Julian Assange a été espionné pendant des années à l'ambassade de l'Équateur

En plus du fondateur de Wikileaks, ont été également espionnés des avocats, des journalistes et des politiciens qui lui ont rendu visite. Compte rendu sur l'enquête sur l'entreprise espagnole UC Global par la journaliste d'investigation Stefania Maurizi du quotidien La Repubblica.

18 NOVEMBRE 2019 - PAR STEFANIA MAURIZI (LA REPUBBLICA)

095504180-d6cc172b-b658-4a52-9ef4-09b324d148da
On dirait un film de James Bond, mais c'est vrai. Julian Assange, tous les journalistes de WikiLeaks et tous les avocats, journalistes, politiciens, artistes, médecins qui ont rendu visite au fondateur de WikiLeaks à l'ambassade de l'Equateur ces sept dernières années ont fait l'objet d'espionnage systématique. Les conversations ont été enregistrées, filmées et toutes les informations ont été transmises aux services de renseignements américains.


READ THIS IN ENGLISH
A massive scandal: how Assange, his doctors, lawyers and visitors were all spied on for the U.S.

Les opérations d'espionnage ont atteint des niveaux fous : les espions ont même prévu de voler la couche d'un nouveau-né qui a été amené à l'ambassade pour pouvoir prendre les selles de l'enfant et déterminer avec le test ADN s'il était un fils secret de Julian Assange.

Repubblica a eu accès à un certain nombre de films, enregistrements audio et photos. Des rencontres entre le fondateur de WikiLeaks et des avocats, des visites médicales de Julian Assange, des rencontres diplomatiques de l'ambassadeur équatorien Carlos Abad Ortiz, des rencontres avec des journalistes. Tout était espionné. L'auteur s'est retrouvée non seulement filmée, mais avec ses téléphones mobiles démontés, probablement à la recherche du code IMEI qui permet d'identifier un téléphone afin de l'intercepter.

Les espions ont également récupéré nos clés USB, bien qu'à l'heure actuelle il ne soit pas clair s'ils ont pu forcer le cryptage avec lequel nous avions protégé les informations enregistrées dans les mémoires USB à l'intérieur de nos sacs à dos.

Il s'agit d'une violation très grave de la confidentialité des sources journalistiques, puisque nos rencontres avec Julian Assange et avec le personnel de WikiLeaks à l'intérieur de l'ambassade étaient de nature professionnelle et que lors de nos visites récurrentes, nous étions enregistrés comme journalistes.


Le bâtiment le plus surveillé de la planète


Tout le monde imaginait que l'ambassade d'Équateur à Londres, où Assange s'était réfugié, était sous une surveillance extrême. Mais maintenant, les soupçons sont devenus des certitudes, après que le juge José de la Mata de la Haute Cour espagnole (Audiencia Nacional) a ouvert une enquête contre UC Global, une société basée à Jerez de la Frontera, Cadix, dans le sud de l'Espagne, et arrêté son patron, David Morales.

Lorsque le 19 juin 2012, le fondateur de WikiLeaks s'est réfugié dans le petit appartement qui est l'avant-poste diplomatique de Quito au Royaume-Uni, l'ambassade ne disposait pas des mesures de protection les plus élémentaires, à tel point qu'elle n'était même pas équipée de caméras. C'est pourquoi le gouvernement équatorien d'alors de Rafael Correa, qui avait donné asile à Assange, avait engagé UC Global, une petite société de sécurité fondée par un ancien soldat espagnol nommé David Morales, qui fournissait des services d'escorte et de protection à sa famille.

Au moment où Morales a commencé à travailler pour Équateur, c'était un petit poisson, mais avec de grandes ambitions : se lancer dans les affaires d'entrepreneurs qui font des affaires lucratives dans des endroits dangereux du monde entier. Et c'est la présence de Julian Assange à l'ambassade Équateur qui lui a donné l'occasion de faire prospérer son entreprise, selon les témoignages de certains de ses anciens employés qui sont devenus témoins de l'enquête en cours contre lui en Espagne. Ce sont eux qui ont dit que Morales s'est mis au service des services secrets américains pour espionner Julian Assange, tous les journalistes de WikiLeaks et tous ceux qui sont entrés à l'ambassade. L'enquête fait appel à une énorme quantité d'images vidéo, d'audios, de courriels internes d'UC Global et de tchats des employés.


L'escalade sous Donald Trump


C'est après l'élection de Donald Trump que les opérations d'espionnage connaissent une véritable escalade avec l'installation à l'intérieur de l'ambassade de caméras capables non seulement de filmer, mais aussi d'enregistrer du son avec un microphone " invisible à l'œil nu " comme le révèle une lettre interne d'UC Global. Les demandes de David Morales aux employés donnent une idée du chemin parcouru par le patron de l'entreprise. Morales, en effet, lui a demandé des informations telles que la composition physique des murs de la chambre d'Assange (quel type de béton, maçonnerie, briques), les données de la connexion wifi et avait même avancé l'idée d'installer un microphone capable d'entendre à travers les murs.

Rien ni personne n'a été épargné. Même les réunions les plus inviolables ont été violées : les images vidéo et audio auxquelles la Repubblica a eu accès montrent un Julian Assange à moitié nu lors d'une visite médicale, l'ambassadeur équatorien Carlos Abad Ortiz et son équipe lors d'une de leurs réunions diplomatiques, deux avocats d'Assange, Gareth Peirce et Aitor Martinez, qui s'enferment dans les toilettes des femmes, souhaitant avoir avec leurs clients une discussion confidentielle.

L'idée d'utiliser les toilettes des femmes avait été proposée justement par Assange, persuadé qu'il était espionné même quand il rencontrait ses avocats, mais ceux-ci l'avaient considérée comme une paranoïa, également parce que UC Global leur avait assuré que les entretiens ne seraient pas enregistrés, mais en réalité il existait aussi des micros cachés dans les toilettes des femmes.
Le personnel passé et présent de WikiLeaks, Stella Morris en tête, ainsi que la journaliste qui s'est rendue à Hong Kong en 2013 pour aider Snowden, Sarah Harrison, étaient particulièrement visés. Le patron d'UC Global avait également demandé des " profils actualisés " sur la défenseure des droits numériques Renata Avila, le philosophe croate Srecko Horvat, co-fondateur du mouvement DIEM, une des avocates représentant Julian Assange depuis 2010, Jennifer Robinson, les cinéastes Juan et José Passarelli, et Baltasar Garzon, qui coordonne la stratégie juridique du fondateur du WikiLeaks. Une série de photographies révèle comment Garzon a été suivi dans ses déplacements. Et comment les téléphones du journaliste et expert technique allemand, Andy Müller-Maguhn, ont été pris pour cible. Les films à l'intérieur de l'ambassade révèlent les rencontres de Glenn Greenwald et de son conjoint David Miranda avec Julian Assange, celui de la rappeuse anglaise M.I.A. qui déjeune avec le fondateur de WikiLeaks, tandis que le chat de Assange les observe assis sur leur table.


Julian Assange sans défense


Il ne semble guère y avoir de doute que cette opération d'espionnage massive a été menée au nom des États-Unis. Certains des employés qui ont accepté de témoigner le disent, tandis que certaines correspondances internes d'UC Global et aussi le type d'informations recueillies le révèlent.

Durant les sept années qu'il a passées à l'ambassade avant son arrestation en avril dernier, Julian Assange a tenté de se défendre autant qu'il le pouvait contre la surveillance omniprésente à laquelle il était soumis, par exemple en utilisant un dispositif qui produisait un bruit de fond susceptible de perturber l'écoute et l'enregistrement des conversations (techniquement appelé bruit blanc). Et cet appareil a créé quelques problèmes.

A tel point que UC Global a installé un micro caché dans l'extincteur de la pièce où Julian Assange a reçu toutes les visites : l'extincteur était situé très près de la position que le fondateur de WikiLeaks occupait habituellement dans la pièce et il était impossible de le remarquer, placé comme il était dans la base en plastique noire de l'extincteur fixé avec un aimant. Non seulement cela : selon les rapports des employés, les Américains avaient placé des microphones laser à l'extérieur des fenêtres de l'ambassade, mais les petites vibrations produites par l'appareil utilisé par Assange gênaient la capture des conversations par les microphones laser et le patron de UC Global est intervenu pour résoudre le problème avec une solution technique fournie par les Américains eux-mêmes.

Les vidéos, l'audio, les photographies auxquelles la Repubblica a eu accès révèlent les violations profondes de la vie privée dont Julian Assange a souffert, les journalistes de WikiLeaks, les avocats, les médecins, les journalistes qui lui ont rendu visite et révèlent l'impossibilité de protéger les sources et le matériel journalistique dans un environnement aussi hostile. Les actions d'espionnage sont d'autant plus frappantes qu'Assange se trouvait à l'ambassade protégé par le droit d'asile et que ces informations seront utilisées par les État-Unis pour l'extrader et le condamner à une peine d'emprisonnement définitive pour le seul crime dont il est actuellement accusé et pour lequel il risque 175 ans de prison : la publication des documents secrets du Gouvernement américain qui ont révélé des crimes de guerre et de torture, de l'Afghanistan à l'Irak à Guantanamo.

L'avocat espagnol Aitor Martinez, qui est l'un des avocats de l'équipe juridique de Julian Assange qui est filmé dans les vidéos, raconte à Repubblica : " Au fil des ans, nous avons eu des réunions avec M. Assange à l'ambassade et étions protégés par la relation avocat-client qui sous-tend la protection du droit à la défense. Mais aujourd'hui, nous constatons que ces rencontres ont été espionnées, d'après les vidéos publiées par différents médias. Compte tenu de ce qui s'est passé, il est clair que l'extradition d'Assange vers les États-Unis doit être refusée. Nous espérons que la justice anglaise comprendra bientôt la gravité de ces faits et refusera l'extradition dès que possible."

SOURCE:>>>https://www.repubblica.it/esteri/2019/11/18/news/spionaggio_julian_assange-241313885/

 

Deux extraits des vidéos examinées par La Repubblica :

https://video.repubblica.it/mondo/londra-julian-assange-incontra-la-giornalista-stefania-maurizi-spiati-nell-ambasciata-dell-ecuador/348186/348772?ref=search

https://video.repubblica.it/mondo/londra-assange-incontra-il-giornalista-glenn-greenwald-spiati-nell-ambasciata-dell-ecuador/348185/348771?ref=search

Photos des objets espionnés par l'UC Global appartenant à la journaliste Stefania Maurizi :

https://www.repubblica.it/cronaca/2019/11/18/foto/assange_le_foto_dei_dispositivi_di_stefania_maurizi_spiati_dalla_uc_global-241324869/1/?ref=search

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.