Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

184 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 oct. 2010

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Immaculée rédemption : Judy Collins "Paradise"

Sefronia
Univers de chroniques musicales et des environs...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

71 ans, une dégaine d'actrice de soap, plus de cinquante ans de carrière, revenue de tout, de la dépression comme de la bouteille, mais la voix, cette "même" voix que dans les années soixante, pure et cristalline, quand siamoise d'une Joan Baez, Judy Collins était une des fers de lance du nouveau folk américain, habituée de Newport et de Greenwich Village, celle pour qui Stephen Stills écrivit "Suite : Judy blue eyes" sur le premier album de Crosby, Stills & Nash.

La verve d'écriture n'est plus là, et ses albums se contentent à présent d'empiler les reprises - le précédent, en 2007, s'attaquait au répertoire de Lennon et McCartney. Celles que "Paradise" propose sont souvent l'occasion de duos (avec Joan Baez, Stephen Stills, Michael Johnson), puisent dans le répertoire de ses collègues folkeux (pas Dylan, mais Tom Paxton, Stanley Jones ou Amy Speace), pop ("Gauguin" de Jimmy Webb), s'auto-citent ("Over the rainbow" qu'elle chantait déjà en 1965) avec la primeur d'une chanson originale toutefois, "Kingdom come", dédiée aux pompiers de Ground Zero.
Un album qui s'écoule comme l'eau claire filant tranquille sur les galets d'un jardin japonais, calme et serein, avec deux temps forts, l'hyper-standard "Ghost riders in the sky" à qui elle redonne une grâce que les nombreuses versions western avaient à force gommée (Tom Paxton et Jimmy Webb aux chœurs et "Once i was" de Buckley, dont elle parvient à extraire l'essence tout en la faisant sienne. Du grand art.


Judy Collins

Paradise

Une chronique SEFRONIA de Francois Branchon
Folk Note 9.0
2010
Un CD Wildflower

> Plus d'infos sur cette chronique ici

> Des milliers d'autres chroniques ici

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal — Livres
Dans les bibliothèques de Marseille, le patrimoine est « en grand danger »
Marsactu a consulté le rapport provisoire de l’Inspection générale de la culture, du sport et de la recherche sur les bibliothèques de la cité phocéenne. Celui-ci revient sur la faiblesse de l’offre, le mal-être des agents et souligne la situation de « grand danger » de certains fonds patrimoniaux.
par Benoît Gilles (Marsactu)

La sélection du Club

Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André