Ukraine, fascistes et confus : Casapound avec Kiev, Forza Nuova avec Poutine

Fiorenza Rossa, 22 09 14 - Casapound sur l'affaire ukrainienne a eu une ligne "cohérente" : pro Kiev et donc Pro-Ue depuis le début de l'histoire, excepté un "petit problème", en Italie par contre Casapound est anti-Ue.

 

De Casapound nous savons qu'elle a des contacts étroits avec Secteur Droit parti avec lequel elle a eu aussi des rencontres à Rome et vers lequel il y a eu même envoi de "camerati"* et combattants : de Zippo, "camerata" fameux pour avoir frappé des militants du PD, à Francesco Saverio Fontana, enrôlé dans l'escadron noir du bataillon Azov (connu pour la brutalité avec laquelle il opère contre la population civile du Donbass) et revenu récemment en Italie, déjà en train de faire la propagande pro nazie avec le fanion du bataillon bien en vue (1).

 

Plus intéressante par contre la situation de Forza Nuova : si dans un premier temps FN rencontrait les mêmes problèmes de Casapound, soit un positionnement pro Ue sur la situation ukrainienne et anti UE en Italie, aujourd'hui le parti de Roberto Fiore fait "le saut de la caille" en passant du front noir pro Ue au front noir pro Poutine. Qu'ils aient un peu honte de la chose le démontre le fait que les articles de revendication des rencontres avec Svoboda ont disparu du site de Forza Nuova (même si les "camerati" ont oublié d'éliminer les liens : par exemple 

http://www.forzanuova.org/comunicati/europa-delegazione-di-fn-incontra-rappresentanti-di-svoboda-kiev  ou bien cette émouvante lettre du secrétaire Roberto Fiore aux "camerati" de Svoboda, http://www.robertofiore.net/comunicati/lettera-aperta-al-partito-svodoba-ucraina).

 

Ainsi Forza Nuova, pour se crédibiliser dans le nouveau front international noir, dans lequel il a décidé d'entrer à participer, a déjà commencé à envoyer ses meilleures pièces sur le terrain. Et ainsi émerge le "mystère" (2) d'Andrea Palmeri, de la ville de Lucca, trente-cinq ans, qui disparaît en juillet et réapparaît directement en Ukraine (3).

 

Andrea Palmeri à Lucca est connu : il est chef d'un groupe d'ultras fascistes, les Bulldog, connus pour avoir faire le nettoyage au stade de toute trace de couleur rouge, à coups de barres de fer et de coups de poings (4), activité ayant abouti à l'agression à coups de couteau, en 2007, d'Emanuele Pardini, activiste du CSA Cantiere Resistente. Les expéditions par lesquelles les Bulldog de Palmeri essaient de construire la "terreur noire" sortent ainsi du stade et finissent dans des pubs et des bars à bière : il y a deux ans Sasha Lazzerini, un habitué de bars, finit frappé à sang avec cent points de suture seulement au visage, sans parler d'un oeil perdu (5).

 

Le même Palmeri se rend responsable d'une agression dans un bar à bière, en frappant droit au visage, avec une bague en forme de pyramide, Stefano Benassi, 34 ans, coupable d'être trop habillé en "communiste" : écoulement de sang dans le cerveau, zygomatique fracturé, traumatisme à la zone oculaire et surcilliaire (6) (7).

 

Ainsi Palmeri finit par avoir une situation pénale plutôt difficile, plus de bagarreur de rue que de "camerata" engagé dans des activités politiques : "A la condamnation de 2e degré de 5 ans et demi pourraient s'ajouter en un-deux ans d'autres condamnations définitives. Par exemple est attendu le jugement de 2e degré pour l'agression en ville, causant un dommage à une femme de quarante ans atteinte par un coup de poing au visage assené par le "Generalissimo", lui ayant  causé la fracture de la mâchoire avec un pronostic réservé supérieur à 40 jours. L'épisode eut lieu le 19 juillet 2008 dans le Corso Garibaldi, et le chef des Bulldog fut condamné au tribunal à vingt mois de réclusion. Sans parler de l'autre agression - celle au serveur à l'extérieur du pub l'Ottavo Nano - qui a couté à Palmeri 88 jours de préventive. C'est probablement le seul des Bulldog à risquer de nouveau l'arrestation pour un cumul de la peine" (8).

 

Au moment de sa disparition Palmeri était donc soumis au régime de surveillance et à l'obligation de rester au domicile, traitement de faveur plutôt suspect et qui nous montre le deux poids deux mesures habituels employés par les forces de l'ordre en fonction de la couleur politique : si d'un côté Davide Rosci (un antifasciste de Teramo) est reconduit en prison parce que, s'étant trompé de journée, "évade" de la résidence surveillée persuadé de devoir partir au travail (9) ; d'un autre côté Andrea Palmeri, soumis à la surveillance spéciale parvient à disparaître et même à arriver dans le Donbass.

 

La revendication de son entrée dans les Milices populaires de la Novorossiya, l'actuelle "Armée Populaire", est visible dans son compte Facebook et sur les sites d'information sur l'extrême droite (10).

 

Evidemment Palmeri et Forza Nuova savent très bien qu'il est difficile, sinon impossible, de se promener au son des salutations romaines, croix celtiques et croix gammées dans une zone où l'antifascisme est viscéral, profond, une question compromettante parce que tout le monde a bien imprimé dans la mémoire la tragédie représentée par la Grande Guerre Patriotique et montre fièrement le ruban de Saint George.

 

Par conséquent il est plausible de penser que Palmeri, à l'armée du Donbass, ne soit pas en train de raconter toute l'histoire. En effet il se rapproche de cet événement avec une claire orientation communautariste-rouge-brune : il déclare lui-même que dans cette histoire communisme et fascisme n'ont plus rien à voir, mais que les forces anti-système doivent s'unir dans un vaste front anti-Usa, rhétorique chère aux rouge-bruns de chez nous et en Russie bien défendue par Douguine et par ses acolytes ultra-nationalistes. Ce sont justement les Ukrainiens proches de Douguine qui remercient les "camerati italiens" qui se sont enrôlés, comme on peut le lire directement sur le compte facebook de Gubarev, ex chef de la milice du Donbass (11).

 

Sûrement quelqu'un emploiera cette histoire pour diffamer ultérieurement la Résistance du Donbass, en ôtant de la valeur au sang versé par ce peuple pour sa liberté contre l'agression impérialiste des USA, UE et OTAN. Mais cette histoire rend plus clairs au moins deux passages, qu'il faut lire correctement. Le premier est sûrement le fait que, pour la énième fois, les fascistes démontrent de n'avoir aucune idéologie cohérente et organique, mais d'être seulement bons de se vendre au meilleur maître. Le deuxième est que, même lorsqu'ils décident de participer à n'importe quelle mobilisation, ils sont encore obligés de le faire de manière sournoise, parce qu'ils continuent, heureusement, d'être imprésentables soit singulièrement soit comme organisations politiques. Dénoncer cette présence ne signifie pas donc, miner la valeur de la Résistance dans le Donbass, mais représente sûrement l'énième possibilité de décrédibiliser les tentatives d'infiltration ainsi qu'un réel soutien à la gauche de classe qui peut être ainsi plus incisive dans la critique des nationalistes du Donbass. 

 

Dans une situation si compliquée, en effet, si notre message politique principal doit être le plein soutien au front de résistance dans son ensemble, il faut en même temps essayer de soutenir le plus possible la gauche de classe présente à l'intérieur de ce front, comme par exemple l'organisation Borotba  [www.borotba.org e http://ukraineantifascistsolidarity.wordpress.com/]. A notre petite échelle et à distance, ceci signifie aussi être vigilants sur nos fascistes et permettre à nos camarades ukrainiens de connaître leurs mouvements et leurs manoeuvres. De la même manière dont nous avons dénoncé le rouge-brun "coordination solidaire pour le Donbass" de Naples (12) et l'également rouge-brune (mais il serait mieux de dire fasciste) association Millenium (12), de même aujourd'hui nous dénonçons la présence de Palmeri et les tentatives d'infiltration de Forza Nuova dans une lutte de résistance qui a dans l'antifascisme une ligne directrice historique et politique très forte.

 

 

Fiorenza Rossa

 

*en italien, les fascistes s'appellent entre eux par le mot "camerati" et les communistes "compagni", marquant ainsi une différence sémantique irréductible au mot français "camarades". Faute de connaître le terme équivalent, je l'ai laissé en italien.

 

 

[1]http://popoffquotidiano.it/2014/09/16/il-legionario-fontana-partecipa-a-una-manifestazione-pro-kiev-a-milano/

 

 

[2] http://www.lanazione.it/lucca/palmeri-scappa-da-un-mese-non-si-trova-pi%C3%B9-1.15146

 

 

http://iltirreno.gelocal.it/lucca/cronaca/2014/07/04/news/andrea-palmeri-e-uccel-di-bosco-non-si-trova-piu-da-un-mese-1.9533117

 

 

[3] http://www.fascinazione.info/2014/09/andrea-palmeri-da-lucca-al-donbass-per.html

 

 

[4] http://www.ilpost.it/2010/06/03/il-branco-che-insanguina-lucca/

 

 

[5] http://www.lanazione.it//lucca/cronaca/2010/05/18/333373-aggressione_choc.shtml

 

 

[6] http://www.loschermo.it/articoli/view/51266

 

 

[7] http://www.loschermo.it/articoli/view/51134

 

 

[8] http://iltirreno.gelocal.it/lucca/cronaca/2014/01/25/news/bulldog-provata-l-associazione-adesso-palmeri-rischia-l-arresto-1.8539609[9]http://osservatoriorepressione.blogspot.it/2013/02/15ottobre-la-persecuzione-continua.html

 

 

[10] http://www.fascinazione.info/2014/09/andrea-palmeri-da-lucca-al-donbass-per.html

 

 

[11] https://www.facebook.com/pgubarev/posts/941742882519124

 

 

[12] http://contropiano.org/articoli/item/26114

[13] http://contropiano.org/politica/item/24603-la-resistenza-nel-donbass-e-i-nerissimi-rossobruni-di-millenium?highlight=YToxOntpOjA7czoxMDoibWlsbGVubml1bSI7fQ==

 

 

 

Contropiano.org 

http://contropiano.org/internazionale/item/26422-ucraina-fascisti-e-confusi-casapound-con-kiev-forza-nuova-con-putin

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.