Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

638 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 oct. 2018

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Classe (lutte de) - par Emiliano Brancaccio

Le côté cannibale du capitalisme est une tendance cruciale qui aide à saisir les nœuds politiques de cette phase historique. Une nouvelle gauche devrait d'abord comprendre que le silence auquel le travail a été réduit a rendu la bête capitaliste ingouvernable. Parmi les nombreuses menaces qui pèsent sur la civilisation dont on parle, celle-ci est la seule qui soit tangible. (E. Brancaccio)

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je crois que la soi-disant gauche a cessé de comprendre le capitalisme depuis qu'elle s'est lancée dans une abjuration hâtive de Marx. Une erreur dans laquelle elle persévère encore alors que d'autres ne la commettent pas. Paradoxalement, parmi les lecteurs attentifs de Marx, on trouve aujourd'hui les titres de la grande finance internationale : du Financial Times, selon lequel "Marx est plus pertinent que jamais", à l'Economist, qui se hasarde à exhorter "dirigeants de la planète : lisez Marx" !

L'intérêt des milieux financiers pour Marx concerne surtout sa "loi des tendances" vers la centralisation des capitaux. La centralisation est le résultat d'une lutte incessante entre les capitaux pour la conquête des marchés, qui conduit à la faillite des plus faibles ou à leur acquisition par les plus forts, aboutit à "l'expropriation du capitaliste par les capitalistes" et finalement détermine une concentration du capital dans des mains toujours moins nombreuses. C'est le côté cannibale du capitalisme, qui rappelle le tableau de Bruegel Les gros poissons mangent les petits et qui trouve aujourd'hui d'importantes confirmations empiriques. Il s'agit d'une tendance cruciale, qui aide à saisir les nœuds politiques de cette phase historique. L'horrible souverainisme petite-bourgeois n'est, après tout, rien de plus que la réaction des capitaux nationaux en détresse contre une centralisation dévastatrice menée par les capitaux les plus forts et les plus ramifiés à l'échelle mondiale. C'est de la pure lutte des classes au sens marxien mais qui se joue entièrement dans la classe capitaliste, avec le travail totalement neutralisé.

La soi-disant gauche ne comprend presque rien de tout cela. Pendant des années, elle s'est prélassée dans la pieuse illusion d'un capitalisme désormais pacifié, projeté vers le soleil de l'avenir de la démocratie des actionnaires. Et aujourd'hui, elle est prise dans une lutte entre capitaux de plus en plus féroce, qui répand les germes de la barbarie dans le reste de la société. Une nouvelle gauche devrait d'abord comprendre que le silence auquel le travail a été réduit a rendu la bête capitaliste ingouvernable. Parmi les nombreuses menaces qui pèsent sur la civilisation dont on parle, celle-ci est la seule qui soit tangible.

source : http://www.emilianobrancaccio.it/2018/10/10/classe-lotta-di/#more-7371

Pour approfondir :

Emiliano Brancaccio, Orsola Cosantini e Stefano Lucarelli, "Crisi e centralizzazione del capitale finanziario", in Moneta e credito, vol. 68 n. 269, 2015, pp. 53-79. En format pdf : http://www.emilianobrancaccio.it/wp-content/uploads/2013/02/Brancaccio-Costantini-Lucarelli-Moneta-e-Credito-2015.pdf

Tous les articles d'Emiliano Brancaccio sur ce blog à ce lien.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon