Syrie: l'OIAC aurait manipulé l'enquête sur l'attaque chimique de 2018 à Douma

Un lanceur d'alerte allègue que l'OIAC, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, a manipulé l'enquête sur l'attaque chimique à Douma, en Syrie, en y dénonçant de graves irrégularités. - En avril 2018, un bombardement chimique présumé a poussé les Etats-Unis, la France et l'Angleterre à attaquer le régime de Bachar al-Assad dans le but déclaré de détruire ses arsenaux chimiques.

23 OCTOBRE 2019 - PAR STEFANIA MAURIZI (La Repubblica)

133821998-daa9b46e-bf0b-4e1c-9129-116564eaab5e
Son nom n'est pas encore connu, mais il n'est pas difficile d'imaginer que dans les hautes sphères de la diplomatie la chasse à l'homme a déjà commencé. Oui, car si les faits que dénonce cette source sont établis hors de tout doute raisonnable, tout le système de contrôle mis en place par la communauté internationale contre l'emploi des armes chimiques s'effondrera, déclenchant une tempête sans précédent au sein de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), une institution internationale qui a remporté le prix Nobel de la paix en 2013 et qui, ces dernières années, a traité des dossiers extrêmement brûlants, du cas de Sergei Skripal - l'espion russe qui aurait été empoisonné par l'agent neurotoxique Novichock - à celui de l'attaque chimique qui aurait coûté la vie à des dizaines de civils le 7 avril 2018 à Douma, en Syrie.

Les images d'enfants syriens qui auraient été victimes de l'attaque chimique contre Douma ont fait le tour du monde, déclenchant une forte réaction internationale, à tel point qu'une semaine plus tard, le président Donald Trump a ordonné, avec la France et l'Angleterre, une série de bombardements contre la Syrie de Bachar al-Assad, dans le but, déclaré par Trump, de " détruire la capacité du régime syrien à lancer des armes chimiques."
Aussitôt le doigt pointé sur Assad, des conclusions ont été tirées avant même que l'OIAC puisse analyser les preuves scientifiques de l'attaque. Pour tenter de déterminer ce qui s'était passé, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques a envoyé ses inspecteurs à Douma pour une mission d'établissement des faits, une mission sur le terrain pour étudier des échantillons de sol sur le site de l'attaque présumée, interroger des témoins et examiner des cadavres. Et beaucoup craignaient que les conclusions du rapport OIAC sur la Douma ne servent d'instrument de changement de régime en Syrie, comme ce fut le cas en Irak avec la recherche d'armes de destruction massive par Saddam.

La Russie a immédiatement contesté la méthode de travail de l'OIAC, critiquant en particulier les inspecteurs pour avoir accepté des échantillons environnementaux prélevés par des ONG considérées comme controversées, comme les Casques blancs. Mais personne n'a pris au sérieux les critiques russes, étant donné les relations entre la Syrie de Bachar al-Assad et la Russie de Poutine.

Dans une interview accordée à la Repubblica, Ahmet Üzümcü, alors directeur général de l'OIAC, a affronté ces critiques des Russes en déclarant à notre journal : " Toutes les méthodes utilisées par nos équipes ont toujours été conformes aux procédures reconnues et si les échantillons sont fournis par certaines ONG, ils ne sont jamais considérés comme la seule source de preuve. Nous utilisons toujours une grande variété de matériaux et d'informations provenant de différentes sources et nos inspecteurs ont toujours été en mesure de les vérifier. À moins que l'information ne soit très fiable, nos inspecteurs ne tirent pas de conclusions."

Après un an de recherches scientifiques, le 1er mars dernier, l'OIAC a finalement publié le rapport technique sur Douma, concluant qu'il y a "des preuves raisonnables qu'une attaque avec une arme chimique a eu lieu le 7 avril 2018" et que la "substance toxique utilisée était selon toute vraisemblance du chlore". Bien que l'OIAC n'attribue pas la responsabilité des attaques chimiques, mais se contente de déterminer si elles se sont produites et quelles substances ont été utilisées, ils ont tous continué à pointer du doigt le régime de Assad.

Mais maintenant, un informateur pourrait rouvrir l'affaire. L'existence de ce lanceur d'alerte est annoncée par un groupe d'experts et de militants qui s'est réuni à Bruxelles le 15 octobre dernier à l'initiative de l'organisation Courage Foundation, un organisme qui protège les lanceurs d'alerte de haut niveau et est engagé depuis des années pour la défense de Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange.

Le groupe d'experts et de militants comprend l'ancien directeur général de l'OIAC, José Bustani, l'universitaire Richard Falk, professeur émérite de droit international à Princeton, le directeur actuel de WikiLeaks, le journaliste islandais Kristinn Hrafnsson et Helmut Lohrer, l'un des dirigeants de l'organisation internationale International Physicians for the Prevention of Nuclear War ; le professeur Guenter Meyer de l'Université Johannes Gutenberg de Mayence, en Allemagne ; Elizabeth Murray, ancienne analyste du renseignement pour le Moyen-Orient au National Intelligence Council à Washington ; et enfin l'ancien chef des forces spéciales britanniques, John Taylor Holmes.

Selon le groupe d'experts, le lanceur d'alerte serait membre de l'OIAC et leur donnerait accès à une série de courriels internes, de SMS et de ébauches de rapports qui révéleraient " des pratiques inacceptables pendant l'enquête concernant la présumée attaque chimique sur Douma ".

Kristinn Hrafnsson, directeur de WikiLeaks, a déclaré à Repubblica : "Notre groupe d'experts a reçu des preuves qui mettent en doute l'intégrité de l'OIAC. Bien que le dénonciateur ne soit pas prêt à révéler son identité et à présenter les documents au public, WikiLeaks estime qu'il est dans l'intérêt public de montrer tous les documents recueillis par la mission d'enquête OIAC à Douma et tous les rapports scientifiques de l'enquête. Nous invitons ceux qui y ont accès au sein de l'OIAC à les soumettre en toute sécurité à WikiLeaks via notre plateforme wikileaks.org/#submit".

SOURCE:>>https://www.repubblica.it/esteri/2019/10/23/news/whistleblower_denuncia_che_l_opac_l_organizzazione_per_la_proibizione_delle_armi_chimiche_ha_manipolato_le_indagini_sull_a-239269553/

Sur RT (traduit de l'anglais avec DeepL) :

Selon un lanceur d'alerte l'OIAC a dissimulé des preuves clés dans l'incident chimique de Douma

23 Octobre 2019

L'organisme international de surveillance des armes chimiques a probablement biaisé sa propre enquête sur l'incident survenu à Douma, en Syrie, en 2018, pour en arriver à une décision prédéterminée, une conclusion accablante fondée sur le témoignage d'un lanceur d'alerte.

L'incident d'avril 2018 dans la banlieue de Damas a été rapidement imputé au gouvernement syrien par l'Occident. En quelques jours, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont lancé des barrages de missiles de croisière en représailles. L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), l'organisme international de surveillance des armes chimiques, a par la suite appuyé cette justification, en pointant du doigt la Syrie dans son rapport final, qui a été publié en mars.

Maintenant, un groupe d'experts affirme que le rapport était fondé sur une conclusion erronée et qu'il a probablement été délibérément orienté vers le résultat favorable à l'Occident. L'accusation est fondée sur les preuves et le témoignage d'un enquêteur de l'OIAC, qui a présenté des preuves accablantes que sa propre organisation avait violé sa mission.

Le comité critique les " pratiques inacceptables " dans l'enquête de l'OIAC sur l'attaque chimique présumée à Douma, en Syrie, le 7 avril 2018 https://t.co/1XD72nlzzq
- Courage Foundation (@couragefound) 23 octobre 2019

Après s'être entretenu avec le témoin et avoir examiné les rapports internes, les échanges de textes et d'autres éléments de preuve, le panel était convaincu que " les renseignements clés concernant les analyses chimiques, les consultations toxicologiques, les études balistiques et les témoignages des témoins ont été supprimés, apparemment pour favoriser une conclusion prédéfinie ", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Selon la déclaration, l'OIAC s'est efforcée d'exclure les enquêteurs en désaccord et de faire taire leurs tentatives pour exprimer leurs préoccupations au sujet du rapport, qui est "un droit explicitement conféré aux inspecteurs par la Convention sur les armes chimiques". Les experts ont demandé à l'organisation de revoir son enquête et de permettre à ceux qui ne sont pas d'accord avec la conclusion formulée dans le rapport final d'exprimer leurs préoccupations sans crainte de représailles.

Le panel convoqué par la Fondation Courage, qui accepte les dons pour la défense juridique des dénonciateurs et des journalistes qui font des reportages sur les fuites, comprend plusieurs éminents spécialistes et personnalités publiques, dont José Bustani, un diplomate brésilien qui a été le premier directeur général de l'OIAC avant d'être harcelé depuis son bureau par John Bolton, le faucon américain.

M. Bustani a déclaré que le dénonciateur avait confirmé ses doutes sur le rapport, qui " a semblé complètement incohérent " dès le début.

"J'espère que les préoccupations exprimées publiquement par le Panel, dans sa déclaration commune de consensus, catalyseront un processus par lequel l'Organisation pourra être ressuscitée pour devenir l'organe indépendant et non discriminatoire qu'elle était."

Le groupe d'experts n'a pas rendu public le nom du lanceur d'alerte ni aucune preuve inédite de l'inconduite présumée de l'OIAC. WikiLeaks, dont Kristinn Hrafnsson, rédacteur en chef, faisait partie du groupe, a réimprimé un projet d'évaluation technique rédigé par un enquêteur de l'OIAC, qui a fait l'objet d'une divulgation en mai dernier. Le document rejette l'affirmation selon laquelle des bouteilles de chlore, utilisées pour la livraison du gaz toxique à Douma, auraient été larguées de l'air, ce qui a été utilisé comme argument clé pour accuser l'armée syrienne de cette attaque.

L'OIAC n'a pas contesté l'authenticité du document, mais a maintenu ses conclusions sur l'incident de Douma.

SOURCE:>>https://www.rt.com/news/471647-opcw-whistleblower-douma-incident/

OPCW cherry-picked facts on Douma to blame Assad – expert panel © RT

OPCW cherry-picked facts on Douma to blame Assad – expert panel

24 oct. 2019 - RT

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.