Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

184 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mai 2019

Retour de Droopy : James Blake "Assume form"

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

James Blake- Mile High (feat. Travis Scott and Metro Boomin) © JamesBlakeVEVO

Petit génie de l'électro-pop, le Droopy blondinet clôt avec "Assume form" une décennie qui l'a vu connaître le succès public et la reconnaissance de ses pairs : c'était aussi celle de ses vingt ans. Son éclosion publique en tant qu'artiste a semble-t-il été plus rapide que celle de sa personnalité privée, ce que pouvaient laisser entrevoir des disques de plus en plus diffractés ("The colour in anything", 2016) dont l'électronique subtile s'accordait élégamment avec un épais vague-à-l'âme.

"Assume form" est celui de l'ouverture, avec un storytelling très apparent : Blake y parle frontalement de ses émotions, invite d'autres à poser leur voix (des jeunes pousses : le rappeur Travis Scott, les chanteuses Moses Sumney et Rosalia, le vétéran André 3000 – moitié de Outkast). Sur "I can't believe the way we float" et son tapis volant de voix, il semble approcher de la félicité : tout cela ressemble à une séance fructueuse de coaching de développement personnel.

James s'approche parfois des côtés les plus guimauve de Stevie Wonder ("Are you in love ?") mais sa patte faite de minimalisme, avec un chant très teinté de soul, garde un cap intimiste. Bien qu'ayant déménagé de Londres à Los Angeles, Blake a emporté avec lui sa préférence pour les lumières tamisées à celles d'un plein midi : "I'll come too" est une dérive nocturne, classieuse, et pas solitaire. Composée au piano, "Don't miss it" est comme une adresse à lui-même de ne pas laisser filer sa vie, comme on se ferait un tatouage pour ne pas oublier. Est-il passé si près du gouffre pour qu'il cherche autant à s'en éloigner ?

James Blake - Assume form    Angleterre 2019    Electro    

Note 7.5

Un CD Polydor

Une chronique SEFRONIA de  Jérôme Heff

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat