Junior association l'Hirondelle
Junior Association
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juil. 2019

Témoignage de Kennan, participant à la marche

De Nantes à Brest, une marche solidaire pour les migrants, deuxième billet...

Junior association l'Hirondelle
Junior Association
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes en pause de deux jours à Binic pour nous reposer et profiter de la mer, et du « Binic Folk Blues Festival ».

Depuis le début du séjour, nous avons fait étape à Guenrouët, Fégréac, Redon, Peillac, Malestroit, Guillac, Josselin et Pabu. Des animations étaient organisées dans la plupart de ces villes, et ont rapporté 1300 euros de dons qui seront comme prévu reversés à Soutien Migrants Redon. Merci beaucoup à tous les artistes qui ont animé le séjour (La compagnie d'iCidence, Pépito Matéo, le duo Hervieux-Chauvel, le duo Hamon-Girault, Les Sépanous, Les Loveurs de Poule et La Belle Bleue) ainsi qu'à Edwy Plenel et SOS Méditerranée pour leurs interventions à Malestroit et à Josselin. Merci également au CRIDEV, qui nous a prêté l'exposition issue du livre Répondre aux préjugés sur les migrations, que nous avons installé lors de chaque animation.

Au début de la deuxième semaine, Kennan, un immigré syrien de 17 ans, nous a rejoints. Il a accepté de nous raconter son histoire. La voici.

« Je suis parti de Syrie en 2015 pour aller au Liban. La révolution de Syrie a commencé en 2011. Moi et ma famille ne sommes pas partis immédiatement car nous pensions que Bachar el Assad partirait après deux ou trois ans. Mais à partir de 2014, il y a eu formation de Daech. Le djihadisme, les États-Unis, la Russie et d'autres pays se sont joints à la guerre. La situation n'était plus vivable (manque de liberté, arrestations, dictature sous Bachar El Assad). Les frontières syriennes étaient fermées et nous ne pouvions donc pas aller directement en Turquie. Nous avons fui pour le Liban. Nous y sommes restés quelques semaines puis sommes allés en Turquie. Quand nous avons vu qu'y vivre était impossible (à cause de la mauvaise situation économique, et notre manque de papiers officiels : nous avions toujours peur de nous faire arrêter, peut être juste parce que notre tête ne convenait pas aux policiers), nous avons déménagé à Istanbul pour demander un visa pour la France car nous avions des amis là-bas. Nous pensions que c'était le meilleur endroit pour vivre. Nous avons attendu un an et demi avant d'obtenir le visa et des papiers, puis avons pu partir pour la France.

Arrivés ici, nous avons réussi à obtenir des papiers officiels. Nous n'avons pas encore l'autorisation de rester en France. Si jamais nos demandes sont refusées, ma famille et moi devrons repartir en Syrie où nous serons peut-être arrêtés par le gouvernement. Là-bas, la famille de Bachar El Assad détient à elle seule la moitié des richesses de la Syrie. Les enfants de n'importe quel âge peuvent être tués juste parce qu'ils disent être contre le gouvernement. Beaucoup de gens meurent pendant l'hiver car ils n'ont pas assez de vivres (vêtements, nourriture). Cela fait 50 ans à présent que la famille El Assad détient le pouvoir, et la population n'a pas réussi à renverser la dictature.

J'ai voulu rejoindre la marche solidaire car je trouve très important que les gens soient au courant de la situation des migrants, et très bien que des personnes se mobilisent pour les aider. Plus tard, si j'obtiens mon statut de réfugié, je veux apprendre le français et trouver un métier pour être actif et utile à la société ; je ne veux pas juste rester chez moi. Nous avons seulement besoin de notre liberté, et d'être considérés comme des humains, comme tout le monde. »

Il n'y aura pas de nouvelles animations avant le 5 août à Châteaulin. D'ici là, restez tout de même au courant de l'avancée de la randonnée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois