La question ukrainienne, la Russie et le droit international - par Robert Charvin

Robert Charvin est Professeur Émérite de l'Université de Nice-Sophia-Antipolis et Doyen Honoraire de la Faculté de Droit et de Science Politique de Nice. Très investi dans le mouvement alter-mondialiste il a animé divers cercles de soutien international, tant à Nice, qu'au niveau national et international. Il a également été conseiller général des Alpes-Maritimes. Il est actuellement membre du Conseil exécutif de l'association Nord-Sud XXI. Il est auteur d'ouvrages universitaires et littéraires. (source wikipedia, v. bibliographie). Parmi ses textes disponibles sur le web, on peut trouver "La guerre ango-américaine contre l'Iraq et le droit international - Apocalypse Now" de 2003, ainsi que "L'intervention en Libye et la violation de la légalité internationale : un retour à la pseudo "morale internationale" du 19e siècle" de 2012.  

Toujours au sujet de la crise ukrainienne, il a publié au mois de mars de l'année dernière un important essai intitulé La question ukrainienne : une étape dans le processus de déconstruction du droit international par les puissances occidentales

  

Robert Charvin 

3.02.15 - Les médias occidentaux ont profondément malmené l'information au sujet de la crise ukrainienne, présentée non comme essentiellement l'implosion de l’État et de la société ukrainienne, mais comme un affrontement entre Kiev, l'Union Européenne, les États-Unis d'une part et la Russie d'autre part. Ils semblent s'être interdit d'envisager une solution négociée et diplomatique, et condamnent sans nuance la Russie de V. Poutine, en retrouvant les accents de la « guerre froide » qui avait disparu à l'époque de B. Eltsine. Les mêmes médias se sont peu attardés sur la nature ambiguë de la « révolution » très peu « démocratique » de Kiev, reprenant à leur compte les accusations portées contre les rebelles de l'Est, qualifiés de « terroristes », après avoir accusé la Russie « d'expansionnisme ». 

Dans les faits et très vite, les États-Unis et l’Union Européenne ont procédé à une escalade antirusse sous couvert d’une « indignation » à l’encontre d’une « ingérence » russe attentatoire à la souveraineté de l’Ukraine. Ils avaient pourtant exercé de fortes pressions depuis des années (particulièrement en 2004 lors de la « révolution orange », puis en 2008, lors du Sommet de Bucarest avec une invitation à entrer dans l’OTAN, etc.) et lors des manifestations de Maïdan (1).

Les médias occidentaux n’ont jamais pris en compte le fait que le gouvernement contesté (quelle que soit sa mauvaise « qualité ») était légalement en place à la suite des élections de 2010 jugées régulières par les observateurs internationaux et que la veille de son renversement par un coup d’état, un accord avait été conclu entre le président ukrainien, l’opposition et les ministres des Affaires étrangères de France, d’Allemagne et de Pologne et soutenu par la Russie (étaient décidés des élections anticipées, le retour à la Constitution de 2004 et la formation d’un gouvernement d’union nationale). 

On peut s’interroger sur « l’innovation » historique que représente l’appui donné par le monde occidental aux « révolutions » de certains pays et donc sur la nature des « révolutions » ainsi soutenues. 

Prenant visiblement leurs informations auprès de l’OTAN, les grands médias occidentaux ont appuyé immédiatement le gouvernement insurrectionnel ukrainien qualifié de « démocratique », en dépit de sa composition faisant une place importante au parti d’extrême droite Svoboda et malgré ses premières mesures hostiles aux russophones de Crimée et de l’Est. 

Le « soft power » euro-américain qui s’est ainsi manifesté une fois de plus en Ukraine, comme cela avait déjà été le cas pour les ex-républiques soviétiques, l’avait emporté sans aucune prise en compte de la légalité, (du droit constitutionnel comme du droit international) et de la sociologie du peuple ukrainien. 

En effet, nul ne remet en cause explicitement le principe de l’égale souveraineté des États ni celui de la non-ingérence dans les affaires intérieures de chaque État. Or, les États occidentaux pratiquent activement, lorsqu’ils l’estiment utile, l’ingérence sous toutes ses formes et sous les prétextes les plus divers : avec le recours à la force armée contre l’Irak, la Libye ou la Côte d’Ivoire, par exemple, avec les moyens politiques et financiers donnés à certaines forces (notamment les Frères Musulmans) lors des « printemps arabes » et aux pro-occidentaux lors des différentes « révolutions » dans les ex-Républiques soviétiques.

Le processus interventionniste est plus ou moins standard : à l’occasion d’une crise interne, les forces occidentales instrumentalisent le conflit et l’internationalisent afin d’en récupérer le bénéfice économique et stratégique. L’objectif est d’ouvrir le marché aux grandes firmes privées (par exemple, dans le domaine énergétique) et d’occuper de nouvelles positions stratégiques au profit de l’OTAN. 

Ils se dispensent au contraire d’intervenir et vont jusqu’à bloquer toute interposition, par exemple celle de l’ONU, lorsqu’il s’agit d’assister un allié, comme Israël ou de s’opposer à une révolution réellement populaire comme au Bahreïn en s’associant à l’Arabie Saoudite. 

La crise ukrainienne s’inscrit dans le cadre de cette stratégie globale : l’isoler des autres crises et en faire un phénomène sui generis, comme le font les propagandistes occidentaux, ne correspond pas à la réalité. En faire une manifestation d’un impérialisme russe de retour et accuser l’État russe d’obsession paranoïaque, alors que c’est l’OTAN qui tente en permanence d’élargir sa zone d’intervention en intégrant dans son orbite successivement des États aux frontières de la Russie (2), c’est procéder à une inversion des faits. Dans la crise ukrainienne, c’est l’Union Européenne et les États-Unis qui sont à l’offensive alors que la Russie n’est que réactive. 

La part du droit n’est, à l’évidence, que minime dans la crise ukrainienne. Mais il est paradoxal de prétendre que les États occidentaux, en la circonstance, sont les défenseurs d’une légalité internationale qu’ils invoquent par ailleurs si rarement, l’instrumentalisant parfois ou l’ignorant souvent.

L’effondrement de l’URSS a révélé clairement ces pratiques occidentales. Les États-Unis et l’Union Européenne ont eu, durant les années 1990, en raison de l’extrême faiblesse de la Russie de B. Eltsine, l’illusion de pouvoir imposer une « gouvernance globale » à leur profit. Après avoir dû supporter la bipolarité durant la « guerre froide » et les dispositions « perturbatrices » de la Charte des Nations Unies (égalité souveraine des États, non-ingérence, etc.), les pouvoirs publics et privés d’Occident ont cru pouvoir bénéficier d’un monde « unipolaire », en mesure de refuser la solution multilatérales du droit international, particulièrement dans le domaine de la résolution des conflits et du droit économique.

A partir des années 1990, nouvelle phase d’hégémonie occidentale, jusqu’à la renaissance de la Russie et la montée en puissance de la Chine, les États occidentaux se sont attachés à déconstruire le droit international, à créer des espaces marchands hors de toute souveraineté étatique, à tenter de transformer le système normatif légal en une vague « morale » internationale proche de celle du XIX° siècle (par exemple, en restaurant la vieille conception théologique de la « guerre juste »), en distinguant parmi les États, pourtant tous membres des Nations Unies, ceux qui étaient « éligibles » au droit international et ceux qui ne l’étaient pas (par insuffisance « démocratique »), rejetant le principe fondamental de l’universalisme de la Charte. Le tout accompagné de la perversion de diverses notions du droit international (« l’humanitarisme », « le sécuritaire », les droits de l’homme, etc.). C’est l’antiterrorisme qui a servi de « clé de déverrouillage » du droit international « gênant », mais c’est la volonté d’une « gouvernance globale » de l’économie mondiale qui est l’objectif poursuivi. 

En effet, le déclin relatif du pouvoir économique et financier des États-Unis à l’échelle mondiale, conjugué à leur messianisme traditionnel et à leur complexe de supériorité, encouragé par l’alignement fréquent des États européens (voir, par exemple les négociations du Traité transatlantique) est un facteur essentiel du recours direct ou indirect à la violence afin de sauvegarder une position encore hégémonique. 

Avec l’appui de certains États tels que la Pologne ou les Républiques baltes (dont certaines orientations sont souvent néofascistes, renouant avec leur histoire pré-soviétique), l’hostilité antirusse est réapparue face à une Russie reprenant progressivement sa place de grande puissance européenne. Dans le sillage de l’histoire traditionnelle de l’Europe, la Russie n’est tolérée que lorsqu’elle est affaiblie. La reconstruction de l’État russe avec la présidence Poutine est assimilée à une « menace » contre l’Occident qui considère que les avancées de l’OTAN dans l’environnement russe immédiat sont la « bonne » réplique, ainsi qu’un système de sanctions visant l’économie russe, en lieu et place de la négociation et de la conciliation. 

S’il est difficile de qualifier cette nouvelle phase des relations Est-Ouest, ouverte avec la crise ukrainienne, de nouvelle « guerre froide », car il ne s’agit plus d’un affrontement antagonique entre deux modes de production, on peut qualifier cette crise de « guerre tiède », par procuration. Le gouvernement de Kiev, assisté par l’Union Européenne et les États-Unis, se refuse depuis son installation à toute négociation réelle avec les populations de l’Est de l’Ukraine : l’accord du 17 avril 2014 vite « oublié » visait le désarmement des forces en présence (il y a aujourd’hui plus de 5.000 victimes de l’affrontement), l’accord de cessez-le-feu de Minsk du 5 septembre 2014 lui-même n’a pas été pris en compte, tout comme le Mémorandum du 20 septembre envisageant le retrait des combattants étrangers. Le plan présenté par le Président Poutine, lors de son voyage en Mongolie, n’a pas été examiné : il s’agissait pourtant de préparer un accord politique entre Kiev et les insurgés de l’Est, comprenant un arrêt des combats, le départ de l’armée des villes, l’arrivée d’une force onusienne d’interposition et la création de couloirs humanitaires.

Pour Kiev, comme pour les Occidentaux, il n’est plus question de faire jouer « la responsabilité de protéger » les civils, alors qu’ils considèrent cette responsabilité comme un principe coutumier du droit international (il a joué à Benghazi contre l’État libyen et en Côte d’Ivoire, pour éliminer le régime Gbagbo) (3). 

La seule réponse des États-Unis et de l’Union Européenne est l’alourdissement des sanctions économiques et politiques contre la Russie, tandis que celle de Kiev est de refuser tout dialogue sur une solution politique (par exemple, fédérale) avec les insurgés de l’Est et de bombarder les populations civiles (4). 

Les positions de la Fédération de Russie vis-à-vis du droit international sont duales. La Russie reprend à son compte le droit positif en essayant de lui donner une effectivité que les États-Unis, au contraire, remettent en cause. Elle réplique parfois en se fondant sur des positions antérieurement prises par les Etats occidentaux eux-mêmes. 

Elle ne participe pas à la déconstruction du droit international parce qu’elle n’y a aucun intérêt : elle a au contraire besoin par exemple du respect de la souveraineté nationale de chaque État, consacrée par la Charte des Nations Unies, dans la phase de réorganisation qu’elle traverse et du rapprochement avec la Chine et l’Asie. Elle est de plus en plus hostile aux pratiques spéculatives qu’autorise le droit international des affaires, jouant notamment sur le prix des matières premières, le pétrole en particulier. A l’inverse des pouvoirs privés occidentaux, la Russie a besoin de la paix et d’un ordre économique international régulé.

Elle récuse l’idéologie du « cas par cas », développée par les États-Unis, source d’une insécurité juridique généralisée et des interprétations d’une extrême « souplesse » et souvent de mauvaise foi (5) des puissances occidentales, réticentes à l’égard du multilatéralisme. 

Malgré l’embargo qu’elle subit, la Russie entend ni rompre avec les Puissances occidentales ni tenter d’exercer sa propre hégémonie : cette ligne est, par exemple, illustrée par sa participation active au projet ITER, édifiant un réacteur thermonucléaire expérimental (installé à Cadarache) révolutionnant la fission nucléaire, porteur d’un grand avenir pour tous. 

En bref, à l’agressivité de Kiev, des États-Unis et de l’Union Européenne, la réponse russe est politique et diplomatique. La Russie sait qu’il n’y a pas d’avenir pour l’Europe sans la Russie qui, pour sa part, souhaite encore ne pas se priver de l’Europe. Les puissances occidentales et leurs alliés d’Europe de l’Est sont hostiles à cette multipolarité car elle implique « plus de Chine et plus de Russie » (6). La Russie est au contraire favorable à un monde multipolaire qui est la meilleure garantie du maintien de la paix et d’une plus grande effectivité du droit international. 

L’intégration de la Crimée dans la Fédération de Russie ne constitue pas une violation de la légalité internationale si l’on se réfère à la fois à la situation ukrainienne lorsqu’elle a été réalisée et aux pratiques occidentales. Les autorités de Kiev, issues de la révolte de Maïdan, ne sont pas fondées à invoquer la légalité ukrainienne. Elles ne peuvent, en effet, en ayant renversé le gouvernement légal, en ayant destitué le chef de l’État, sans respect de la loi constitutionnelle en vigueur et après avoir « épuré » la Cour Constitutionnelle, se prévaloir à propos de la Crimée, où s’était institué un autre pouvoir de fait, de la loi fondamentale simplement parce qu’elle servirait leur cause. La régularité du référendum d’autodétermination organisé par les autorités de la « République autonome de Crimée » a été peu contestée parce que peu contestable. L’intervention de militaires russes a été évoquée comme une ingérence extérieure : elle n’avait pas à l’être car cette présence résultait d’accords conclus en 1997 et 2010, valides jusqu’en 2042. La disparition des autorités légales à Kiev et les premières décisions prises ouvertement antirusses justifiaient même les mesures de sécurité des nouvelles autorités de Crimée assurant la protection des populations civiles locales. Leur droit à l’autodétermination fonde le droit à la sécession et au retour dans la patrie-mère. En effet, le transfert en 1954 de la Crimée sur décision de Khrouchtchev (pour des raisons politiciennes de direction de l’URSS) était totalement artificiel, alors que sa réintégration à la Russie est réellement conforme à la volonté de la grande majorité. (7) La soi-disant finalité « pro-démocratique » de la « révolution » de Maïdan n’efface pas son caractère illicite, sauf si l’on en revient à l’archaïque conception du « droit public de l’Europe » de la fin du XVIII° siècle et du XIX° siècle, qui prétendait être celui des « nations civilisées » dont seraient exclues abusivement la Russie et la population de Crimée ! 

De plus, les États européens sont très mal placés pour considérer le caractère illicite du référendum de Crimée. En effet, les pouvoirs « libéraux » de France et des Pays-Bas en 2005, de l’Irlande en 2009 n’ont pas hésité à annuler les résultats des référendums organisés dans leur pays respectif pour la seule raison que leur résultat ne correspondait pas à leurs objectifs, en faisant adopter par le Parlement ce qui avait été décidé par les citoyens !

La licéité de ces annulations est légalement des plus contestables : certains ont pu parler de forfaiture. De même, lorsque l’Union Européenne a interdit au gouvernement grec, en 2011, de mettre en œuvre sa décision d’organiser un référendum qui risquait d’aller à l’encontre des décisions européennes, elle a aussi manifesté d’un autoritarisme légalement suspect. La confusion en matière d’interprétation de ce qu’est la « démocratie » et le respect de la légalité, ainsi que le peu de cas reconnu à la volonté populaire empêchent le procès que l’Occident aurait voulu intenter à propos de la Crimée contre la Russie. 

La doctrine américaine favorable à l’autodétermination des peuples sous « domination aliénante » se retourne contre l’Occident. La Catalogne, l’Écosse, l’Italie du Nord, les peuples autochtones en Amérique du Nord et du Sud (et non plus seulement certaines populations du Sud) peuvent demain multiplier les sécessions plus ou moins stimulées par la recherche d’un espace marchand globalisé favorable aux firmes transnationales et à la volonté des États-Unis de préserver leur statut de superpuissance unique (8).

Ce chaos introduit par les États-Unis et leurs alliés au cœur du droit international devient une source d’insécurité pour tous, et ce n’est pas la diplomatie russe qui en est à l’origine ! 

La question des provinces de l’Est de l’Ukraine est d’une autre nature que celle de la Crimée, bien que les russophones y soient largement majoritaires. Au sein de l’Ukraine, ils constituent une forte minorité.

Le procès fait à la Russie pour ingérence dans les régions de Donetsk et de Lougansk ne peut être déclaré recevable sans examen, comme on le fait dans l’Union Européenne et aux États-Unis. La position de la Russie est fondamentalement réactive, alors que Kiev et ses alliés (États-Unis, Union Européenne) sont radicalement offensifs. La Russie n’a aucun intérêt à mettre en cause l’intégrité de l’Ukraine, bien qu’elle ne puisse pas politiquement ne pas apporter son soutien aux Russophones qui le réclament. C’est pourquoi la diplomatie russe, exprimée par le Ministre S. Lavrov, est orientée en permanence vers la conciliation et la recherche d’une solution « raisonnable » pour les parties au conflit.

Une fraction de l’intelligentsia occidentale (V. Havel, Habermas, D. Vernet, par exemple) a soutenu l’intervention de l’OTAN contre la Yougoslavie, puis celle en faveur des Kosovars contre la Serbie, au nom de la protection des populations en dépit du principe de l’intégrité territoriale et sans l’accord du Conseil de Sécurité. Le « droit des peuples » devait l’emporter, pour le bien légitime de la « société civile internationale » et parce que, selon le professeur A. Cassese, « la situation était en dehors du droit » ! 

Ce coup de force contre la souveraineté serbe, aboutissant à la sécession du Kosovo, a été, de surcroît, couvert par l’ONU (résolution 1244), sans considération de sa minorité serbe, rom ou turque, avec le soutien de l’Union Européenne dont les États membres ont été laissés libres de procéder à la reconnaissance diplomatique du Kosovo (9).

Comment les États occidentaux peuvent-ils à la fois soutenir la sécession du Kosovo et dénoncer avec virulence les revendications des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, assistées par la Russie (10) ?

Comparée à l’interventionnisme euraméricain massif au profit de Kiev, l’assistance russe est limitée. Elle ne s’est pas démentie malgré la radicalité de la politique suivie par Kiev, stimulée par ses alliés polonais et baltes (11) et surtout par les États-Unis. C’est ainsi que le Parlement de Kiev(12) s’est prononcé pour une adhésion rapide à l’OTAN et une révision constitutionnelle supprimant les dispositions fixant un statut de « non-aligné » entre la Russie et l’Occident. Il a adopté une loi ouvrant le capital des entreprises énergétiques aux firmes occidentales (13). Kiev a interrompu tous les services publics et stoppé le versement de toutes les prestations sociales pour les populations de Lougansk et de Donetsk.

Le Président Porochenko (14), quant à lui, ne semble envisager qu’une solution militaire pour « régler » les relations de Kiev et des populations russes de l’Est, sans considération pour les dommages subis par les populations civiles (15).

La diplomatie russe, pour sa part, insiste depuis le début de la crise, sur le fait qu’une solution de type fédéral s’impose, si l’option est de maintenir l’intégrité territoriale de l’Ukraine. 

La Russie n’a cessé de multiplier les propositions de négociation depuis le premier accord de Genève du 17 avril 2014 (avec les États-Unis, l’Union Européenne et les Ukrainiens), malgré la politique de sanctions économiques immédiatement décidée par les États-Unis et l’Union Européenne, en dépit des conséquences négatives pour l’économie ukrainienne qui a besoin de la coopération avec les deux parties. 

La solution la plus rationnelle pour l’Ukraine, s’il s’agit de concilier le droit des peuples et l’intégrité territoriale, est la mise en œuvre d’un système fédéral, au nom de la protection des minorités, proposition défendue avec insistance par la Russie(16). 

Les demandes russes de cessez-le-feu entre les forces de l’Est et celles de Kiev accompagnent en permanence les propositions de solution à plus long terme (à Genève en avril 2014, à Minsk en septembre 2014, lors de la présentation du Mémorandum du 20 septembre 2014, lors du voyage du Président Poutine en Mongolie, etc. Pour « calmer le jeu », la Russie a même proposé à Kiev des livraisons de gaz à un prix inférieur à celui pratiqué jusque-là.

Plus globalement, la diplomatie russe appelle depuis 2008 à un « Helsinki 2 », c’est-à-dire la conclusion d’un nouveau traité paneuropéen de sécurité. Les États-Unis et l’Union Européenne, malgré leurs contradictions (17), soutenus par une forte campagne médiatique, se contentent de refuser toutes les propositions considérant que la seule réalité est « l’expansionnisme » russe. Le secrétaire américain, Mac Cain, n’hésite pas à dénoncer « l’impérialisme » de la Russie et le Parti républicain à appeler au « réarmement moral » contre la Russie. « La Russie n’est plus un partenaire » (18), proclame le Secrétaire Général de l’OTAN, redevenue le « levier offensif de la vieille lutte contre la Russie », comme il l’était contre le communisme (19). 

Le processus de « guerre froide » (bien que la notion soit discutable) délibérée semble se développer et le monde occidental semble se refuser à admettre qu’il n’y a pas de paix possible en Europe sans la Russie. 

En fait, selon un modèle stratégique pratiqué partout par les puissances occidentales, les revendications identitaires et sociales d’une partie de l’Ukraine sont assimilées à une ingérence impériale de la Russie. Le conflit civil est instrumentalisé en affrontement international, comme si la Russie avait une totale maîtrise des comportements et des décisions de Lougansk et de Donetsk (20). Délibérément, les États occidentaux prennent prétexte de la crise ukrainienne pour tenter d’affaiblir l’économie russe, victime de la spéculation mondiale sur le pétrole. Cette politique du « pire », (l’économie occidentale est, avec moins de perspectives que l’économie russe, et en crise profonde depuis 2008), a les aspects d’une fuite en avant. Les réactions internes qui se produisent en Europe, comme par exemple les bouleversements de la société grecque (21), impliquent des manœuvres de diversion. Les problèmes sécuritaires et l’antiterrorisme ne suffisent pas ; la détermination d’un « ennemi » défini, comme la Russie, est idéologiquement « efficace ». 

En fait, en raison de l’inertie (plus ou moins complice) de l’OSCE, du Conseil de l’Europe, et de la paralysie de l’ONU, les puissances occidentales et les quelques pays européens ayant un rapport historique émotionnel et hostile à la Russie mènent une politique aventuriste pour laquelle le droit n’a qu’une très faible part. 

La situation chaotique qui en résulte et qui s’inscrit dans la vague de déstabilisation généralisée menace toutes les parties en cause : sa maîtrise tend à échapper aux acteurs ainsi engagés, tandis que le droit international se trouve placé dans un état « comateux » (22).

Robert Charvin

 

Notes :

1) Sont par exemples venus appuyer les manifestants de Maïdan, le ministre canadien des Affaires étrangères, une Secrétaire d’État adjointe des États-Unis, des personnalités françaises, etc. sans parler de l’aide financière de certaines organisations occidentales. 

2) Il faut se rappeler les réactions des États-Unis à l’envoi de missiles soviétiques à Cuba et la proximité d’une Troisième guerre mondiale qui en a résulté. 

3) On peut rappeler aussi le soutien occidental apporté aux Islamistes de Tchétchénie, surtout lors de la seconde guerre menée et gagnée par le pouvoir fédéral (lors de la première guerre perdue par B. Eltsine, « l’indulgence » était la règle). A Paris, par exemple, les « Comités Tchétchénie » ont bénéficié, au nom des droits de l’homme, de moyens divers, y compris médiatiques, pour discréditer le pouvoir russe. L’hostilité à la Russie l’emporte sur le combat contre les djihadistes. Les appels du Ministre des Affaires étrangères S. Lavrov pour « faire bloc … et donc combattre de manière coordonnée, sans politique des deux poids deux mesures » n’ont pas été entendus. La position occidentale demeure en effet incohérente : elle combat contre l’E.I en Irak, mais la tolère en Syrie par hostilité à Damas ; elle collabore avec le Qatar et l’Arabie Saoudite, qui participent au financement des Islamistes et reste pour le moins indifférente aux menaces en Tchétchénie, dans le Caucase et les différents territoires musulmans de la Russie. 

4) On constate l’extrême discrétion des médias occidentaux sur les attaques de l’armée ukrainienne contre les provinces de l’Est, et notamment l’impact des bombardements des villes. Lorsqu’ils en parlent, ils ne font que reproduire les « informations » fournies par Kiev : les responsables sont toujours les « terroristes » de l’Est et leurs alliés russes. 

5) On peut rappeler l’interprétation des résolutions 1970 et 1973 du Conseil de Sécurité concernant la Libye, la préfabrication artificielle de prétendues normes coutumières comme la « légitime défense préventive », les pratiques de la Cour Pénale Internationale très éloignées d’une authentique justice pénale internationale mettant fin à l’impunité des criminels de guerre, etc., les manipulations onusiennes telle que l’inertie de certaines « forces de paix » en raison des pressions américaines (en République Démocratique du Congo, par exemple, elles sont présentes sans la moindre efficacité depuis dix ans, tandis que la rébellion est soutenue par l’Ouganda, pro-américain), etc. 

6) La très occidentaliste Th. Delpech (Politique Internationale. Été 2003) développe cette analyse soulignant à l’appui de sa thèse que l’Occident est « un îlot de paix, de prospérité et de démocratie » ! Les néoconservateurs américains ont la même position au nom de la « morale ». Dès 2005, sans même citer les problèmes que soulèvent les avancées des États-Unis et de l’OTAN, T. Delpech, membre de l’Institut international d’études stratégiques de Londres et chercheur au CERI (Paris), écrit, en mettant en cause la seule Russie : « … sans l’Ukraine le rétablissement de la domination de Moscou sur les États qui se sont émancipés en 1990 est impossible. Sans elle, la Russie ne peut plus songer à la restauration de l’empire ». Comme le rappelait Z. Brezinski, il faut choisir entre la démocratie et l’empire. On ne peut avoir l’un et l’autre. La clé serait que pour V. Poutine (discours du 25 avril 2005) la chute de l’URSS est « la plus grande catastrophe géopolitique du siècle » (p. 205). 

7) T. Delpech ose même écrire : « Quant au désordre, voire la guerre, il est parfois nécessaire pour rendre la justice possible » (p. 320). Cf. L’ensauvagement. Le retour de la barbarie au XXI° siècle. Grasset. 2005. 

8) Voir P-M de la Gorce. « Washington et la maîtrise du monde ». Le Monde Diplomatique. Octobre 1994, qui précise longtemps avant la crise ukrainienne que l’objectif fondamental des États-Unis est la « dislocation de l’URSS » et d’empêcher le « retour vers la Russie des pays devenus indépendants : l’Ukraine, la Biélorussie ou éventuellement d’autres encore » (rapport Wolfowitz et rapport Jeremia. 1992-1993). 

9) Voir P. Claret (ss direc.) Kosovo : entre légalité et légitimité. La balkanisation en marche ? Fondation Varenne. Bruylant. 2009. 

10) La France est très mal placée pour invoquer le principe de l’intégrité territoriale lorsqu’on observe la politique suivie vis-à-vis des Comores en 1974, par exemple, où elle a organisé un référendum dont les résultats ont été comptabilisés « île par île », ce qui a conduit à détacher Mayotte, intégrée ultérieurement (2009) à la République Française, malgré l’avis contraire de l’État comorien et des Nations Unies. 

11) Le ton employé par Adam Michnik, directeur du journal polonais « Gazeta Wyboreza », est révélateur, à propos de la crise ukrainienne : « Poutine est un soviétique... Il ne tient pas compte de l’Histoire. Il touche aux frontières ! », in Télérama. 21.05.2014. 

12) Le Parlement ukrainien a été élu malgré 48% d’abstentions auxquelles il faut ajouter les 7 millions d’électeurs de l’Est qui n’ont pas pris part au scrutin. Dans les faits, la « majorité » représente moins de la moitié de la population ukrainienne.

13) Toutes les critiques « anti-oligarques » qui ont été portées contre l’ancien régime ukrainien peuvent être portées contre le nouveau pouvoir de Kiev : ce sont d’autres oligarques qui gouvernent réellement le pays. 

14) Le Président ukrainien a été élu avec 54% des voix soit moins de 30% des citoyens ukrainiens. 

15) On peut s’étonner de l’indifférence de fait pour les quelques 5.000 victimes (en majorité des Russes de l’Est) que l’affrontement armé a entraîné. La « responsabilité de protéger » n’est pas invoquée en la circonstance ni par Kiev ni par les États occidentaux, ni par les ONG occidentales. 

16) Le vice-chancelier allemand s’est prononcé, bien que sa voix ait été étouffée, pour la fédéralisation de l’Ukraine. Il est vrai que c’est l’Allemagne qui a le plus besoin de relations pacifiques avec la Russie (les échanges représentent 80 millions de dollars (300.000 emplois en dépendent) et il y a 6.000 entreprises russes en Allemagne. 

17) Toute crise fait apparaître des contradictions entre les États-Unis et l’Union Européenne. La question ukrainienne soulève à nouveau la réclamation de plus en plus vive des États-Unis à l’égard des États européens de prendre davantage en charge le coût des activités de l’OTAN ; elle est aussi l’occasion pour les États-Unis de peser davantage sur les négociations en vue de créer le marché transatlantique ainsi que sur la désignation du prochain Secrétaire Général des Nations Unies, etc. 

18) Selon la formule du professeur J. Geronimo. L’Humanité Dimanche. 6-12/2/2014. 

19) En 2009, A.F. Rasmussen, Secrétaire Général de l’OTAN, déclarait « vouloir convaincre le peuple russe.... que l’OTAN n’est pas un ennemi de la Russie » et qu’il y a « beaucoup d’intérêts communs comme par exemple le contre-terrorisme ». Mais le Secrétaire Général de l’OTAN rappelait déjà l’intention d’intégrer la Géorgie et l’Ukraine dans l’organisation politico-militaire, conformément à la volonté unilatérale des Occidentaux. Cf. Le Monde.fr. 4.08.2009. 

20) Malgré certaines revendications, la Russie n’a jamais répondu favorablement à une intégration, comme ce fut le cas pour la Crimée. Les offensives répétées des forces armées de Kiev contre les localités de l’Est de l’Ukraine entraînant en retour des opérations (comme celle de Marioupol en janvier 2015), l’enchaînement des violences des deux parties et la dégradation de la situation ne peuvent être, quelles que soient les accusations, endossées par la Russie !

Le Ministre des Affaires Étrangères russe S. Lavrov a rappelé encore le 25 janvier lors d’un entretien avec J. Kerry, responsable de la diplomatie des États-Unis que « la Russie était prête à mettre tout en œuvre pour pousser les parties ukrainiennes à un règlement pacifique ». Cf. L’Humanité. 26.1.2015. 

21) Nicos Kotzias, ministre des affaires étrangères grec du parti Syriza, modifie radicalement la position de la Grèce vis-à-vis de l’Ukraine : « Je pense qu’il ne peut y avoir d’autre solution …... que la mise en place d’une réforme démocratique du pays. Je défends pour ma part l’idée d’une Ukraine fédérale... La guerre n’est jamais une bonne solution ». L’Humanité. 28.1.2015. 

22) L’intervention humanitaire russe en Ukraine a donné lieu, elle-même, à des protestations de Kiev et du Ministre français L. Fabius qui a cru devoir préciser « qu’elle pouvait dissimuler une action militaire » ! De la part de la France, qui a inventé « l’ingérence humanitaire » qui a permis de d’occulter toutes les subversions, l’accusation est grossière : elle ne fait que démontrer l’usage intensif du principe des « deux poids, deux mesures » ! 

Source :

Investig'Action  

http://www.michelcollon.info/La-question-ukrainienne-la-Russie.html

 

 

Le coup d'état fasciste orchestré par les Etats-Unis © Stephen Landman (dir.) Le coup d'état fasciste orchestré par les Etats-Unis © Stephen Landman (dir.)

 

article lié : 

Voilà les snipers de Maïdan : ils tuaient des policiers et des manifestants pour provoquer le chaos (PandoraTV) 

06 FÉVRIER 2015 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.