Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

638 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 mai 2014

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Plébiscite pour l'indépendance en Ukraine Sud-Orientale assiégée. La directe

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ci-dessous la traduction de l'article "Plebiscito per l'indipendenza nell'Ucraina Sud-Orientale sotto assedio", suivi en directe du referendum d'hier 11 mai par le journaliste italien Marco Santopadre, qui couvre les événements en Ukraine pour le journal communiste online Contropiano.org.
Lundi, 12 mai 2014 12h33
Marco Santopadre
Contropiano.org

PaulaSlier_RT ‏@PaulaSlier_RT

This is the pile for all the yes votes :) #Donetsk pic.twitter.com/7wusyG8VK3

Mises à jour

18.00

Un des leaders de la "République populaire de Donetsk", Denis Pushlin, a déclaré la région de l'Ukraine de l'Est en tant que république souveraine et a demandé à la Russie de prendre en considération de l'insérer dans la Fédération russe. "Sur la base de l'expression de la volonté populaire de la République populaire de Donetsk et pour rétablir la justice historique, nous demandons à la Fédération russe de considérer l'hypothèse que la République de Donetsk devienne une partie de la Fédération russe", a dit Pushilin. Kiev a défini de "farse" le referendum, qui naturellement est retenu illégitime même dans les pays occidentaux qui ont soutenu le coup d'état de février.

17.30

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev a donné des indications à l'agence énergétique de Moscou d'introduire le système de payement anticipé concernant les achats de gaz de la part de l'Ukraine. Gazprom, de son côté, a immédiatement annoncé que le payement anticipé devra être mis en place avant le 2 juin. "C'est le moment d'en finir avec les pertes de temps. Dites-leur que vous introduisez le payement anticipé pour le gaz dès demain. Je pense que Gazprom ait fait tout le possible pour résoudre la question d'autres manières", a dit le chef du gouvernement lors d'une entrevue avec le numéro un de Gazprom Alexei Miller et le premier ministre de l'Energie Alexander Novak. Gazprom a ainsi annoncé qu'il transmettra demain la note anticipée et il a donné jusqu'au 2 juin pour la payer. "S'il n'y aura pas de payement anticipé, l'Ukraine recevra zéro mètres cubes en juin", a déclaré Miller. Medvedev a aussi souhaité que la Commission européenne puisse envoyer un signal à Kiev "que la dette doit être honorée". 

15.50 

Le Conseil du Gouvernement de la Republique Populaire de Donetsk a déclaré l'indépendance, sur la base du plébiscite populaire d'hier, et a demandé de faire partie en tant qu'entité autonome de la Fédération Russe.


12.40
La République Populaire de Lugansk affirme de vouloir s'adresser à l'Onu afin qu'elle reconnaisse son indépendance de Kiev et annonce qu'elle ne participera d'aucune manière aux élections présidentielles promues par le gouvernement putchiste de Kiev pour le 25 mai prochain.
Selon des données partielles de la Commission Electorale de la Région de Lugansk, le nombre des voix favorables à l'autodétermination aurait atteint le score de 96,2%. Seulement 3,8% de ceux qui se sont rendus aux urnes auraient voté contre.
12.20
Le gouvernement de Moscou, par la voix du chancelier Sergej Lavrov, a communiqué aujourd'hui qu'il respecte le résultat des referendum organisés par les citoyens ukrainiens dans les régions de Lugansk et Donetsk. A travers le vote, a dit Lavrov, les citoyens ont pris démocratiquement la décision de proclamer l'indépendance après la négation de leurs droits de la part des nouvelles autorités de Kiev qui se sont imposées à travers un coup d'état.
12.00
C'est M. Wolfgang Ischinger, un diplomate allemand, membre de l'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) qui exercera officiellement la fonction de médiateur dans le dialogue national en Ukraine, informe le journal de Berlin 'Die Welt'.
Naturellement, le régime putchiste ukrainien a accueilli la candidature avec enthousiasme, s'agissant d'un représentant qui ne cache pas son soutien à la junte putchiste et d'extrême droite.

http://www.youtube.com/watch?v=4tvY1wOHsoI
11.30
Les autorités sanitaires d'Odessa ont informé de la mort de deux personnes qui le 2 mai dernier avaient été gravement blessées pendant l'incendie dans la Maison des Syndicats à cause de sa mise à feu par les nazis de Pravij Sektor. A ce moment le bilan officiel indique 48 victimes, même si le gouvernement de Kiev refuse de publier la liste complète des morts d'Odessa pour ne pas démentir sa propagande selon laquelle la majeure partie des victimes seraient des 'russes' et des 'moldaves' et même parce que, selon beaucoup de sources, le bilan serait du double par rapport à ce qui a été déclaré jusqu'à maintenant. Une des deux victimes mortes après plusieurs jours d'agonie est un journaliste d'un journal local.
11.00
L'armée de l'Ukraine et les milices néo-nazies ont repris les opérations militaires contre les groupes d'auto-défense populaire à Slaviansk, dans l'Est du Pays, objet d'attaques depuis plusieurs jours. Selon l'agence Ria Novosti les soldats fidèles à la junte putchiste ce matin ont engagé un 'bombardement' avec des coups d'artillerie contre les check points défendus à la périphérie de la ville. Arsen Avakov, ministre de l'Intérieur ukrainien, sur son profil facebook, a de son côté parlé d'attaques à coups de mortier de la part des 'séparatistes'. "Ils ont pris comme cible la tour de la TV et les soldats ukrainiens", mais il n'y aurait pas de victimes, écrit le ministre.
10.45 - De nouvelles sanctions à Moscou et soutien militaire aux putchistes de Kiev par l'UE (article en italien).
10.20
Le referendum tenu hier dans l'Est de l'Ukraine est "une farse propagandiste, sans effets juridiques". C'est ce qu'a été soutenu de nouveau aujourd'hui par le président intérimaire de l'Ukraine Oleksandr Turchinov.
10.10
Pavel Kanygin, un journaliste du quotidien Novaya Gazeta, a été kidnappé par des inconnus en Ukraine. "Kanygin a été kidnappé dans la région de Donetsk" communique la station radio Eco de Moscou. "Hier soir, il a envoyé un message textuel à quelques uns parmi ses collègues en disant : 'J'ai été kidnappé, appelle Moscou". Selon un journaliste de la radio, Ilya Azar, "un des colègues de Kanygin a dit que 1000 $ auraient été payés pour le récupérer, mais le téléphone du journaliste est encore injoignable". L'administration Novaya Gazeta a refusé de commenter les informations sur le kidnapping de Kanygin.
La situation à 10.00
Ça a été un vrai et propre plébiscite pour l'indépendance, celui qui a eu lieu hier dans les régions sud-orientales de l'Ukraine soumises désormais depuis les jour du putch fasciste, en février, à un état de siège devenu dans les dernières semaines un vrai et propre assaut militaire. "Soutiens-tu l'acte de proclamation de l'autonomie étatique de la République Populaire de Donetsk ?" demandait la question imprimée, en ukrainien et en russe, sur les bulletins électoraux distribués en de milliers de sièges.
Le score des 'oui' à l'autodétermination des Républiques Populaires a atteint la hauteur de 89,7% des nombreux électeurs qui ont participé à la consultation naturellement condamnée et déclarée illégitime soit par les autorités putchistes de Kiev soit par les Etats Unis et par l'UE. Pendant une conférence de presse, le président de la commission électorale de contrôle Romàn Liaguin a informé que les voix contraires ont été de 10,9% tandis que les bulletins nuls ont été de 0, 74% du total des bulletins insérées dans les urnes.
Les résultats officiels du referendum d'hier (aux opérations de vote, pour des raisons évidentes, n'ont pas participé les organismes internationaux) seront présentés pendant la journée en cours, mais le taux de participation à la consultation indépendantiste est déjà connu, malgré les opérations de guerre en cours dans certaines localités et le climat d'état de siège, il a atteint un incroyable 75% équivalent à environ 3,1 millions de citoyens des territoires génériquement définis 'russophones" par la presse. Dans la région de Lugansk la participation aux votations aurait été égale à 81%. Un score qui dans certaines villes est beaucoup plus haut mais qui doit faire les comptes, par exemple, avec la situation de Mariupol, où seulement 27,38% des ayants droit a pu aller aux urnes étant donné les durs combats dans la localité entre les milices fascistes et les groupes d'auto-défense populaire.

http://www.youtube.com/watch?v=FGHLcZPvvAE
Les provocations de la part de l'extrême droite ukrainienne n'ont pas manqué. Une personne a été tuée hier à Krasnoarmeisk (Donetsk) et d'autres ont été blessées dans un village de la région de Lugansk pendant les affrontements entre forces fidèles au régime de Kiev et la popualtion, qui tentait d'empêcher l'entrée des tanks de l'armée ukrainienne.
Des miliciens de l'extrême droite ont fait irruption dans un siège électoral à Krasnoarmeiski, et ont suspendu par la force les opérations de vote. Le tam tam a appelé des centaines d'habitants de la localité arrivés au siège pour chasser les hommes armés qui ont été obligés à ce point d'abandonner l'immeuble mais non pas sans auparavant ouvrir le feu contre les civils avec les armes automatiques en tuant un habitant de la localité et en en blessant d'autres, comme le montre la vidéo publiée quelques heures après par certains médias locaux. Peu auparavant, a informé le co-président du conseil de la République Populaire de Donetsk Denis Pushilin, les troupes fidèles à Kiev avaient occupé quatre écoles de la même ville tout en empêchant ainsi la participation des électeurs au referendum en cours.
Les hommes armés étaient des membres de la Garde Nationale, le corps de sécurité militaire crée en février par la junte putchiste pour légaliser et encadrer les bandes de miliciens ultra-nationalistes et nazis membres de Pravij Sektor, de Svoboda et d'autres groupes d'extrême droite.
Après la victoire du referendum pour l'auto-détermination de celle qu'ils sont nombreux à l'appeler désormais 'Nouvelle Russie', les autorités des régions insurgées affirment que les troupes et les corps militaires ukrainiens seront officiellement et formellement considérés 'envahisseurs' et contre eux les nouveaux organes de gouvernement adopteront toutes les mesures nécessaires.  
(traduit de l'italien)
source :
http://contropiano.org/internazionale/item/23890-plebiscito-per-l-indipendenza-nell-ucraina-sud-orientale-sotto-assedio-la-diretta 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar