Sékou Chérif Diallo
Sociologue|Journaliste|Auteur guinéen.
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2014

Sékou Chérif Diallo
Sociologue|Journaliste|Auteur guinéen.
Abonné·e de Mediapart

RSF répond aux propos acerbes d’Alpha Condé sur la liberté de la presse

Lors d’une conférence de presse donnée le mercredi 26 novembre, deux jours avant sa rencontre avec François Hollande, le président guinéen Alpha Condé s’est lancé dans une diatribe acerbe et confuse contre Reporters sans frontières, Radio France internationale et la liberté de la presse en Guinée.

Sékou Chérif Diallo
Sociologue|Journaliste|Auteur guinéen.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Je m’en fous (sic) de ce que Reporters sans frontières va écrire (...). Ce n’est pas eux qui dirigent la Guinée..

Mais pourquoi le président guinéen Alpha Condé s’est-il lancé dans une diatribe contre les journalistes et plus particulièrement contre l’organisation RSF, deux jours avant la visite de François Hollande ? Lors d’une conférence de presse, le chef de l’Etat guinéen s’est exprimé avec virulence et confusion, indiquant “respecter la liberté de la presse” tout en accusant les journalistes de “faire n’importe quoi”. “Je m’en fous (sic) de ce que Reporters sans frontières va écrire (...). Ce n’est pas eux qui dirigent la Guinée. Moi, je n’ai aucune crainte des lois internationales ou des droits de l’homme (...). Chacun va respecter la loi en Guinée, a-t-il déclaré. Et d’ajouter en parlant des journalistes : “Ils peuvent écrire ce qu’ils veulent, cela n’a aucune importance. Je ne lis aucun journal, je ne vais pas sur Internet et je n’écoute pas les radios."

"A RSF, nous sommes très heureux de constater que M. Alpha Condé veuille faire appliquer la loi, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de l’organisation. Mais il est dommageable que le président guinéen tienne des propos aussi acerbes contre une organisation qui défend simplement la liberté de l’information. Aux journalistes de son pays et à ceux de l’extérieur, cela donne l’image d’un chef de l’Etat incohérent. Qu’il affirme ne pas lire la presse, Internet ou écouter la radio, revient à signifier le peu de considération qu’il semble avoir vis-à-vis d’une fonction sociale pourtant essentielle pour l’exercice normal de la démocratie. Il n’est pas impossible que le président guinéen fasse preuve d’énervement car il sait très bien que son pays est moins un modèle qu’il ne le prétend. Les lois sur la presse de son pays y sont en réalité contournées. Nous lui suggérons d’ailleurs de commencer par faire appliquer la loi sur la presse qui est régulièrement bafouée dans son pays."

Le 12 novembre, le journaliste Mamadou Saïdou Barry a été arrêté, sans mandat, par les gendarmes, pour un article qu’il avait publié sur Afriquezoom.info. Alors que les délits par voie de presse sont dépénalisés en Guinée selon la loi sur la presse de 2010, le journaliste se retrouve poursuivi au pénal pour "complicité d’offense au chef de l’Etat " et menacé de prison. Reporters sans frontières prend également très au sérieux les attaques personnelles prononcées contre le correspondant historique de Radio France internationale (RFI), Moukhtar Bah et le refus des autorités guinéennes de renouveler son accréditation. Les arguments avancés par le pouvoir guinéen, selon lesquels aucun média international n’a deux correspondants dans le pays, en plus d’être infondés en droit, ne sont pas vérifiés dans les faits. RFI fonctionne avec des équipes de correspondants dans de nombreux pays d’Afrique, notamment en Guinée.

La volonté de faire peser une menace permanente sur la presse internationale ne se limite pas à RFI car depuis plusieurs mois, la plupart des correspondants n’ont pas pu renouveler leur accréditation. Volonté délibérée de fragiliser la presse internationale ou défaillance administrative ?

Pour les journalistes des médias guinéens, la question ne se pose pas. Mandian Sidibé de Planète FM, déjà menacé en mai 2013 et Diawara Moussa de Beat FM ont été contraints à l’exil en septembre 2014 après avoir été victimes de menaces graves de la part des autorités. En l’espace d’un an, cinq journalistes ont été grièvement battus par les forces de l’ordre, sans compter les dizaines de journalistes brutalisés par des partisans du pouvoir lors des manifestations qui ont précédé les législatives de 2013.

Monsieur Alpha Condé, nous vous exhortons à faire en sorte que le droit des citoyens guinéens à une information libre soit effectivement respecté, afin que la Guinée ait, comme vous le souhaitez, "le destin qu’elle mérite".

Ecoutez l’extrait de la conférence ici.

La Guinée est à la 102e place sur 180 pays selon l’édition 2014 du Classement établi par Reporters sans frontières.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon