Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

638 Billets

1 Éditions

Lien 20 avr. 2018

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Risques et renseignement - Entretien avec A. Chouet (Diploweb)

Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité de la D.G.S.E. Jérôme Diaz, est journaliste indépendant, auditeur Séminaires Jeunes de l’IHEDN et de l’IHESJ, diplômé du Master 2 « Sécurité Internationale et Défense » de la Faculté de Droit de Grenoble. Entretien publié sur le site Diploweb le 3 décembre 2016.

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.diploweb.com/Risques-et-renseignement.html

En particulier ceci :

J. D. : On voit émerger profusion de Sociétés Militaires Privées (SMP), ces entreprises sans cadre juridique dont les activités font florès sur le marché de la « reconstruction ». Serait-ce une nouvelle forme –lucrative- d’action humanitaire ? Que peuvent les Etats et des organisations comme l’O.N.U. face à ces entreprises ?

A. C. : Ce sont certainement des activités lucratives mais elles n’ont rien à voir avec l’action humanitaire. De fait nous avons affaire à une forme moderne de mercenariat qui signe l’affaiblissement des États-Nations incapables pour des raisons diverses d’assumer la charge de la violence légale qui leur revient normalement dans le cadre du droit international. Pour les États-Unis, il s’agit d’une conséquence de la doctrine de guerre « zéro mort » qui s’est imposée après le traumatisme de l’engagement au Viêt Nam. Comme le rapatriement de cercueils de « boys » tombés au combat est devenu insupportable, les Américains utilisent donc extensivement les instruments de la guerre à distance (missiles de croisière, drones, bombardements aériens) et, puisqu’il faut bien finir le travail au sol par une intervention humaine, on y envoie à grands frais des gens volontaires et grassement payés pour cela qui ne sauraient capitaliser de l’émotion ou de la solidarité sur leurs pertes éventuelles. Pour des pays moins riches comme les pays européens ou certains pays du tiers monde qui n’ont plus les moyens d’entretenir en permanence des dispositifs militaires suffisamment dimensionnés pour faire face à toutes les situations, le recours au mercenariat est une formule d’économie permettant de faire face à des « plans de charge » imprévus. Mais dans tous les cas se pose la question de savoir ce que deviennent ces « grandes compagnies » quand les hasards du calendrier font qu’on n’a pas besoin de leurs services… Professionnels surentraînés, lourdement dotés en armements de toutes catégories, convaincus de leur logique d’entreprise, habitués à se « payer sur la bête », n’ayant de comptes à rendre à personne, pourquoi renonceraient-ils à ce qui fait leur fortune ? En particulier leurs dirigeants qui, par nécessité, entretiennent des rapports étroits avec les plus hauts échelons des exécutifs sur lesquels ils ne manqueront pas d’exercer des pressions diverses pour que perdurent et se multiplient les situations conflictuelles. On est clairement dans ce domaine face à une régression susceptible de coûter cher en termes de sécurité, de liberté et de démocratie.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome