La demande d'extradition d'Assange aux USA a été certifiée par la Grande Bretagne

Sajid Javid, le ministre britannique de l’Intérieur, a annoncé ce 13 juin avoir signé l'ordonnance d'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis. La justice britannique doit toutefois se prononcer avant que l'extradition ne soit entérinée.

 13 JUIN 2019 - RUSSIA TODAY

Un manifestant tient une pancarte pour la libération de Julian Assange, devant la Cour de Westminster, le 2 mai à Londres. © © Global Look Press / /ZUMAPRESS.com / Wiktor Szymanowicz; © REUTERS/Henry Nicholls Un manifestant tient une pancarte pour la libération de Julian Assange, devant la Cour de Westminster, le 2 mai à Londres. © © Global Look Press / /ZUMAPRESS.com / Wiktor Szymanowicz; © REUTERS/Henry Nicholls

Selon le quotidien britannique The Guardian, le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Sajid Javid, a révélé avoir signé le 12 juin une demande d'extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange émise par les Etats-Unis. Le département américain de la Justice a annoncé 18 chefs d’inculpation à l’encontre du lanceur d'alerte, dont 17 relèvent de l’Espionage Act. Julian Assange encourt une peine de 170 ans de prison.

Une demande d'extradition signée sans hésiter

Sajid Javid a déclaré dans une émission de la BBC le 13 juin à propos du fondateur de WikiLeaks....

la suite de l'article sur Russia Today

--------------------------------------------------------

extrait de l'article de Matthew Weaver publié sur le Guardian :

Sajid Javid signe un ordre d'extradition américain pour Julian Assange

Le ministre britannique de l'Intérieur déclare que la décision finale sur le fondateur de WikiLeaks est "maintenant devant les tribunaux".

Matthew Weaver

Jeu 13 Juin 2019 09.21 BST
Dernière modification le jeu. 13 juin 2019 11.18 BST

Le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, a révélé qu'il a signé une demande d'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis où il est accusé de piratage informatique.

S'exprimant à l'émission Today de la BBC Radio 4 jeudi, Javid a déclaré : "Il est à juste titre derrière les barreaux. Il y a une demande d'extradition des États-Unis qui va être soumise aux tribunaux demain, mais hier, j'ai signé l'ordonnance d'extradition et je l'ai certifiée, et elle sera présentée aux tribunaux demain."

La décision de Javid ouvre la voie au tribunal en envoyant le fondateur de WikiLeaks aux États-Unis. Assange fait face à un acte d'accusation en 18 chefs d'accusation, émis par le ministère américain de la Justice, qui comprend des accusations en vertu de la Loi sur l'espionnage. Il est accusé de sollicitation et de publication d'informations classifiées et de complot en vue de pirater un ordinateur du gouvernement.

Javid a dit : "C'est une décision qui relève en dernier ressort des tribunaux, mais il y a une partie très importante pour le ministre de l'Intérieur et je veux que justice soit faite en tout temps et nous avons une demande d'extradition légitime, alors je l'ai signée, mais la décision finale appartient maintenant aux tribunaux."

L'Australien de 47 ans était trop malade pour comparaître le mois dernier lors d'une audience devant le tribunal d'instance de Westminster en relation avec la demande américaine. L'audience a été reportée à vendredi et, selon l'état d'Assange, elle pourrait avoir lieu à la prison de Belmarsh où il est détenu.

La décision de Javid fait suite à la nouvelle de la semaine dernière selon laquelle une tentative d'extradition d'Assange vers la Suède avait connu un revers après qu'un tribunal d'Uppsala eut déclaré qu'il n'avait pas besoin d'être détenu.

La décision du tribunal de district a empêché les procureurs suédois de demander immédiatement un mandat d'extradition à l'encontre d'Assange ... [...]

Thomas Garner, avocat spécialisé dans l'extradition chez Gherson Solicitors, a déclaré que la certification de la demande par Javid était "une étape importante, bien que purement procédurale" pour entamer le processus d'extradition.

"Je m'attends à ce que le tribunal fixe un calendrier préliminaire pour le processus d'extradition demain", a-t-il dit. "Il faudra probablement de nombreux mois avant qu'une décision ne soit entendue par le tribunal d'instance et, bien entendu, l'une ou l'autre des parties pourra alors faire appel de cette décision en temps utile. Malgré cela, les autorités suédoises suivront attentivement le processus, car plus les procédures américaines avanceront, plus il pourrait être difficile pour le ministre de l'Intérieur de donner la priorité à toute demande concurrente".

-----------------------------------------------

Interview de Nils Melzer, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture (RT)

arton35019-c6ede

Transcription et traduction de l’Interview de Nils Melzer, Rapporteur spécial

des Nations Unies sur la torture par Chris Hedges (Emission Contact sur RT) 8 juin 2019

à lire sur LGS

Neil Clark on UK’s decision to pass Assange extradition request © RT

https://www.youtube.com/watch?v=4C8iztWnnaE

 La Grande Bretagne nécessite d'un referendum d'indépendance des États-Unis - interview de Neil Clark (vidéo)

13 JUIN 2019

 Le référendum britannique devrait vraiment se tenir sur la question de savoir s'il faut obtenir l'indépendance des États-Unis, parce que les Américains traitent Julian Assange comme l'un de leurs citoyens avec leur demande d'extradition, a déclaré le journaliste Neil Clark à RT.

Clark répondait alors que jeudi, le ministre britannique de l'Intérieur, Sajid Javid, avait révélé qu'il avait signé une demande d'extradition d'Assange vers les États-Unis, où il est accusé de piratage informatique.

Clark a dit à RT qu'il n'était pas particulièrement surpris des derniers développements concernant le co-fondateur australien de WikiLeaks. Il a affirmé que les candidats du Parti conservateur qui se bousculent actuellement pour devenir le prochain premier ministre du Royaume-Uni " tomberaient sur les pieds pour montrer qui est le plus servilement pro-américain ".

   "Il y a trois ans, nous avons bien sûr eu un référendum célèbre sur la question de savoir s'il fallait quitter l'Union européenne. Je pense que le référendum dont nous avons vraiment besoin en Grande-Bretagne, le plus important encore, est de savoir si nous sommes indépendants des États-Unis."

S'exprimant dans le cadre de l'émission Today de la BBC Radio 4, Javid a déclaré qu'il avait signé et certifié les journaux le mercredi, et que l'ordonnance serait soumise aux tribunaux britanniques le vendredi.
M. Assange est accusé par les États-Unis d'avoir violé la loi sur l'espionnage, mais M. Clark estime qu'une telle accusation est entachée d'un vice, car le jeune homme de 47 ans n'est pas un citoyen américain.

    "Le point clé est que Julian Assange n'est pas un citoyen américain et, pourtant, il semble que les États-Unis semblent croire qu'ils ont une compétence universelle... il est un Australien. Comment peut-il être accusé d'espionnage alors qu'il n'est même pas citoyen de ce pays ?"

Le ministère américain de la Justice a déposé 17 nouvelles accusations contre le journaliste australien. En mai, il a en outre été accusé d'avoir conspiré avec Chelsea Manning, l'ancienne analyste du renseignement et dénonciatrice, pour obtenir l'accès au réseau du Pentagone américain.

Assange purge actuellement une peine d'emprisonnement au Royaume-Uni pour avoir sauté une caution et était trop malade pour comparaître le mois dernier, lors de la dernière audience devant le tribunal d'instance de Westminster en relation avec la demande américaine. [trad DeepL]

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.