Edward Snowden : sans cryptage, nous perdrons toute confidentialité

"Sans cryptage, nous perdrons toute confidentialité. C'est notre nouveau champ de bataille." - Les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie s'attaquent à Facebook pour tenter de saper la seule méthode qui protège nos renseignements personnels. Traduction de l'article du lanceur d'alerte états-unien Edward Snowden paru sur le Guardian le 15 octobre.

15 OCTOBRE 2019 - PAR EDWARD SNOWDEN (The Guardian)

edward-snowden-l
Dans tous les pays du monde, la sécurité des ordinateurs permet de faire fonctionner les éclairages, de réapprovisionner les rayonnages, de fermer les barrages et d'assurer le fonctionnement du transport. Depuis plus d'une demi-décennie, la vulnérabilité de nos ordinateurs et de nos réseaux informatiques a été classée au premier rang des risques dans l'évaluation de la menace mondiale de la communauté du renseignement américaine - plus élevée que le terrorisme, plus élevée que la guerre. Votre solde bancaire, l'équipement de l'hôpital local et l'élection présidentielle américaine de 2020, parmi bien d'autres choses, dépendent tous de la sécurité informatique.

Pourtant, au beau milieu de la plus grande crise de sécurité informatique de l'histoire, le gouvernement américain, de concert avec les gouvernements du Royaume-Uni et de l'Australie, tente de saper la seule méthode qui existe actuellement pour protéger de façon fiable l'information dans le monde : le cryptage. S'ils réussissent à saper le cryptage, notre infrastructure publique et notre vie privée seront définitivement mises en danger.

En termes simples, le chiffrement est une méthode de protection de l'information, le principal moyen d'assurer la sécurité des communications numériques. Chaque courriel que vous écrivez, chaque mot-clé que vous tapez dans un champ de recherche - chaque chose embarrassante que vous faites en ligne - est transmis sur un Internet de plus en plus hostile. Plus tôt ce mois-ci, les États-Unis, aux côtés du Royaume-Uni et de l'Australie, ont demandé à Facebook de créer une " porte dérobée ", ou une faille critique, dans ses applications de messagerie cryptées, qui permettrait à quiconque ayant accès à cette porte dérobée d'accéder sans restriction aux communications personnelles. Jusqu'à présent, Facebook s'y est opposé.

Si le trafic Internet n'est pas crypté, tout gouvernement, entreprise ou criminel qui s'en aperçoit peut - et, en fait, le fait - en voler une copie, enregistrant secrètement vos informations pour toujours. Cependant, si vous cryptez ce trafic, vos informations ne peuvent pas être lues : seuls ceux qui ont une clé de décryptage spéciale peuvent le déverrouiller.

J'en sais quelque chose, car j'ai opéré pendant un certain temps dans le cadre du système mondial de surveillance de masse de la National Security Agency des États-Unis. En juin 2013, j'ai travaillé avec des journalistes pour révéler ce système à un monde scandalisé. Sans le cryptage, je n'aurais pas pu écrire l'histoire de ce qui s'est passé - mon livre Permanent Record [trad.fr. Mémoires Vives, Seuil, sept. 2019] - et faire franchir au manuscrit les frontières que je ne peux traverser moi-même en toute sécurité. Plus important encore, le cryptage aide tout le monde - journalistes, dissidents, militants, travailleurs d'ONG et dénonciateurs, médecins, avocats et politiciens - à faire leur travail - non seulement dans les pays les plus dangereux et répressifs du monde, mais dans chaque pays.

Edward Snowden : l'interview intégrale en vidéo © France Inter

Signet à partir de 4:59, "Quand il s'agit de dire la vérité, il s'agit de dépasser la loi...", à propos du programme Xkeyscore de la NSA. À 20:50, Edward Snowden interrogé par Nicolas Demorand à propos de la sécurité sur les réseaux sociaux  : "Si qui que ce soit au gouvernement utilise WhatsApp, c'est une erreur : Facebook est propriétaire de cette application" et ajoute Snowden, Facebook a fait signer à l'état français des accords selon lesquels on peut être suivi... bien que les conversations soient pour l'instant encore cryptées. - F. Inter, 16.09.19

Lorsque je me suis présenté en 2013, le gouvernement américain ne surveillait pas passivement le trafic Internet lorsqu'il traversait le réseau, mais il avait également trouvé des moyens de coopter et, parfois, d'infiltrer les réseaux internes des grandes sociétés de technologie américaines. A l'époque, seule une petite fraction du trafic web était cryptée : six ans plus tard, Facebook, Google et Apple ont fait du cryptage par défaut une partie centrale de leurs produits, de sorte qu'aujourd'hui près de 80% du trafic web est crypté. Même l'ancien directeur du renseignement national américain, James Clapper, attribue la révélation de la surveillance de masse à l'avancée significative de l'adoption commerciale du cryptage. L'Internet est donc plus sûr. Trop sûr, de l'avis de certains gouvernements.

Le procureur général de Donald Trump, William Barr, qui a autorisé l'un des premiers programmes de surveillance de masse sans vérifier s'il était légal, signale maintenant son intention d'arrêter - voire de faire marche arrière - les travaux réalisés depuis les six dernières années. WhatsApp, le service de messagerie appartenant à Facebook, utilise déjà le chiffrement de bout en bout (E2EE) : en mars, la société a annoncé son intention d'intégrer E2EE également dans ses autres applications de messagerie - Facebook Messenger et Instagram. Aujourd'hui, Barr lance une campagne publique pour empêcher Facebook de gravir le prochain échelon de la sécurité numérique. Tout a commencé par une lettre ouverte cosignée par Barr, la ministre britannique de l'Intérieur Priti Patel, le ministre australien de l'Intérieur et le Secrétaire américain de la Sécurité intérieure, demandant à Facebook d'abandonner ses propositions de cryptage.

Si la campagne de Barr est couronnée de succès, les communications de milliards de personnes resteront bloquées dans un état d'insécurité permanente : les utilisateurs seront vulnérables de par leur conception. Et ces communications seront vulnérables non seulement aux enquêteurs des États-Unis, du Royaume-Uni et de l'Australie, mais aussi aux agences de renseignement de la Chine, de la Russie et de l'Arabie saoudite, sans parler des pirates informatiques du monde entier.

Les systèmes de communication cryptés de bout en bout sont conçus pour que les messages ne puissent être lus que par l'expéditeur et leurs destinataires, même si les messages cryptés - c'est-à-dire verrouillés - sont eux-mêmes stockés par un tiers non fiable, par exemple, une société de médias sociaux comme Facebook.

L'amélioration centrale apportée par E2EE par rapport aux anciens systèmes de sécurité consiste à s'assurer que les clés qui déverrouillent un message donné ne sont jamais stockées que sur les dispositifs spécifiques aux points finaux d'une communication - par exemple les téléphones de l'expéditeur ou du destinataire du message - plutôt que sur les intermédiaires qui possèdent les différentes plateformes Internet qui le permettent. Les clés E2EE n'étant pas détenues par ces fournisseurs de services intermédiaires, elles ne peuvent plus être volées en cas de violations massives des données de l'entreprise, si fréquentes aujourd'hui, ce qui constitue un avantage essentiel de sécurité. Bref, E2EE permet à des entreprises comme Facebook, Google ou Apple de protéger leurs utilisateurs de tout contrôle : en garantissant qu'ils ne détiennent plus les clés de nos conversations les plus privées, ces entreprises deviennent moins voyantes que des coursiers aveuglés par un bandeau sur la tête.

Il est frappant de constater que lorsqu'une entreprise aussi potentiellement dangereuse que Facebook semble au moins publiquement disposée à mettre en œuvre une technologie qui rend les utilisateurs plus sûrs en limitant son propre pouvoir, c'est le gouvernement américain qui crie au scandale. La raison en est que le gouvernement deviendrait soudainement moins capable de traiter Facebook comme une véritable mine d'informations sur la vie privée.

Pour justifier son opposition au cryptage, le gouvernement américain a, comme le veut la tradition, invoqué le spectre des forces les plus sombres du web. Sans un accès total à l'historique complet des activités de chacun sur Facebook, le gouvernement prétend qu'il serait incapable d'enquêter sur les terroristes, les trafiquants de drogue, les blanchisseurs d'argent et les auteurs d'abus envers les enfants - de mauvais acteurs qui, en réalité, préfèrent ne pas planifier leurs crimes sur des plateformes publiques, surtout pas sur celles des États-Unis qui utilisent certains  filtres automatiques et méthodes de signalement parmi les plus sophistiqués.

La véritable raison pour laquelle les gouvernements des États-Unis, du Royaume-Uni et de l'Australie veulent éliminer le chiffrement de bout en bout est moins une question de sécurité publique que de puissance : E2EE donne le contrôle aux individus et aux dispositifs qu'ils utilisent pour envoyer, recevoir et chiffrer des communications, et non aux entreprises et aux transporteurs qui les acheminent. Pour ce faire, il faudrait que la surveillance gouvernementale devienne plus ciblée et plus méthodique, plutôt que non discriminatoire et universelle.

Ce que ce changement met en péril, c'est la capacité des états à espionner les populations à grande échelle, du moins d'une manière qui n'exige guère plus que de la paperasserie. En limitant le nombre de dossiers personnels et de communications intensément privées détenus par les entreprises, au lieu d'une surveillance totale, les gouvernements reviennent à des méthodes d'enquête classiques qui sont à la fois efficaces et respectueuses des droits. Dans ce résultat, nous restons non seulement en sécurité, mais libres.

Edward Snowden est un ancien agent de la CIA, lanceur d'alerte et auteur de Mémoires vives (Seuil, 2019). Il est président du conseil d'administration de la Freedom of the Press Foundation.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

SOURCE:>> https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/oct/15/encryption-lose-privacy-us-uk-australia-facebook

 

Articles liés :

Chiffrement de bout en bout (E2EE) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chiffrement_de_bout_en_bout

These Are Edward Snowden's Favorite Security Tools (That Anyone Can Use)

By Lucian Armasu November 06, 2015

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.