Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

638 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 mai 2014

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Déclaration de A. Albu, dirigeant de Borotba à Odessa (Ukraine)

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Appel de Alexei Albu, candidat à la mairie d'Odessa, député au conseil régional d’Odessa et coordonnateur de l'Union Borotba (Lutte).

19 mai 2014

Après le coup d'Etat qui a vu l’arrivée de la junte d' oligarques et de néo nazis au pouvoir, la résistance populaire spontanée a commencé à Odessa, le centre de laquelle étaient les manifestations pacifiques sur la place Kulikovo.

Le mouvement de protestation était pacifique et respectueux de la légalité. Nous n'étions pas séparatistes, et nous avons combattu pour un changement de gouvernement en Ukraine, d'un système unitaire trop centralisé à une organisation fédérale. Nous voulions que les régions aient plus d'autorité pour l'organisation de la vie nationale, et plus de droits, y compris le droit à officialiser la langue parlée par la grande majorité de la population de la région d'Odessa - la langue russe. Nous voulions un gouvernement régional qui ne s'engagerait pas dans le génocide social de ses propres citoyens sous la dictée des institutions financières internationales. Nous voulions rendre nos rues paisibles et tranquilles en interdisant les gangs néo- nazis, comme le Secteur Droit.

Avec ces slogans, je suis entré dans la campagne pour la mairie d'Odessa comme le candidat de la place Kulikovo. J'ai décidé de participer à cette campagne électorale, non pour la gloire personnelle, mais pour promouvoir les idées que mes camarades et moi partageons : les idées de l'amitié des peuples, l'internationalisme, l'anti-fascisme , et la lutte contre les inégalités monstrueuses établies par le capitalisme oligarchique des 20 années de la soi-disante « indépendance ».

J’insiste encore : notre mobilisation était exclusivement pacifique.

Le 2 mai, la junte a répondu à notre manifestation pacifique en envoyant des fascistes armés de bâtons, de balles et de cocktails Molotov. Des dizaines d'habitants d'Odessa ont été tués.

Le massacre a été suivi par des arrestations. Mes amis et moi avons dû quitter Odessa, parce que nous étions menacés d'arrestation ou de violence. Ceux qui sont restés ont rejoint la clandestinité.

J'ai eu une réunion avec mes camarades de lutte, et nous avons estimé qu’il n'y avait plus de possibilité de participer à ces élections sanglantes. La junte élimine sans ménagement tous les droits démocratiques, en complément des actions répressives de la police et de la terreur de rue des néo-nazis. Dans ces circonstances, nous ne pouvons pas mener une campagne électorale ou un travail politique légal.

En outre, les soi-disant élections qui auront lieu le 25 mai ne seront ni libres ni démocratiques. Il est impossible d'organiser des élections libres au bout des canons des fascistes du « Secteur Droit ».

Le 1er mai, mon ami, le conseiller régional d'Odessa Vyacheslav Markin, avait accepté de devenir mon directeur de campagne. Le 2 mai, il a été tué. Des patrouilles néo-fascistes ont attaqué nos activistes et les ont battus. Le SBU (police de sécurité d'Etat) exerce une pression sur les gens proches de moi.

Participer à ces élections serait rentrer dans le jeu de la junte, donnant l’impression d’un semblant de démocratie, qui de fait, a été détruite depuis longtemps.

Dans ces circonstances, j'ai décidé de me retirer de l'élection municipale. J'ai exhorté tous mes supporters et tous les honnêtes gens, tous ceux qui ne tolèrent pas la résurgence du fascisme dans notre pays, à boycotter ces « élections du sang ».

L'élection n'est qu'un épisode dans notre lutte commune. Et cet épisode n'est pas le principal.

Nous sommes confrontés à un certain nombre de problèmes : la consolidation et la coordination des poches de résistance disparates, perturber les élections, lutter pour saper la base économique de la junte en organisant une grève politique en Ukraine, que nous allons préparer très bientôt.

La junte sera brisée, nous allons gagner !

Extrait d'une déclaration donnée lors d'une conférence de presse à Simferopol , le 19 mai 2014, par Alexei Albu (traduit de l'anglais).

http://borotba.org/appeal_of_alexei_albu-_candidate_for_mayor_of_odessa-_odessa_regional_council_deputy-_and_coordinator_of_union_borotba_struggle.html

Galérie photo de Ria Novosti montrant des manifestants devant le commissariat de police pour la relaxe de ceux qui, parmi leurs amis et parents, ont été arrêtés lors du massacre du 2 mai à Odessa. On reconnaît Alexei Albu portant un bandeau autour du front à cause des blessures reçues dans la Maison des Syndicats :

http://visualrian.ru/en/site/gallery/index/id/2422526/context/%7B%22feature%22%3A%22388543%22%7D/#2422531


"When we came out of the burning building, a crowd of nationalists attacked us. I can say that about a hundred people were hurt. People jumped out of windows. Everything was in smoke. People lying on the ground were kicked with feet. I and one of our activists, Vlad, have serious head injuries. We are heading for a hospital. Earlier in the day, our activist Ivan received a bullet wound. Right Sector members who attacked the House of Trade Unions were fully equipped, armed and prepared beforehand," Albu said. He is in a hospital where he has received first aid.


Read more: http://voiceofrussia.com/news/2014_05_03/Ukraine-Odessa-declares-three-day-mourning-for-31-people-burned-alive-by-Right-Sector-fighters-6034/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin