Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

640 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 oct. 2017

«Les contrebandiers de l’Histoire» : une fatalité algérienne - par Youcef Benzatat

Selon Youcef Benzatat, et contrairement à ceux qui n’y ont vu que polémique, diffamation et jalousie, le dernier livre de Rachid Boudjedra pose la question fondamentale de l’identité de la nation algérienne, de son rapport avec le monde et, afin de consolider et épanouir sa conscience collective, de la pédagogie nécessaire à la structuration de son champ culturel.

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

24 OCTOBRE 2017 - PAR YOUCEF BENZATAT (Algérie Patriotique)

L’Histoire, de par sa complexité et les aléas qui la conditionnent, ne peut être figée dans des livres, ni enseignée dans sa totalité. Elle est la matière vivante qui donne sens à la conscience collective à un moment donné. Tout en nourrissant cette dernière à ce moment précis de sa durée, elle s’enrichit à son tour en retour. De génération en génération, les faits, les expressions, les documents sont réappropriés et réinterprétés pour des besoins immédiats, collectifs ou individuels. L’Histoire dans l’absolu apparaît de fait telle une chimère. Il n’y a en fait que des histoires qui ne traduisent que des points de vue sur l’Histoire. De ce fait, toute prétention à faire œuvre d’Histoire n’est qu’imposture et son auteur un «contrebandier» ! A l’image de cet adage populaire qui met l’accent sur le point de vue aveugle et partial du narrateur, celui du dromadaire qui rit de la bosse de celui qui le devance dans la file sans même se rendre compte qu’il est doté lui-même de cette même aberration apparente.

Telle est l’histoire de l’un d’entre eux, en l’occurrence notre grand écrivain Rachid Boudjedra dans son essai sur Les Contrebandiers de l’Histoire. Certains ne seraient pas d’accord pour ce qualificatif, lui préférant celui de pamphlet, de polémiste ou autre. Cela est propre à la liberté de la critique littéraire. Ce qui est polémique pour les uns pourrait être perçu comme une œuvre majeure pour d’autres, cela relève de la liberté du point de vue, de la libre opinion.

J’ai pu comprendre Les Contrebandiers de l’Histoire comme une œuvre qui pose la question fondamentale de l’identité de la nation algérienne, son rapport avec le monde et la pédagogie nécessaire à la structuration de son champ culturel pour la consolidation et l’épanouissement de sa conscience collective, contrairement à d’autres, qui n’ont pu comprendre de cette œuvre majeure dans la vie intellectuelle de notre époque que polémique, diffamation, jalousie et autres aveuglements.

En fait, dans son discours, l’auteur interpelle les trois principaux écrivains cités dans son œuvre, Boualam Sansal, Yasmina Khadra et Kamel Daoud sur leur dérive à vouloir réduire deux mille ans de résistance et de lutte acharnée de tout un peuple pour la conquête de sa souveraineté et de l’édification de son identité à quelques dérisions stylistiques empruntées au champ sémantique néocolonial de l’ancien colonisateur, et de surcroît mal digérées ! Boualem Sansal réduisant le combat libérateur de l’ALN/FLN à un substrat de la perversion nazie dans son Village de l’Allemand, Yasmina Khadra amplifiant l’écho du déni du crime colonial dans Ce que le jour doit à la nuit et Kamel Daoud, sur la même dérive, réhabilite le colon à travers la figure d’Albert Camus dans son œuvre ethnocidaire !

Le réquisitoire de Rachid Boudjedra s’avère être sans appel ! Pour preuve, le débat qu’il a voulu convoquer n’a pas eu lieu, la convulsion de ces «contrebandiers de l’Histoire» s’est malheureusement soldée par une querelle de chiffonniers : Daoud menaçant de poser plainte, Khadra s’est réfugié dans l’égrènement de ses succès commerciaux et Sansal, probablement sonné, s’est muré dans le silence, à moins qu’il soit à l’heure actuelle en train de préparer sa défense d’une plus belle manière.

Néanmoins, cette malheureuse querelle de chiffonniers, qui nous expose une fois de plus à la risée du monde, a la vertu de nous éclairer sur l’impossible débat dans notre situation actuelle autour de la question des véritables fondements de notre conscience collective sur notre identité, notre histoire et notre devenir.

Boudjedra peut bien rire de ces égarés dans leur pré-carré, conquis sur le dos de tant de compromissions. L’Occident impérialiste en général, et pas seulement la France coloniale, n’admettra jamais qu’un écrivain d’ailleurs viendrait sur son sol lui rappeler ses crimes commis contre le reste du monde et leurs poursuites aujourd’hui par d’autres canaux et d’autres moyens. Une condition non négociable pour quiconque voudrait gagner en notoriété dans ses salons littéraires. Nos contrebandiers de l’Histoire savent à quoi s’en tenir. Ni la France ni Israël n’ont commis de crimes, ni ne continuent d’en commettre pour convoiter les terres et les richesses des peuples sans défense. Seuls l’évocation des crimes commis contre l’Occident lui-même sont abondamment soutenus et encouragés : le nazisme d’autrefois et le terrorisme islamiste aujourd’hui, qu’il faudra bien se garder à mettre au même pied d’égalité !

Boudjedra a le droit d’en rire, même si le rire de l’artiste est souvent l’expression d’une colère sourde. Il pourra en rire autant, lui qui a déjà eu l’expérience des salons littéraires occidentaux, desquels il a été banni à chaque fois qu’il a osé tutoyer le démon de l’imaginaire colonial, toujours à vif et prêt à ressurgir au moindre signe culpabilisateur.

Soit ! Boudjedra reste Boudjedra. L’auteur de L’Escargot entêté et de La Répudiation. Des œuvres aussi utiles que son entêtement à persévérer dans la répudiation de ces écrivains égarés. Si seulement il pouvait avoir la dignité qui caractérise les écrivains de son rang et de se rire de sa propre bosse, celle qui fait de lui un valet d’un régime cruel, cynique, aussi égaré que ses cibles du moment, à persévérer à son tour dans la privation de son peuple du désir de liberté et de souveraineté et d’être maître de son destin. D’un côté comme de l’autre, être contrebandier de l’Histoire s’avère être une fatalité incontournable pour quiconque voudrait gagner de la notoriété sous quelques cieux protecteurs. D’un côté comme de l’autre, l’Histoire restera piégée dans le conditionnement de cette fatalité et n’enfantera que des contrebandiers.

Y. B.

sur le fil des commentaires, suite de la problématique histoire-mémoire avec le cinéaste algérien Mohamed Lakhdar Tati.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP