Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

184 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 sept. 2012

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Noire beauté : Bill Fay "Life is people"

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Progressivement remis en selle depuis le début des années 2000 suite à une première vague de rééditions, et grâce à l'influence de porte-voix prompts à le citer comme influence majeure (Jeff Tweedy, de Wilco, dont on reparlera plus loin), "Life is people" marque le véritable retour du vétéran Bill Fay – et quel beau retour.
Avec deux véritables disques à son actif à la charnière 60-70, Bill Fay a-t-il seulement été vraiment parmi nous ? C'est rien moins qu'un hiatus de quarante ans qui prend fin aujourd'hui ; autant dire toute une génération pendant laquelle nous sommes nés et nous avons grandi, sans ses disques. D'où vient alors cette sensation de proximité ? Bien sûr, Fay n'est pas le premier papi rockeur à sortir des limbes : mais à la récente différence d'un Roky Erickson, nul besoin de la béquille d'un jeune groupe fougueux (Okkervil River) pour faire tout le boulot. Bill a beau être accompagné par les musiciens de… Noel Gallagher (!?), c'est lui qui tient la barre ; et pour faire le liant avec autrefois, on retrouve Ray Russel et Alan Rushton qui jouaient sur "Time of the last persecution" (1971).
Entre éclaircies et ciel sombre, "Life is people" est d'une noire beauté. Bill Fay n'est toujours pas un grand chanteur, voix fatiguée en prime, mais il incarne sa musique comme peu le font. Durant toutes ces années loin de l'industrie musicale, il n'a jamais cessé d'écrire et d'enregistrer chez lui, et ses chansons reflètent une réflexion toujours en mouvement : tous les thèmes abordés, dont l'énumération peut faire catalogue (guerre, pollution, spiritualité au sens large, les civilisations…) sont passés au tamis d'une expérience émotionnelle, humaine. Cela donne un disque un peu "bigger than life", à portée universelle, un genre auquel on n'est plus habitués (on pense à John Lennon...). "There is a valley" et "This world" sont classic-rock bon teint, cette dernière bénéficiant de la discrète présence de Jeff Tweedy aux chœurs. Pour la première fois, on remarque la filiation vocale. Fay emballe le retour d'ascenseur en reprenant plus loin "Jesus etc." sans artifices, au bord de l'épuisement – c'est peut-être dans cet état que sont adressées les plus sincères prières.
La magie opère, au point d'inflexion entre les funèbres cordes lancinantes de "Big painter" et le piano de "Never ending happening". L'obscurité n'est jamais totale : "Be at peace with yourself", avec son chœur gospel qui ailleurs sonnerait tarte-à-la-crème ; "Empires", "The healing day", beaux slows à l'ancienne avec orgue et cordes, sont des chansons de réconfort. "City of dreams" est une classieuse balade bluesy nocturne comparable à celles que Bob Dylan sert à exemplaire unique sur chacun de ses derniers disques.
La voix de Bill Fay fait partie de celles, rares, qui forcent l'écoute non pas à cause de leur qualité technique mais par le poids humain qu'elles véhiculent. Par-delà les générations, "Life is people" est un disque frère, partageur et ouvert. Une main tendue que l'on se hâte de saisir. Mais comme toujours chez Bill Fay, les plus humanistes de ses chansons sont minées de l'intérieur : la lutte intérieure est permanente, totale. Loin d'être une prière lénifiante, "Thank you Lord" ouvre sur des abîmes bien plus sombres où l'on sent tout proches le scepticisme, le doute, et la fragilité de notre condition.


Bill Fay     Life is people

2012     Pop Rock 

 Une chronique SEFRONIA de Jérôme Fiori

 Note 10.0

Un CD   Dead Oceans

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid