Où est-il passé l'or de l'Ukraine ?

20.11.14 - Qu'est-il devenu l'or de l'Ukraine ? Nombreux sont ceux qui se posent la question, ces dernières semaines. Ils sont en effet nombreux et inentendus, ceux qui avaient donné l'alarme sur le fait que les réserves aurifères de Kiev aient soudainement amincies sans que les autorités du pays aient été en mesure d'en fournir une explication.

 Che fine ha fatto l’oro dell’Ucraina?

Jusqu'au moment où la gouverneure de la Banque Centrale Ukrainienne, Valeriia Gontareva, a dû admettre que dans ses coffres les réserves de métal jaune étaient désormais réduites à environ 123 millions de dollars de valeur, à peine 1% du total des réserves du pays.

 

En février, dans les caisses de la Banque Centrale Ukrainienne il y avait jusqu'à 42 tonnes d'or, pour une valeur de 1,8 milliards de dollars équivalents à 12% du total des réserves du pays. Une donnée certifiée par le Fond Monétaire International. En mars par contre, tout de suite après le coup d'état philo-occidental qui a jeté par dessus bord le président légitime Vicktor Ianoukovitch pour imposer un nouveau régime nationaliste agrée par l'Union Européenne et les Etats Unis, les réserves en or étaient réduites de moitié, mais néanmoins égales à environ 21 tonnes, soit environ 1 milliard de dollars.

 

Où est-il fini le métal jaune disparu ? Quelques analystes ont essayé d'expliquer que le gouvernement ukrainien a été contraint de vendre massivement son or pour essayer de mitiger les effets de la chute de valeur de la grivnia, la monnaie locale. Mais l'explication n'est pas du tout convaincante, étant donné que pour contraster la chute de la monnaie nationale la Banque Centrale avait à sa disposition de très gros montants de monnaie étrangère et que au cours des derniers mois le prix de l'or a chuté en rendant insensé un solde aussi massif même de la part d'un pays en crise.

 

L'explication pourrait en être une autre, bien que jusque là les sources soient assez vagues et génériques et que la nouvelle ait été rapportée par des médias qui ne sont pas toujours fiables. Selon cette information tout de suite après la mise au ban de Ianoukovitch un escadron d'hommes masqués et armés, à bord de quelques véhicules, auraient "dérobé" l'or prélevé du siège de la Banque Centrale et après l'avoir chargé dans un avion parti depuis l'aéroport de Boryspil ils l'auraient transféré aux Etats Unis.

 

Même dans ce cas, des experts complaisants ont essayé de justifier le 'transfert' en expliquant que le nouveau régime ukrainien craignait une invasion et une occupation de la part des forces armées de la Fédération Russe et aurait donc immédiatement décidé de mettre en lieu sûr les réserves aurifères de Kiev. Mis à part qu'une invasion russe de l'Ukraine n'a jamais été proférée par Moscou et encore moins préfigurée par les gouvernements occidentaux, bien qu'ils aient vomi contre Moscou, et cela pendant des mois, des fleuves de propagande hostile, à une distance de quelques mois du transfert présumé il est désormais clair que l'indépendance de Kiev n'est pas du tout en question, et à ce point les tonnes d'or soi-disant transférées à Fort Knox auraient pu être tranquillement re-acheminées en sens inverse. Mais, comme déjà dit, dans les caisses de la Banque Centrale de Kiev les quantités d'or resté sont risibles, et vu l'état catastrophique de l'économie ukrainienne les quelques lingots restés seront probablement épuisés en quelques semaines.

 

En somme peut-on croire qui dénonce que l'or ukrainien a été littéralement séquestré par le gouvernement états-unien en échange du soutien accordé aux putschistes ukrainiens ? Ou bien s'agit-il d'une reconstruction de nature complotiste qui sert à couvrir une appropriation illégale des richesses nationales de la part de quelque grosse pointure du nouveau pouvoir installé à Kiev, composé d'oligarques sans scrupules ?

 

 

Rédaction Contropiano.org

 

 

http://contropiano.org/internazionale/item/27638-che-fine-ha-fatto-l-oro-dell-ucraina

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.