Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

184 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2010

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

C'est qui le patron, c'est... Ozzy Osbourne "Scream"

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ozzy’s back !!! Ozzy’s back et il est pas content. Et il va le faire savoir. Pour son dixième album studio, Ozzy Osbourne est bien décidé à assumer son statut de porte-étendard du heavy metal. Et ça se voit dès la pochette : Ozzy, façon ange des ténèbres au sommet de la montagne, drapeau noir au vent, d’un geste de la main semble nous bénir… Ou nous maudire, qui sait ? C’est le "Prince of fucking darkness" après tout… Il y a quarante ans, ce type a quasiment inventé le heavy metal à lui tout seul et il était bien temps qu’il revienne signifier à ceux qui ne voyaient plus en lui qu’un papa gâteux de télé-réalité (la très drôle série "The Osbournes " diffusée sur MTV de 2002 à 2005) quelle était sa place véritable : celle du chef de famille.
Et pour remettre les pendules à l’heure, le Madman a commencé par virer son trop envahissant guitariste Zakk Wylde (Black Label Society) : les derniers albums "Down to earth " (2001) et "Black rain " (2007) sonnaient un peu trop comme du BLS et d’aucun se demandait alors qui était le vrai patron. Exit Zakk, son look de biker viking et ses omniprésentes harmoniques : son remplaçant devra être plus discret, plus docile. Il n’a même pas de nom véritable, juste une initiale, Gus G. Personne ou presque ne le connait. il ne fera pas d’ombre à la légende. Du passé faisons table rase : le batteur Tommy Clufetos (ex-Rob Zombie) remplace Mike Bordin (Faith No More) qui sans doute n’avait plus la foi ou bien ne voulait plus gagner des millions. (Mike Bordin est également célèbre pour avoir lamentablement échoué dans l’émission "Who wants to be a millionaire"…). Le bassiste Blasko n’est cependant pas l'unique rescapé du plan de licenciement massif. On a aussi gardé le clavier Adam Wakeman, tout au fond sur la photo… Kevin Chunko assure la production et l’essentiel de l’écriture, comme il l’avait fait sur "Black rain". Le gang (de mercenaires ?) est au complet, l’assaut peut commencer.
Et d’emblée, ça frappe fort. Fort et lourd. Fucking heavy. Le morceau inaugural s’appelle "Let it die" et annonce clairement la couleur : Ozzy ne rigole plus, il n’y aura pas de rescapés, pas de prisonniers. Il est difficile de ne pas succomber à la puissance de feu de cette machine de guerre. Le son est énorme, la rythmique bombastique, Gus G. fait du Zakk Wylde sans les artifices et Ozzy semble plus rageur que jamais. L’impression initiale est vite confirmée par les deux titres suivants, le tubesque et groovy "Let me hear you scream " et surtout par l’écrasant mid-tempo "Soul sucker " qu’on croirait tout droit sorti de "Masters of reality" de Black Sabbath. Le reste est à l’avenant, oscillant entre le très bon et le magistral, comme ce "Diggin’ me down" qui, après une superbe ouverture acoustique, développe un riff monstrueux et parfaitement irrésistible. Depuis "No more tears" (1991), on n’avait rien entendu de meilleur de la part du parrain du metal. Les uppercuts s’enchaînent avec une régularité presque métronomique. Tel un boxeur vieillissant, Ozzy mise aujourd’hui d’avantage sur son expérience du corps à corps que sur son jeu de jambes. Le dévastateur "Fearless" nous coupe le souffle que nous ne reprendrons que le temps de l’honorable ballade "Time ". Mais très vite, deux crochets au foie, le thrashisant "I want it more" suivi du syncopé "Latimer’s mercy" nous forcent à baisser la garde. Au onzième round, Iron Man décide de précipiter le KO. Et il nous expédie "ad patres" par un quasi coup bas, la séquence chansonnette émotion : "We all must stand together now/ Or one by one we fall /For all these years you’ve stood by me /God bless i love you all." En moins d’une minute, cette déclaration d’amour à ses fans qui sonne aussi peut être comme un adieu, nous envoie dans les étoiles…


Ozzy Osbourne

Scream

Une chronique SEFRONIA de Vinxx DeLorean
Metal Note 8.5
2010
Un CD Epic 2010

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica