Selenite
Aspirante journaliste
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 août 2022

Selenite
Aspirante journaliste
Abonné·e de Mediapart

Au Cap-Vert, le plastique menace les tortues Caouannes

Alors que la saison de nidification approche, les militants écologistes du Cap-Vert se mobilisent pour nettoyer les plages envahies par les déchets plastiques.

Selenite
Aspirante journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fresque de sensibilisation, Tarrafal, Cap Vert, 2022 © Solène Gomes Correia

Caretta Caretta. Une tortue marine d’un mètre de long, pesant jusqu’à 500 kg, qui navigue sur tous les océans du globe durant ses cinquante années de vie. Ce spécimen menacé par le réchauffement climatique et la montée des eaux, ne se reproduit que dans un petit nombre de site de nidification : au Oman, en Floride et au Cap-Vert, petit archipel de l’est de l’Atlantique. Ce jeune pays d’Afrique, régulièrement frappé par les sécheresses et les crises économiques, est le troisième pays du monde accueillant le plus de tortues caouannes. La présence de ces tortues est ancrée dans la culture cap-verdienne, à tel point que la tortue caouanne est un des emblèmes du pays. En septembre 2020, 5760 nids étaient recensés rien que sur l’île de Santa Luzia. Mais l’abondance de déchets qui s’échouent sur les plages des différentes îles menace plus que jamais cette espèce déjà vulnérable.

Travaux herculéens pour Biosfera

Afin de pallier ce problème, une association locale se mobilise pour débarrasser les plages de l’archipel des déchets plastiques et du matériel de pêche qui fait un nombre considérable de victimes chez les jeunes tortues chaque année.

Cette association, c’est Biosfera, active sur l’île de São Vicente depuis 2006. Tout commence par le combat d’un pêcheur, José Melo, amoureux de la nature et défenseur des Puffins, oiseaux endémiques menacés. Avec son fils Tommy, José lance en 2006 une campagne de protection et de sensibilisation des pêcheurs, pour protéger la faune de l’île déserte de Santa Luzia, située au nord du pays. Leur lutte prend une telle ampleur qu’ils rencontrent la même année le premier ministre de l’époque, Jose Maria Pereira Neves, qui les chargent de diriger ce nouveau mouvement pour la biodiversité. José et Tommy fondent alors Biosfera, et ouvrent le dialogue avec les pêcheurs locaux. Pour les membres de l’association, la sensibilisation et la participation des populations cap-verdiennes est primordiale. Depuis quinze ans, les campagnes de protections de l’environnement ont grandement imprégné l’imaginaire cap-verdien, et les initiatives d’éducation populaire se multiplient sur toutes les îles. Mais la sensibilisation, aussi généralisée soit-elle, ne fait pas tout.

Déchets plastiques internationaux

Comme tous les ans, la période de nidification approchant, les volontaires de Biosfera font face à un défi de taille. Samedi 30 juillet, soixante d’entre eux récoltaient plus de 800 kg de déchets sur un des sites les plus importants de nidification à São Vicente. Leur travail s’étend également sur l’île de Santa Luzia, où des déchets du monde entier viennent s’échouer au gré des courants marins. En 2018, France 24 rapporte qu’ils proviennent de plus de 25 pays différents, aussi proches que le Ghana ou le Sénégal, et aussi lointains que l’Allemagne ou la Thaïlande. En 2021, plus de 250 tonnes de déchets sont récoltés sur les quelques kilomètres nettoyés par Biosfera. De quoi donner beaucoup de travail aux petits organismes locaux, qui demeurent en constante recherche de financements et de volontaires.

La question de l’après

Malgré le travail colossal accompli par les bénévoles, le problème reste entier. Une fois les plages nettoyées, que faire de tout ce plastique ? Santa Luzia étant inhabitée, il faut les acheminer jusqu’à São Vicente. Mais la deuxième île la plus peuplée du Cap Vert ne dispose que d’une seule décharge, où les déchets sont systématiquement brulés, faute de mieux. Comme beaucoup de petits pays du Sud, le pays manque de moyens pour mettre en place un véritable système de recyclage. Les solutions locales apportées par Biosfera ont certes eu un impact positif important sur la préservation environnementale au Cap-Vert. Mais la situation ne pourra être durablement résolue que par effort internationale et coordonné : diminuer drastiquement la production d’emballage plastique, interdire le rejet en mer des déchets et mettre en place des systèmes de collecte et de recyclage qui soit accessible à tous les pays du monde, y compris ceux qui disposent de peu de ressources. D’ici là, seule la volonté d’un petit nombre de militants protège les tortues de l’extinction.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard
Journal
Le milliardaire Kretinsky passe la corde au cou de « Libération »
Le renflouement du quotidien par le milliardaire tchèque marque un nouvel épisode dans le mouvement tectonique qui secoue le secteur : la concentration sans précédent aux mains de quelques milliardaires s’accélère. L’aide apportée au quotidien par le milliardaire tchèque se fait dans des conditions drastiques.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit