Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

184 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2010

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Singulier et intelligent : Phantom Buffalo "Cement postcard with owl colours"

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Carte postale de ciment avec des couleurs chouette" : le groupe de Portland a eu l'idée du titre à partir de la traduction automatique d'une chronique française de leur premier disque "Shishimumu" (2002, distribué en Europe en 2005) – à part Bayon, on ne voit pas qui pourrait écrire un truc pareil ! Ces Américains ont l'air d'avoir fait perdre le nord à beaucoup de ceux qui les ont écoutés : "Take to the trees" (2008) étant passé inaperçu chez nous et ailleurs aussi, à notre tour d'être déboussolés.
Phantom Buffalo dessine un univers singulier, trop intelligent pour être purement barré et trop intuitif pour ne se fier qu'à l'intellect : c'est un monde carrément en biais, dans lequel nous guide le chant blême et flûté, limite somnanbulique, de Jonny Balzano Brookes. On pense à Tom Verlaine ("Frogman"), dont le Television aurait été embarqué dans la capsule spatiale du Major Tom de David Bowie ("Space oddity", 1969). Chaque chanson laisse entrevoir un schéma directeur, complexe et pourtant instantanément accessible : par exemple "Bad disease" (chanté par le guitariste Tim Burns), avec sa guitare qui file droit au milieu d'un chaos maîtrisé. Une musique de math-rockeux qui ont fumé leurs copies saturées d'équations, et qui finissent par inventer leur propre logique – pas si loin des cancres géniaux Pavement.
Le groupe explore aussi des voies très ludiques : les couplets et les refrains de "Greenstar botanical airway" sont arrangés avec des combinaisons d'instruments chaque fois différentes, la voix de Jonny servant de fil rouge. Cette chanson placée en ouverture, comme un faux départ avant un "Bad disease" moins taquin, a pour effet de bousculer les habitudes de l'auditeur, afin que Phantom Buffalo puisse ensuite imposer ce que bon leur semble. Le côté coq-à-l'âne savant des compositions du groupe renvoie à une tradition rock psychédélique qui a perduré jusqu'à aujourd'hui - des Spacemen 3 ou Olivia Tremor Control dans les années 90 aux plus actuels Black Angels. Une page de leur site internet est consacrée à lister leurs instruments, ce qui dénote une attirance pour le matos "vintage" sixties-seventies. La jaquette me rappelle d'ailleurs une compile des Pink Floyd (qui me faisait très peur quand j'étais petit).


Pour autant, pas de syndrome néo-rétro ici : les chansons de Phantom Buffalo ne ressemblent à aucune autre et se révèlent de plus en plus addictives au fil des écoutes. Un clavier acide fait tout le sel psychédélique de "Weather the weather", complètement obsédante et dont on n'arrive pas à faire le tour en 4'10. Un peu plus loin, "Ray Bradbury's bones" est un délectable et court "shot" d'americana carillonnante, Byrdsienne, que prolonge le riff cristallin (comme joué sur une Rickenbaker 12 cordes) de la plus tendue et baroque "Trinket shop". Le groupe sait aussi aller vers un classicisime pop, comme sur la souple "Atleesta". On perd juste le fil sur la toute fin du disque, qui est assez long (55 minutes). Phantom Buffalo trouve un chemin inédit entre ligne claire et brouillage complet des cartes : un endroit où expérimentation, inspiration très libérée et pop très mélodique font bon ménage.


Phantom Buffalo

Cement postcard with owl colours

Une chronique SEFRONIA de Jérôme Fiori
Pop Rock Note 8.5
2010
Un CD Microcultures

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff