acidifié de la pochette acquiesce), dont le livret ne donne malheureusement aucune indication des substances consommées.

 

ds-the-universe-inside

 

The Dream Syndicate - The universe inside    Usa 2020     Néo-Psychédélique    Note 8.0

Un CD Anti-

Une chronique SEFRONIA de  Aoxomoxoa

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.