Les nouvelles stratégies US de George Friedman et Zbigniew Brzezinski

21.09.2014 - George Friedman, directeur de la société de renseignement et d’analyse Stratfor, dite « CIA de l’ombre », a publié un article intitulé « L’Ukraine, l’Irak et la stratégie de la mer Noire. »


 Politikus.ru

Les nouvelles stratégies US de George Friedman et Zbigniew Brzezinski

 

Traduction libre par Olga pour Réseau International

L’administration actuelle de la Maison Blanche se distingue de ses prédécesseurs, pas seulement de ceux de l’époque Bush Junior, mais aussi dans une certaine mesure de l’administration du premier mandat de B. Obama. La réticence à s’impliquer directement dans les zones de conflit créées avec la participation directe des ex hauts fonctionnaires de Washington est un cadre de la stratégie des clans derrière Obama. Les coûts de trillions de dollars, l’aversion à grande échelle du public, la réaction négative de la part non seulement des adversaires des Etats-Unis sur la scène mondiale, mais même de leurs alliés et satellites, sont les raisons principales pour lesquelles les actuels dirigeants de la Maison-Blanche ne veulent en aucun cas s’immiscer dans les grandes aventures militaires. D’où les changements importants dans la politique étrangère qui sont basés, dans les conditions critiques de l’économie, non sur l’intervention directe, mais sur les actions à caractère politique, diplomatique et de renseignements. On peut caractériser les interventions comme dosées en minimum, sans engagement des force considérables, sans mention d’une grande opération au sol.

 

D’autre part, dans les milieux militaires et de renseignements la stratégie et les moyens admis par le gouvernement américain par rapport aux zones de conflit sont considérés comme incorrects et inefficaces. Au fond, Friedman étant en fait au contact avec le Pentagone et les services secrets, par la publication ouverte de ses estimations tente sinon d’exercer une pression, au moins d’attirer plus d’attention sur des approches alternatives à une stratégie globale et systématique avec un plan de suivi des défis essentiels.

 

George Friedman

George Friedman

 

Friedman écrit:

Le plus important pour les Etats-Unis est la création d’un plan intégral tenant compte des défis les plus vitaux. Le plan commence par la détermination d’un théâtre d’opérations géographiquement cohérent pour unifier la manœuvre politique avec la planification militaire. De toute évidence, la doctrine militaire étasunienne s’est affranchie de la stratégie de la guerre sur deux fronts. Pendant les opérations rapides il est difficile de s’occuper de tous ses adversaires simultanément, mais du point de vue conceptuel un barycentre cohérent et concerté a une importance primordiale. Il est évident pour moi que le barycentre actuel est la mer Noire. A l’heure actuelle il y a deux théâtres d’opérations d’une grande portée potentielle. L’un est l’Ukraine où les russes sont passés à la contre-offensive. L’autre se trouve dans la région Syrie-Irak, où les forces d’un Etat Islamique sont passées à l’offensive pour contrôler des régions dans les deux pays, voire dominer toute la zone entre le Levant et l’Iran.

Un lien entre ces deux théâtres ne se fait pas sentir. Oui les Russes ont des problèmes persistants dans le Caucase, on a eu des rapports sur des conseillers tchétchènes coopérant avec l’État Islamique. En ce sens ce qui se passe en Irak et Syrie n’arrange pas du tout les Russes. En même temps tout ce que détourne l’attention des États-Unis de l’Ukraine joue en leur faveur. L’État Islamique devra, à son tour, affronter la Russie à long terme. Cependant, son problème immédiat est la force des États-Unis, donc tout ce qui pourra l’engager ailleurs est bon pour lui.

Mais la crise ukrainienne, dans sa dynamique, diffère fortement de la crise Irak-Syrie. En tout cas les forces armées de la Russie et de l’État Islamique n’agissent pas de concert et, en fin de compte, la victoire de l’une ou l’autre des parties lancerait un défi aux intérêts de l’autre. Mais pour que l’attention, la volonté politique et la force militaire des États-Unis soient distribuées rationnellement, il faut envisager les deux crises ensembles. Les Russes et l’État Islamique peuvent se permettre le luxe de se concentrer sur un seul conflit. Les États-Unis doivent s’occuper des deux conflits et les coordonner l’un avec l’autre. L’administration d’Obama veut créer l’Irak uni sans djihadistes, et faire que la Russie reconnaisse l’Ukraine pro-occidentale. Et ce sans avoir à fournir des forces militaires importantes à aucun des théâtres.


En effet il s’agit de combiner les deux conflits avec des moyens minimaux, sans efforts excessives et sans utiliser de grandes ressources, c’est à dire, atteindre les buts sans risques majeurs:

 

Le dilemme de l’administration est – comment atteindre les buts sans risque? Si c’est impossible, quel taux de risque peut-elle ou doit-elle accepter? En ce sens la stratégie étasunienne doit viser à l’équilibre des forces dans la région, en utilisant les alliés sur place et en leur donnant le soutien matériel, tout en évitant l’engagement militaire direct, car il n’y a pas d’autre choix. La garantie du soutien sans la nécessité de l’intervention est d’une importance essentielle.


L’analyste reconnaît aussi que l’utilisation des avions sans pilote et des forces spéciales ne peut pas avoir d’impact significatif sur l’État Islamique. En plus, à son avis, la Russie ne peut pas commencer une offensive décisive. Pour lui, le plus probable est que la Russie n’a aucune intention de mener une opération militaire avec ses propres forces armées, sinon il lui faudrait déloger les forces du régime de Kiev de Marioupol et mener l’assaut contre Lvov et Ivano-Frankovsk.

 

Quoi qu’il en soit, selon Friedman, le problème est de ne pas s’opposer à la Russie et à l’État Islamique l’un après l’autre, mais simultanément, ce qui est l’essence même de sa proposition. Sinon, selon lui, non seulement la stratégie de l’affrontement de la Russie et de l’EI sera vouée à l’échec, mais « les crises peuvent se transformer en une menace directe pour les États-Unis. » La seule issue qu’il voit est l’unification des deux théâtres de guerre.

 

La question pour les États-Unis consiste à trouver des moyens pour structurer un tel support idéologiquement et physiquement. En effet, il y a deux théâtres différents, et la force américaine est limitée. La situation ne contient pas de garantie solide. Cependant, la stratégie des États-Unis doit abandonner l’idée que ces deux théâtres sont différents et les considérer comme un théâtre unique : le théâtre de la mer Noire. En regardant la carte on voit que géographiquement la mer Noire est un élément de liaison entre ces deux zones. La mer Noire forme la frontière sud de l’Ukraine, et le Caucase, où les forces des Russes, des djihadistes et des Iraniens se croisent, ainsi que le nord de la Syrie et de l’Irak sont situés à moins de 650 kilomètres de la mer Noire.


Pourquoi la région de la mer Noire? Il n’y avait pas de conflits d’envergure dans la région de la mer Noire auparavant, alors qu’au Moyen-Orient il y avait la présence d’une organisation tentaculaire énorme et peu contrôlée. Selon certaines estimations, l’organisation dispose d’une somme égale à 7 milliards de dollars. Le principe de son existence, expansionniste à l’évidence, visant à envahir et adapter à ses besoins les terres et l’infrastructure, représente une menace pour les régions voisines et inquiète de nombreux pays. A cela s’ajoute le fait que la Russie veut protéger ses intérêts en Novorossia, ce qui détourne l’attention et les forces des Etats-Unis. Par conséquent, il est nécessaire de réunir les conflits en une seule stratégie en vue de mettre en valeur leurs potentiels militaire et politique d’une façon plus efficace.

 

Dans le cadre stratégique actuel, où les décideurs des USA sont incapables de conceptualiser les deux problèmes stratégiques à la fois, une nouvelle crise pourrait les écraser. La stratégie du Grand bassin de la mer Noire consiste à déterminer l’importance de la Géorgie – la côte orientale de la mer Noire. Il importe encore plus d’accentuer le rôle de l’Azerbaïdjan. Sans l’Azerbaïdjan, la Géorgie est d’un petit poids. L’Azerbaïdjan peut servir sinon de contrepoids, du moins d’un tampon pour les djihadistes dans la montagne du Caucase, ce qui les ancrera dans la Grande stratégie de la mer Noire. L’analyste considère deux pays comme les plus importants dans cette stratégie du Grand bassin de la mer Noire. Le premier est la Turquie, avec laquelle des « changements politiques sérieux » et la révision des relations stratégiques sont nécessaires.

 

Le deuxième pays d’une importance particulière devrait être la Roumanie:

La convention de Montreux interdit le transit sans restrictions des forces navales dans la mer Noire par le détroit du Bosphore contrôlé par la Turquie. Cependant la Roumanie, étant un pays riverain de la mer Noire, elle n’est soumise à aucune restriction, même si ses forces navales sont représentées par plusieurs frégates vieillissantes, soutenues par une douzaine de corvettes. La Roumanie peut servir de base pour les avions impliqués dans des opérations dans la région, en particulier en Ukraine. En outre, le soutien de la Roumanie dans le domaine de la création de forces navales importantes dans la mer Noire, avec par exemple des navires amphibis, fournira une force de dissuasion contre la Russie renversant la situation dans la mer Noire de façon à motiver la Turquie pour coopérer avec la Roumanie et donc, avec les États-Unis.


Voilà le sens militaire et logistique de la stratégie proposée par Friedman. L’opération brillante de la Russie en Crimée a beaucoup inquiété au Pentagone, à Langley, et à la Maison Blanche. Il est évident que la péninsule de Crimée est d’une valeur militaire et stratégique primordiale pour la protection des frontières de la Russie via des systèmes de défense antiaérienne et antimissile, ainsi que pour le renforcement de la puissance de ses forces navales. Malgré toutes les déclarations et les sanctions de la part des dirigeants occidentaux, en fait ils ont eu à reconnaître le contrôle de la Russie sur la Crimée et à le prendre en considération. Cela se manifeste notamment dans des publications telles que l’article de Friedman, qui parlent beaucoup plus que les discours de Jen Psaki et Samantha Power.

 

Zbigniew Brzezinski

Zbigniew Brzezinski

 

Dans le contexte de ce qui précède, il convient de mentionner les pensées d’un « ami » de la Russie de longue date, le célèbre géopoliticien Zbigniew Brzezinski, formulée dans son interview. C’est un partisan de la formule « G2 + ». Cela veut dire qu’il estime que le partenariat stratégique entre Pékin et Washington pourrait tirer le monde de la situation d’incertitude. Selon lui. il n’y a aucune raison d’empêcher le développement de la Chine, au contraire, il faut contribuer à son progrès d’une manière à répondre aux critères des États-Unis. Si Pékin se désengage de cette voie, une réponse adéquate surviendrait immédiatement.

 

Quel serait l’objectif de ce format ? Trois volets attirent l’attention: tout d’abord, l’Amérique définit les principes de base du nouvel ordre mondial; deuxièmement, elle partage la responsabilité de gérer les contradictions dans la géopolitique mondiale avec une autre superpuissance qui est la Chine; troisièmement, elle oppose le modèle « G2+ » aux autres grandes puissances prétendant à la primauté.

 

La différence radicale entre les intérêts de la Chine et des Etats-Unis est tout à fait évidente, donc la déclaration contient une contradiction en soi. Les mots de Brzezinski ne signifient pas le partage de contrôle sur le monde et la résolution des contradictions de la géopolitique mondiale, mais il s’agit en fait de l’obligation de la Chine de faire le sale boulot pour les Américains. Si la Chine se développe de manière avantageuse pour les États-Unis (ce qui n’est pas du tout équivalent au développement réel), cela permettrait aux Américains de résoudre leurs problèmes en utilisant la Chine comme un ouvrier. Cependant en lisant le texte du rapport de Hu Jintao au 18e Congrès de la CPC, l’opposition complète des intérêts de la République populaire de Chine et des États-Unis sur plusieurs questions importantes est évidente, et chacune des parties campe sur ses positions.

 

Hu Jintao

Hu Jintao

 

En fait, pour comprendre la position de l’Empire du milieu, il faut la voir comme un refus de se plier au jeu que l’on veut lui imposer. Elle se distancie, par tous les moyens, des crises régionales et évite toute ingérence. Après tout, si vous regardez de plus près, les déclarations de Brzezinski cachent autre chose, c’est-à-dire qu’il cherche à attirer la Chine, d’une manière ou d’une autre, dans des zones d’instabilité pour qu’elle y consacre toutes ses ressources à régler les problèmes et effectivement à entraver son développement. Dans la logique de Brzezinski, si le développement de la Chine se fait de manière profitable pour les États-Unis, notamment en s’impliquant dans ses différentes aventures, il n’y a aucun souci. Sinon, on en reviendrait à la « réponse adéquate ».

 

Les problèmes économiques et politiques forcent une partie des élites américaines à chercher de nouvelles approches pour atteindre leurs objectifs. Les méthodes indirectes d’influence conduisent à la détérioration de la situation dans des régions clés du monde. Pour cette raison les propositions qui sont faites pour garder le leadership mondial le sont dans un contexte de restriction budgétaire et de l’émergence d’une Russie désireuse de sauvegarder ses intérêts et de protéger ses frontières.

 

 

Source : http://politikus.ru/articles/29426-o-novyh-strategiyah-d-fridmana-i-z-bzhezinskogo.html

 

[VIDEO] George Friedman explique la stratégie des USA en Europe et Russie

« Les Etats-Unis sont prêts à créer un cordon sanitaire entre l’Europe et la Russie. »

 

30.04.2015 - George Friedman, fondateur et dirigeant de la société de renseignement Stratfor, a expliqué la stratégie des Etats-Unis en Europe, et plus précisément vis-à-vis de la Russie, l’Ukraine, l’Eurasie et l’Allemagne, lors d’une conférence du Council on Foreign Relations de Chicago, le 3 février. Voici un extrait de la séance de questions-réponses.

Le Courrier de Russie 


Le discours Stratfor : George Friedman fait des révélations incroyables © Yacine Zitouni
https://www.youtube.com/watch?v=u1a0FD6iiek

 

Le président de Stratfor affirme que les USA n’ont pas de relations avec l’Europe mais avec certains pays au cas par cas. « Nous avons des relations avec la Roumanie, la France mais il n’y a pas d’Europe avec laquelle les USA ont des relations quelconques », a-t-il déclaré.

 

Répondant à une question sur l’Ukraine, George Friedman explique que Washington a envoyé des armes dans le pays et compte mobiliser des forces en Pologne, Roumanie, Bulgarie et dans les pays Baltes. « Les Etats-Unis sont prêts à créer un cordon sanitaire entre l’Europe et la Russie. Les Russes le savent. Ils pensent que les USA veulent faire éclater la Fédération russe. En réalité, ils veulent juste lui faire un peu mal », soutient le directeur, ajoutant que « l’on était revenu au jeu d’antan ».

 

Aujourd’hui, la priorité des USA serait en outre d’empêcher que Berlin et Moscou soient des alliés solides. La question allemande est d’ailleurs au coeur des péoccupations américaines, selon lui. « Celui qui me dira ce que les Allemands comptent faire dans cette situation avec la Russie, dira à quoi ressembleront les vingt prochaines années de l’Histoire », a-t-il conclu.

 

George Friedman est un politologue américain. Il est le fondateur et le dirigeant de la société américaine de renseignement et d’analyses Stratfor, communément surnommée la « CIA de l’ombre ».


Pour aller plus loin :
Conférence complète (en anglais) à cette adresse.


Source : http://www.lecourrierderussie.com/2015/04/video-george-friedman-strategie-usa-europe/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.