Italie: et maintenant ils vendent même la Caisse! par Marco Bersani

Le ministre italien de l'Economie et des Finances Pier Carlo Padoan est en train d' étudier un réaménagement de la Cassa Depositi e Prestiti (Cdp), qui prévoit la vente d'une participation de 15% et qui conduirait à une réduction de la propriété publique à 65% (15,93% est déjà propriété de fondations bancaires). Par Marco Bersani

22 mars 2017 – par Marco Bersani (Il Manifesto)

Il faudra des études approfondies de psychologie pour pouvoir enfin comprendre pourquoi, chaque fois qu'on parle de dette publique, le ministre de l'Economie en fonction, les yeux qui brillent, jette un regard furtif tout autour puis d'un réflexe pavlovien décide de mettre sur le marché un autre morceau de la richesse sociale. Comme si nous étions à l'aube de la doctrine néo-libérale, il nous faut entendre la même litanie à chaque fois : « Nous avons besoin de privatisations pour faire baisser la dette publique. » Pendant ce temps, nous avons vendu presque tout et la dette publique a continué allègrement et inexorablement à monter. Peu importe. Maintenant nous savons que chaque fois que se « réactive » le «choc » entre notre gouvernement et l' Union européenne, nous devons surveiller nos poches car la solution est presque automatique : la soustraction d'un bien commun. Cette fois nous n'en sommes qu'au stade préliminaire, mais que l'information ait déjà fuité dans la presse semble étudié exprès pour servir de sondage préventif afin d'épier l'effet provoqué.

il-ministro-padoan
Le ministère de l'Economie est en train d' étudier un réaménagement de la Cassa Depositi e Prestiti (Cdp), qui prévoit la vente d'une participation de 15%, qui conduirait la propriété publique à 65% (15,93% est déjà propriété des fondations bancaires).

Étant donné que l'actif total est égal à 33 milliards, dans les caisses de l'Etat entreraient 5 milliards qui seraient bien sûr utilisés pour réduire la dette publique . Inutile de souligner que le mot «abbattimento» dans le dictionnaire italien a un sens précis: démolition, destruction, abolition. Est-ce qu'une opération qui fera descendre notre dette nationale des actuels 2.217,7 milliards (décembre 2016) aux futurs 2.212,7 milliards peut être appelée un « abbattimento » ? D'autre part, si le dernier dividende détaché de la Cdp correspond à 850 millions d' euros (dont 680 millions sont allés à l' État ), à l' avenir, sur chaque dividende semblable, l' Etat en encaissera uniquement 550. On ne sait pas non plus à ce jour à qui sera donné ce 15% , si à des investisseurs institutionnels, à des fonds ou des banques étrangères.

La braderie d'un autre morceau de la Cdp croise aussi les grandes manoeuvres autour de la privatisation de la Poste : l'idée du ministère de l'Economie est de céder avant la fin de l'année le 29,3% restant (après avoir cédé 35% à la Cdp et 36,7% à des investisseurs individuels et institutionnels). Des grandes manœuvres financières, faites dans l'ignorance de tous les détenteurs de la richesse de la Cassa Depositi e Prestiti, à savoir les 20 millions et plus de personnes qui y déposent leur épargne (plus de 250 milliards), et qui sauront de moins en moins ce qui en sera de leur protection et de leur utilisation. Peut-être est-il vraiment temps de relancer une campagne de masse pour la socialisation de la Cassa Depositi e Prestiti, pour sa décentralisation territoriale et la gestion participative de l'utilisation de l'épargne postale. Ils ont vendu tous les biens communs et maintenant s'enfuient avec la Caisse. Il est temps de nous reprendre la richesse sociale qu'elle représente.

source : Attac Italie

Il punto di Giulietto Chiesa: "L’ultima privatizzazione, poi siamo nudi." [Sous-titres français] © PandoraTv

[activer les sous-titres en français]

articles liés (en italien)

 

La Caisse des Dépôts, la KfW et la Cassa depositi e prestiti au service de l’Union économique et monétaire européenne

24 juillet 2017 - par caissedesdepots.fr

Les représentants de la Caisse des Dépôts, de la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW - Allemagne) et de la Cassa depositi e prestiti (CDP - Italie) ont adressé le 24 juillet une lettre commune aux ministres de l’économie et des finances d’Allemagne, de France et d’Italie pour exprimer leur soutien à la position commune des trois pays concernant les priorités de l’Union économique et monétaire européenne (UEM).

Les trois Institutions et banques promotionnelles affirment, en tant qu’investisseurs de long terme, leur engagement commun et leur volonté de contribuer au débat sur l’avenir de l’Europe lancé par la Commission européenne : construire une vision commune du modèle économique européen.

Au moment où l’Europe doit faire face à des défis d’un niveau sans égal dans l’histoire récente - défis sociaux, politiques ou économiques – l’objectif est de proposer des outils à dimension européenne destinés aux infrastructures sociales et durables, à la politique d’innovation, à la lutte contre le changement climatique, à l’économie circulaire et aux PME.

Afin de mieux coordonner leur travail, la Caisse des Dépôts, la KfW et la CDP ont ouvert récemment des locaux communs à Bruxelles. Une étape symbolique qui démontre la volonté réelle des trois acteurs de s’engager pour la construction de l’UEM.

-----------------------------------------------------

Voir aussi sur Mediapart :

Entre démantèlement et privatisation, la Caisse des dépôts en très grave danger

27 août 2017 Par Laurent Mauduit

En attendant la réforme préparée par l'Élysée, le directeur général assure son propre intérim ; le directeur financier et la directrice des retraites sont partis ; le président de la commission de surveillance a été élu, selon nos informations, dans des conditions illégales : la Caisse des dépôts est comme un bateau ivre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.