Giulietto Chiesa - "Moody's aux services secrets allemands : comment dévoyer le bébé". PTV - Jeux de guerre.

21.10.14, (traduit de l'italien)  -  Deux nouvelles ont infesté, pourrions-nous dire, le mainstream occidental, toutes concentrées sur 48 heures et toutes immédiatement successives au sommet de Milan Europe-Asie, dans lequel Vladimir Poutine a selon le jugement de beaucoup de commentateurs, rencontré un notable succès politique, il s'est démontré un leader fort, sûr, avec beaucoup de cartes dans son jeu, en particulier sur la question énergétique. Et pour cette raison je retiens que sont parties deux torpilles dans les heures immédiatement successives, une depuis les Etats Unis d'Amérique, l'autre depuis l'Allemagne qui sont en ce moment des alliés étroits dans l'opération vouée à démolir la Russie et Poutine.

Il punto di Giulietto Chiesa: "Moody's ai servizi segreti tedeschi: come fuorviare il pupo." © PandoraTV
 

http://www.youtube.com/watch?v=Zau5m79qRxc

Torpille n. 1 celle des Etats Unis d'Amérique, où l'agence Moody's déclasse la Russie tout entière, disons, en la mettant aux derniers rangs de la crédibilité économico-financière. L'accusé est la dette, le rapport dette/PIL, la Russie est considérée désormais d'une très faible fiabilité, rangée sur un niveau BAA2, qui est pratiquement l'un des derniers, et pour son 10% de rapport dette/PIL, selon Il Sole 24Ore. 

Les Etats Unis qui en 2013 avaient un rapport dette/PIL de 107% par contre, sont mis par Moody's aux niveau maximal de fiabilité, qui est comme dire investissez là parce que vous êtes sûrs que cette dette est absolument de toute manière remboursable. 107 aux Etats Unis qui sont à la première place et 10 à la Russie qui est placée à la dernière place. Ainsi il en va de la fiabilité de l'agence de rating qui travaille aux ordres des Etats Unis d'Amérique.

 

2e torpille, - et j'ajoute simplement que vous comprenez à quels niveaux de manipulation et d'arnaque ridicule les agences de rating sont en train de porter la finance mondiale, mais ça nous le savions déjà - la deuxième torpille vient de l'Allemagne. Les services secrets communiquent qu'ils ont les preuves que le Boeing 777 des lignes aériennes malaysiennes abattu le 17 juillet de cette année, a été abattu par les rebelles philo-russes du Donbass. 

Entrons dans le détail : la version serait que les rebelles philo-russes du Donbass auraient volé un complexe Buk aux Ukrainiens et l'auraient fait partir disons, tout en abattant par erreur le Boeing malaysien. Une version qui prend l'eau de tous les côtés, tout d'abord parce qu'elle n'est étayée par rien : ils nous communiquent à l'avance qu'eux, ils ont les preuves, mais ils ne nous les donnent pas, et ils nous disent une chose qui ne tient pas débout, de toute manière, parce que le Buk est un missile qui, s'il est lancé, laisse une trace blanche de vapeur qui se voit de 50 km de distance en plus du bruit, et penser que dans une zone de guerre parte un missile sans que personne ne le voie est impossible ; penser ensuite qu'un groupe de rebelles qui n'ont pas les compétences prenne possession d'un système de missiles qui est composé de quatre véhicules et qui requiert pour ainsi dire la conduite d'un groupe de spécialistes qui doivent le connaître à la perfection, est une chose, celle-ci aussi qui ne tient ni dans le ciel ni sur terre, un groupe de combattants qui se met en tête de prendre et de faire partir un missile… celle-ci est une chose que nous verrons, nous le verrons bientôt. Il est clair que c'est une nouvelle fabriquée exprès pour frapper Poutine, pour frapper la Russie, pour démontrer que les Russes sont méchants etc. etc. 

 

Sur la première il n'y a aucune nouveauté, que Standard & Poor's, Moody's, Fitch fassent les intérêts de la finance américaine ce n'est pas une surprise, ça fait seulement un peu rire que tout le monde courre derrière ces nouvelles. Mais la deuxième est même spectaculaire, parce que tous les médias occidentaux ont repris sous différentes formes la nouvelle des services secrets tout en l'accréditant immédiatement. 

Alors ici je veux faire deux petites considérations élémentaires, en mettant ensemble les éléments que nous connaissons déjà de manière non controversée : 

- ça fait trois mois que du Boeing 777 on n'a plus parlé, les médias occidentaux ont oublié que ce jour là ont été tuées 297 personnes innocentes, bien. On n'en a plus parlé, bien que nous sachions que dans le ciel de l'Ukraine il y avait un satellite américain, il était en train de survoler juste en ce moment précis, ce satellite était en train de tout photographier, il était en mesure de tout photographier mais nous n'avons eu la moindre information de la part des Etats Unis d'Amérique, ça fait trois mois donc que ces informations sont tenues cachées au public occidental et mondial ; 

- deuxième chose, nous savons que les boîtes noires, après avoir fait une grande confusion, écrit que les rebelles ne les auraient jamais consignées et même ils les auraient détruites, et contrairement à cela les boîtes noires, deux, ont été trouvées intactes, ont été consignées aux enquêteurs, ont été ouvertes et analysées, mais ce qu'elles disent exactement n'a pas été rendu connu, après trois mois. Au contraire les services secrets savent tout, les services secrets allemands disent de tout savoir mais nous ne disent pas ce qu'ils savent, ils donnent la nouvelle, mais ils nous ne disent pas ce qu'ils savent ;

- puis il y a quelque chose de plus intéressant : nous savons justement par les Allemands qui ont répondu à un interrogatoire parlementaire, - le ministre qui a été chargé de l'affaire, a répondu que les Allemands savent - qu'il y avait deux avions Awaks, qui survolaient l'aire, et donc qui avaient un contrôle général sur toutes les communications radar et tous les signaux de l'aire et étaient en mesure de tout contrôler jusque sur le territoire russe en longue profondeur ; donc deux avions qui étaient en train de survoler en plus du satellite américain, mais nous n'avons eu aucune information à cet  égard, pourquoi ? parce que les informations sont à disposition de la Hollande, non même ceci n'est pas vrai, cette information est incomplète : parce qu'en réalité on a crée au mois d'août un directoire, - nous l'avons publié en tant que Pandora TV (la seule télé qui l'ait rendu public!) - un directoire avec 4 pays que sont Belgique Hollande Australie et Ukraine qui ont dans les mains l'information et qui ont établi entre eux, de ne pas faire connaître ce qu'ils retiennent de ne pas avoir à divulguer. C'est-à-dire que ces quatre pays - on ne comprend pas pourquoi par exemple il y ait la Belgique qui a eu 3 morts et n'y ait pas la Malaisie qui en a eu 44, on ne comprend pas, qui a décidé ? on ne sait pas - mais ces quatre là dont un est l'Ukraine qui est directement responsable par la loi de ce qui se passait dans son propre ciel, et qui a à sa disposition les enregistrements des conversations entre l'équipage de l'avion abattu, les dernières paroles dites par ces pauvres malheureux, et la station de contrôle à terre de Dnepropetrovsk, qui n'a pas divulgué ces données ; donc toutes ces données qui sont à disposition de l'Occident n'ont pas été divulguées, les seuls qui ont divulgué quelque chose, beaucoup, sont les Russes, qui par contre nous ont dit avoir enregistré la présence d'un avion - probablement un Sukoï 24 - dans les environs immédiats de l'avion abattu. 

Bien. Il y a de nombreuses raisons pour retenir que cet avion ait été abattu aussi par une rafle ou par plusieurs rafles de projectiles tirés depuis la mitrailleuse de 30 mm dont l'avion est équipé, donc l'avion aurait été abattu en premier lieu par une mitrailleuse à distance rapprochée. 


Tout ceci est déjà connu, mais est gardé soigneusement caché, et soudainement il est lancé dehors comme la nouvelle résolutive, voilà.

 

Ceci vous donne le cadre de la situation dans laquelle nous vivons en ce moment, soit avec un Occident qui est manipulé jour après jour par des opérations comme celle-ci. Dans laquelle naturellement les journalistes européens et occidentaux tombent avec une grande facilité à chaque fois et de manière inexorable. Et la chose qui frappe le plus, - la plus amusante pour ne pas dire révoltante - est que l'Allemagne est le pays où il y a peu de temps est sorti un livre intitulé Journalistes achetés, écrit pas l'un des journalistes allemands les plus importants, il s'appelle Udo Ulfkotte, c'est lui qui a donné ce titre, "journalistes achetés", dans lequel il a révélé, - puisqu'il est l'un des journalistes les plus importants du quotidien allemand le plus important, la Frankfurter Allgemeine Zeitung - lui dit j'ai vécu ma vie à faire l'agent des services secrets américains, qui est ce que, lui par la suite dit, naturellement, c'est ce que font des dizaines et des dizaines de journalistes. Nous, nous en avons eu un pensez-vous, il s'appelait Farina, qui travaillait pour les services secrets italiens et fut radié de l'Ordre des journalistes, après quoi récemment il a été réintégré dans les rangs, à l'unanimité par le Conseil de l'Ordre. 


Propagande médiatique : les révélations d’Udo Ulfkotte (version sous-titrée)

http://www.youtube.com/watch?v=7cwQ0fObxng



 

Donc vous voyez que la chose est largement répandue, l'unique conclusion que l'on peut en déduire : faites attention à ce que vous lisez, faites attention à ce que vous voyez, et ne vous fiez pas des journalistes parce que parmi eux d'achetés il y en a tellement beaucoup que avoir confiance dans la catégorie est devenu désormais un acte très très dangereux, je dirais même inconscient. 

 

Et bon voyage à tous autour du soleil, voyage qui dure longtemps et nous nous reverrons dans pas longtemps.

 

 

Giulietto Chiesa pour PandoraTV.it

 

 

PandoraTV -  Jeux de guerre  

 

21.10.14 - Kiev dément les services secrets allemands sur la destruction du vol MH17 de la Malaysia Airlines.


PTV News 21 ottobre 2014 - Giochi di guerra © PandoraTV

http://www.youtube.com/watch?v=0ZxUD-3FWbs

Le ministre de la Défense ukrainien refuse la reconstruction fournie par une relation de l'intelligence allemand, selon laquelle l'avion de ligne aurait été abattu par les philo-russes avec une batterie de missiles Buk soustraite à l'armée ukrainienne. Le sec démenti dans un communiqué du ministère de la Défense, qui dit "le commandement de l'aéronautique militaire de l'Ukraine déclare officiellement que l'information relative à la soustraction de la part des philo-russes d'un système de missiles anti-aérien Buk M-1 d'une unité militaire de l'aéronautique ukrainienne, n'est pas vraie". Le rapport des services allemands accusait en plus Kiev d'avoir falsifié les photos utilisées pour la reconstruction des faits. Le document de l'intelligence allemande a été publié par l'hebdomadaire Der Spiegel actuellement dans les kiosques, qui rapporte l'audition au Bundestag du chef des services secrets Gerard Schindler le 8 octobre. Selon le Spiegel Schindler a fourni des preuves étayées en soutien des thèses exposées, avec des images satellitaires et des photos. La Chancelière Angela Merkel a refusé de commenter la nouvelle. Son porte-voix s'est astreint à affirmer qu'il s'agit d'informations secrètes. Berlin par la voie du Spiegel accuse les philo-russes, ainsi les eaux se troublent tout en laissant la patate brûlante à Kiev. Et on se demande à quel jeu seraient-ils en train de jouer. 

 

Amnesty International joue sur les mots. Elle ne les appelle pas charniers mais "exécutions sommaires". Ce sont les tours d'équilibre dans le rapport présenté par Amnesty sur les sépultures collectives découvertes en septembre près de Donetsk en Ukraine orientale. Les cadavres d'au moins 10 personnes avaient été retrouvés avec les mains liées derrière le dos, et des signes de meurtre par fusillade, parmi eux une femme enceinte et une autre femme décapitée. "Amnesty International n'a pas trouvé ni s'est trouvée devant à des preuves conclusives à des meurtres de masse ni à des charniers", a déclaré le directeur pour l'Europe et l'Asie Centrale John Dalhuisen. "Ce que nous avons vu", a-t-il poursuivi, "sont des incidents isolés d'exécutions sommaires, qui dans certains cas constituent des crimes de guerre". Le rapport cite aussi des violences commises par les philo-russes, confirmées par la découverte le 19 avril dernier dans la région de Donetsk, des corps de deux militants pro-Kiev avec des signes de violences. Du reste, dans une rencontre avenue en septembre, le secrétaire général de Amnesty Salil Shetty avait demandé au premier Ministre ukrainien Arseni Iatseniuk de mettre fin aux crimes de guerre commis par les bataillons de volontaires pro-Kiev qui côtoyaient l'armée régulière, tout en demandant aux autorités ukrainiennes de ne pas répéter les désordres et les violences qui dominaient dans les régions précédemment contrôlées par les séparatistes. 

 

Moscou étend l'embargo sur les produits agricoles européens aux farines animales, aux graisses de viande de porc, de viande bovine et de volaille à d'autres dérivés de porc et de boeuf. La divulgation de la nouvelle a été faite par l'organisme fédéral qui contrôle la qualité des produits agricoles. Le coup d'arrêt aux importations décrété par Moscou depuis la fin août implique pour l'Italie des pertes d'environ 1 milliard d'euros par an, dont environ 300 millions seulement dans le secteur de la cultivation de fruits, pertes auxquelles il faut ajouter celles des entreprises italiennes avec des sièges opérationnels en Russie, ultérieurement frappés par cette fermeture décidée à cause de la violation des normes de sécurité. Mais, d'un point de vue plus réaliste, motivée en réponse aux sanctions adoptées par Bruxelles.

 

 

Adolfo Marino

 

PandoraTV.it

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.