Selim Rauer
Écrivain et chercheur à l'Université du Minnesota - Chercheur invité au centre international d’étude de l’antisémitisme Vidal Sassoon à l’Université Hébraïque de Jérusalem (2019-2020).
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 nov. 2021

Triangulation morbide d’une campagne : ou comment Zemmour profite à Macron

L’apparition d’Éric Zemmour dans cette campagne pour l’élection présidentielle de 2022 semble avoir plongé les candidats de droite, d’extrême droite et même de gauche dans une situation de crise. Pourtant, en analysant plus précisément la vie politique hexagonale, il nous est peut-être permis de penser que cette candidature a surtout le mérite de profiter à l’actuel candidat de l’Élysée.

Selim Rauer
Écrivain et chercheur à l'Université du Minnesota - Chercheur invité au centre international d’étude de l’antisémitisme Vidal Sassoon à l’Université Hébraïque de Jérusalem (2019-2020).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous l’avons vu, avec l’apparition du polémiste Éric Zemmour en potentiel candidat à une élection présidentielle particulièrement cruciale (en ceci qu’elle marquera de façon décisive pour les années à venir la possibilité ou non d’une mise en place d’une politique économique et sociale structurée à partir de la réalité de l’urgence climatique) les candidats de droite, d’extrême-droite et certains de gauche semblent focalisés sur la menace que constituerait une telle candidature pour l’avenir du pays. En focalisant sur le symptôme politique incarné par M. Zemmour, l’on oublie de considérer en quoi sa candidature constitue un réel danger pour la gauche, peut-être plus que pour la droite, puisque ce dernier en attirant sur lui et sur ses thématiques extrême-droitières la lumière, élude totalement des débats essentiels que nous devrions avoir sur un climat social dégradé, l’urgence climatique et la paupérisation croissante de la population en France après bientôt cinq années de Macronisme.

"Delicate Tension" N.85. 1923. Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, Madrid. © Wassily Kandinsky

Généalogie d’un vol démocratique et bilan du Macronisme

Lorsque Emmanuel Macron a été élu Président de la république à l’occasion d’un second tour l’opposant à Marine Le Pen et au Front National en mai 2017, ce dernier s’était posé en unique garant et sauveur des institutions républicaines et démocratiques de la nation. Si l’actuel occupant de l’Élysée parvient à s’imposer grâce à un « vote barrage » le portant à 66,1% des voix au second tour, contre 33,9% pour la principale représentante de l’extrême droite en France, ce résultat est moins important que celui de Jacques Chirac, qui avait rassemblé 82,21% des voix en sa faveur contre Jean-Marie Le Pen en 2002. Nous pouvons dès à présent noter que les années de recyclage et de siphonage des thématiques identitaire, ethnique, migratoire et sécuritaire de l’extrême-droite par Nicolas Sarkozy et l’ex-UMP, ainsi que l’affaissement du Parti Socialiste et de François Hollande par l’entremise de son ministre de l’intérieur, puis 1e Ministre, Manuel Valls qui plébiscita le projet de loi en faveur de la déchéance de nationalité, avaient préparé le terrain et participé à une réorientation de l’attention publique avec des intentions électoralistes. Ainsi M. Macron fut porté aux plus hautes fonctions de l’État sous la 5e République. Mais ce faisant, par une concentration de voix hétéroclites se faisant sur son nom pour empêcher la fascisation de la vie politique et des institutions du pays, il se devait, en l’état, de créer une légitimité politique qu’il n’avait pas, en prenant en considération par sa gouvernance la diversité d'opinions qui le fit élire, et notamment de nombreux électeurs de gauche et des écologistes (chez MM. Mélenchon et Hamon notamment) qui étaient en droit d’attendre une forme de représentation de la part de celui qui était appelé à présider au nom et en faveur de tous les citoyens français. Il n’en fut rien. M. Joseph Biden est en la matière un contre-exemple aux États-Unis. Après avoir reçu l’investiture du Parti Démocrate et le soutien de M. Bernard Sanders et de son électorat durant toute la campagne présidentielle de 2020 face à M. Trump, une fois élu, M. Biden s’est engagé à donner des garanties à cet électorat de gauche en mettant notamment en place une politique de relance keynésienne pour soutenir les classes populaires, étudiants et familles en temps de crise politique, économique et sanitaire. Cette démarche proactive à destination de celles et ceux qui sont les grands oubliés des années Trump, associée à un soutien indéfectible en arrière fond pour le mouvement « Black Lives Matter » et toutes les mouvances progressistes cherchant à s’émanciper des discours identitaires, racistes et sexistes qui ont caractérisé les prises de parole du Parti Républicain et de M. Trump, a permis d’unifier la nation états-unienne et surtout de tenter de soigner des blessures profondes qui avaient été ré-ouvertes entre 2016 et 2020. En France, durant le mandat d’Emmanuel Macron, il n’en fut rien. Pire, ces années de présidence ont marqué un tournant autoritaire du néo ou ultralibéralisme qu’il incarne, voire même un certain horizon fascisant de cet ultralibéralisme, comme le soulignèrent les philosophes Barbara Stiegler ou Frédéric Lordon. Le mouvement des Gilets Jaunes, s’il en est, cristallise toute la violence symbolique et physique de la gouvernance d’Emmanuel Macron qui, en laissant faire ses ministres de l’intérieur successifs M. Castaner et M. Darmanin (nommé le 6 juillet 2020 à cette fonction, alors qu’il était accusé de viol) et en maintenant le préfet de police de Paris dans ses fonctions, M. Didier Lallement, sévèrement critiqué pour sa stratégie de répression policière, n’a en réalité fait que cautionner cette utilisation de la police nationale comme d’une milice retournée contre sa propre population qu’elle est normalement censée servir et protéger. Le mouvement des Gilets Jaunes (qui fut sempiternellement discrédité et insulté par le pouvoir en place qui cherchait à l’associer à l’extrême droite idéologiquement) ne faisaient qu’appeler à l’aide, manifester une indignation face à ces années d’inaction gouvernementale face un pouvoir économique exercé sur eux, tout en se permettant de rappeler les trahisons du mandat de François Hollande. Plus de justice sociale, plus de démocratie participative, une meilleure redistribution des richesses : voilà sommairement tout ce que réclamait ce mouvement, et voilà tout ce que semble réclamer la population française actuelle si l’on se fie au sondage effectué par l’institut de sondage Harris Interactive qui a fait évaluer la popularité du programme social-écologiste L’Avenir en Commun porté par Jean-Luc Mélenchon et l’Union Populaire. L’utilisation par la police de lanceurs de balles de défense ou de certains types de grenade de désencerclement, interdits dans tout le reste de l’union européenne, pour intimider la population, inspirer la peur et empêcher toute contestation ou manifestation à caractère social a engendré 2500 blessés du côté des manifestants, 1800 du côté de la police, plus de 30 éborgnés, et plusieurs mains arrachées. Des ONG, à l’instar d’ACAT ou d’Amnesty International ont dénoncé ces pratiques « choquantes ».

Cette instrumentalisation de la police à des fins répressives doit maintenant être analysée parallèlement à un autre fait économique qui est aussi un fait politique. Durant les cinq années de mandat d’Emmanuel Macron le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté en France, dans la cinquième puissance économique mondiale, est passé de 8,9 millions en 2017, à près de 12 millions en 2021 selon les chiffres du CNLE (Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion). Parallèlement à cela, et suite à la crise sanitaire dans laquelle nous nous trouvons encore et durant le mandat d’Emmanuel Macron, le patrimoine des milliardaires de France est passé de 249 milliards en 2017 à près de 500 milliards dès l’été 2021. Selon les chiffres d’une étude réalisée par la banque Suisse UBS et le cabinet d’audit et de conseil PWC, les milliardaires français sur une période de 10 ans se sont beaucoup plus enrichis que leurs homologues européens ou nord-américains. À titre de comparaison, lorsque l’accroissement des richesses de ces milliardaires en France s’élèvent à plus de 430%, il s’élève à 238% au Canada, 175% en Allemagne, 170% aux États-Unis et 168% au Royaume-Uni. Alors, que vient faire Éric Zemmour dans cette affaire me demanderez-vous ? Il a plusieurs vertus. Il vient jeter, de par la nature virulente, raciste et sexiste de ses discours, un nuage de fumée opaque sur la campagne présidentielle qui s’annonce, sur le bilan économique et social désastreux, ainsi que sur la politique de division identitaire permanente d’Emmanuel Macron qui fut précisément élu par des reports de voix de toute la droite républicaine et de toute la gauche pour faire barrage à Mme Le Pen. Dans l’éventualité d’une confrontation Macron/Le Pen qui n’a cessé d’être annoncée comme inévitable dans les médias durant les mois précédent le surgissement de M. Zemmour dans la vie politique du pays, l’actuel président de la république ne peut plus légitimement prétendre être un rempart face à l’extrême-droite, comme il le fit en 2017, puisqu’il a lui-même utilisé ce logiciel discrétionnaire, brutal et identitaire à des fins politiques. Emmanuel Macron et son mouvement, La République en Marche, ont contre eux une politique sociale et économique calamiteuse, des répressions policières ultra-violentes contre des mouvements sociaux et des atteintes aux libertés publiques qui se sont exprimées par la fusion de certaines mesures de l’État d’urgence dans le droit commun, par le passe sanitaire, ainsi que de multiples supercheries et mensonges accumulés à l’endroit du prétendu souci de M. Macron de mener une politique soucieuse de lutter structurellement contre le dérèglement climatique et ses conséquences tragiques sur nos vies. En bref, cet homme a perdu toute crédibilité et dans de telles circonstances, son bilan social, économique et écologique doit impérativement être étouffé.

Zemmour, meilleur allié d’Emmanuel Macron

L’arrivée dans l’arène politique de M. Zemmour a de multiples avantages. Tout d’abord, il permet de diviser l’extrême droite en son cœur. Les obsessions identitaires, l’islamophobie et l’imaginaire historique totalement saugrenu de M. Zemmour divise le Rassemblement National de Marine Le Pen, mais également toute la droite républicaine que M. Macron n’a pas encore pu totalement désintégrer, à l’instar du Parti Socialiste qui s’est effondré sur lui-même. M. Zemmour en ne cessant de focaliser sur l’Islam et les musulmans de France, en faisant de l’immigration le dénominateur commun de tous les problèmes, en minorisant ou niant les dangers du réchauffement climatique et du nucléaire, ne fait que camoufler les échecs de l’actuel président de la république, parce que M. Zemmour est en somme une caricature politique de tous ses échecs. Il est un repoussoir encore plus violent que Mme Le Pen, en ce sens que tout surmoi politique, républicain, moral et démocratique semble avoir disparu de cet homme dont les discours excessifs et xénophobes sont également ceux d’un misogyne qui a déjà été poursuivi et condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine raciale. Éric Zemmour capte la lumière comme aucun autre en tant que candidat potentiel à la présidentielle, parce qu’il n’a cessé d’occuper la scène médiatique au cours de ces 20 dernières années, que cela soit sur France 2, Cnews, Paris Première, Europe1, RTL, ou encore dans les colonnes du quotidien Le Figaro durant plus longtemps encore. Son autre utilité consiste à affaiblir la gauche, celle de l’Union Populaire et de Jean-Luc Mélenchon qui en 2017 avait réuni presque 20% des voix et était presque parvenu à intégrer le second tour des présidentielles. M. Mélenchon cherche à nouveau, comme en 2017, à mobiliser les voix abstentionnistes. Cette potentielle candidature de M. Zemmour, si l’on se fie aux instituts de sondages, irait justement puiser dans ce vivier et affaiblir le candidat de l’Union Populaire tout en désagrégeant la droite et l’extrême droite. Face à Éric Zemmour et à la violence de ses discours, Emmanuel Macron semble prendre de la hauteur et apparaîtrait à nouveau comme la seule alternative « crédible » face à un risque de désunion nationale qu’il n’a en réalité jamais cessé d’alimenter durant son quinquennat. Ce trouble jeté par l’éventuelle candidature du polémiste d’extrême-droite capte également l’attention de médias alternatifs en France tels que, de façon surprenante, Thinkerview ou, de façon moins surprenante, Livre Noir, qui lui tendent un micro supplémentaire pour exprimer ses opinions et toucher un public moins orienté vers les médias dit « mainstream ». M. Zemmour capte également l’attention des médias étrangers qui voient en lui un Trump de pacotille, permettant ainsi la diffusion plus globale au-delà de nos frontières d’une illusion politique et électorale. Le "danger Zemmour" permet d’escamoter la possibilité d’un véritable débat sur les effets des politiques nationale et internationale de M. Macron. Comme un reportage de BBC World le rappelle en rapportant les propos du maire de Béziers, M. Ménard, la possibilité d’une union entre Le Pen et Zemmour ne ferait qu’intensifier illusoirement la nécessité d’un vote Macron pour faire, une fois encore, « barrage ».

Le déni d’une gauche et de ses propositions

Comme nous l’avons compris les discours de désunion, de stigmatisation de l’autre, les rhétoriques sécuritaires faisant appel aux traumatismes profonds des attentats terroristes de 2015, et la verve islamophobe déguisée derrière une laïcité trahie et transformée en religion d’État, permettent d’éviter tout débat sur le fait social, sur la réalité d’une lutte de classes qui est toujours présente et que l’on a cherché à faire oublier ; sur le fait que la politique de l’actuel Président de la république, notamment à travers l’abrogation de l’ISF, n’a fait qu’affermir la suprématie d’une bourgeoisie et d’un capitalisme financier qui n’ont cessé de capter les richesses produites, tout en ignorant le plus grand danger qui soit : le changement climatique. Comme Giorgio Agamben le rappelait dès la fin des années 1990, alors qu’il poursuivait un travail de recherche sur les notions de « vie nue » et de bannissement, sur la nature profonde de l’État d’exception et sur une généalogie théologique de l’économie et du gouvernement, le devenir des États néolibéraux risquait d’être à ces yeux de nature autoritaire. Notre présent en France, à l’Est de l’Europe, tout comme en Amérique du Nord ou au Moyen-Orient lui donne raison. Face à ce danger, il serait possible de dire que la meilleure alternative se trouve dans l’union, dans la refondation d’un modèle économique, social et politique fiable et totalement re-conceptualisé à partir de la question écologique de manière à permettre une nouvelle réalité culturelle. Cette alternative est portée depuis des années par la France Insoumise et ses députés, et maintenant par l’Union Populaire, mouvement censé rassembler des sensibilités diverses à travers la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Réduction du temps de travail de manière à créer plus d’emplois à une heure où pour une offre nous avons 24 chômeurs en moyenne ; sortie progressive du nucléaire dont les dangers sont immenses et dont l’indépendance énergétique qu’elle nous procurerait est une illusion ; investissement massif dans la recherche et la production d’énergies renouvelables et éco-compatibles ; promotion d’une nouvelle éthique du numérique ; justice sociale et redistributions des richesses ; convocation d’une assemblée constituante pour moderniser et démocratiser réellement nos institutions et passer à un régime parlementaire (à l’instar de l’Allemagne) ; institution du référendum d’initiative citoyenne et possibilité de révocation des élus (comme cela est déjà le cas dans certains États d’Amérique du Nord) ; refondation de la politique agricole pour une transition vers une nourriture d’origine biologique et interdiction du glyphosate et d’autres produits chimiques cancérigènes. Ces mesures pour recréer de l’emploi et redynamiser notre vie politique et citoyenne sont nombreuses et majoritairement plébiscitées par les Français. Pourtant ces questions ne sont jamais directement débattues dans les grands médias, à l’instar de l’un des derniers billets de M. Stéphane Robert, chef du service politique de France Culture, qui durant plusieurs longues minutes s’attache à accumuler des attaques ad hominem en multipliant les distorsions rhétoriques pour proposer finalement un billet militant, et non de l’information. Ce dernier commence par qualifier le positionnement de M. Mélenchon sur l’échiquier politique en le présentant comme un candidat « d’extrême gauche ». Première nouvelle. Il existe effectivement au moins deux candidats déclarés de l’extrême gauche, M. Philippe Poutou pour le NPA et Mme Nathalie Arthaud pour Lutte Ouvrière. Si M. Mélenchon (qui fut dans le passé membre du Parti Socialiste) incarne bien, comme Pierre Bourdieu l’avait lui-même formulé, la gauche de la gauche, il n’est en aucune manière d’extrême-gauche, qualificatif visant à discréditer dans l’imaginaire bourgeois le programme et la politique de ce candidat. Il s’agirait là, pour ainsi dire, d’un gros mot tombant comme une condamnation politique, une façon de ne pas avoir à regarder ou écouter le fait que Jean-Luc Mélenchon est l’avocat d’une économie mixte, comme martelé lors de sa conférence à HEC, le 17 mars 2021. Le candidat de l’Union Populaire est ensuite présenté par M. Robert comme un homme préférant la logique de « l’ardoise magique », effaçant le label de la France Insoumise pour une nouvelle appellation, suggérant ainsi que nous aurions affaire avant tout ici à un tacticien en communication, plus qu’à un homme politique, cherchant à regrouper différentes forces et sensibilités autour d’un même programme. Pour ajouter à la confusion, ce dernier est ensuite déplacé dans un imaginaire droitier, brisant avec la tradition de gauche (Parti Socialiste et Parti Communiste) en créant un « mouvement » à la place d’un parti pour affirmer sa stature de « leader charismatique », ce qui revient à avancer que ce dernier en réalité mépriserait sa base, son électorat, bref le mouvement censé le porter. Ici, nous voyons se mettre en place une rhétorique visant à décrédibiliser Mélenchon sur sa gauche en le faisant politiquement passer pour un imposteur. Et c’est effectivement ce que cette attaque semble ultimement viser, puisque celui qui depuis plus de 10 ans est l’avocat d’une 6e République parlementaire est, in fine, présenté comme le meilleur représentant de l’imaginaire politique de la 5e République, ce qui reviendrait à dire, sans user de ces mots, qu’il serait selon M. Robert un traitre à sa propre cause politique et à son électorat. Pour finir, M. Mélenchon est présenté comme un homme « seul », aux abois, dont l’Union Populaire serait « une tentative un peu vaine, un peu désespérée, visant à rééditer l’exploit d’il y a 5 ans ». Qu’en est-il de M. Fabien Roussel du Parti Communiste crédité de 1 à 3% dans les sondages? Sa tentative est-elle noble, ou bien elle aussi vaine et désespérée, lui qui aujourd’hui va soutenir des syndicats policiers factieux devant l’Assemblée Nationale ? Qu’en est-il de Mme Hidalgo, créditée de 4 à 6% et dont la candidature est considérée comme vaine ou perdue d’avance ? Qu’en est-il de M. Jadot d’Europe-Écologie qui souhaitait tout d’abord « verdir » le capitalisme, avant de finalement se présenter comme un « anticapitaliste » ? Est-il désespéré, opportuniste ? Est-il seul ? Qu’en est-il de ces candidats qui, à l’image d’Arnaud Montebourg, se présentent et se trouvent à 7 mois d’une élection présidentielle sans même avoir un programme à présenter et un projet détaillé pour la France ? Dans cette rhétorique anti-mélenchoniste, qui refuse de débattre avec ce dernier de son programme et qui dans un même temps se complaît à offrir toujours plus d’espace à un néo-fasciste comme Éric Zemmour, l’on peut reconnaître un dénominateur commun : une détestation de la gauche véritable par la bourgeoisie, la même qui en 1938 avait préféré se livrer à l’inconnue du fascisme plutôt que de soutenir le Front Populaire. Le pari d’Emmanuel Macron est là. Sa peur viscérale de voir des classes populaire et moyenne se coaliser à gauche se confond avec le mépris véritable qu’il leur porte et ce sentiment d’appartenir à une forme d’aristocratie, celle de sa classe, celle produite par un imaginaire institutionnel qui ne cesse de s’exprimer depuis la contre-révolution à vrai dire. Zemmour joue ici le rôle de l’idiot utile, mais au-delà du divertissement honteux et terrible que constitue sa candidature non-officielle, c’est à une nouvelle séquestration des imaginaires et des aspirations légitimes à une vie meilleure que nous assistons. Nous laisserons-nous une fois encore voler cette élection, et ne devons-nous pas, au-delà de toute nos différences, ne pas accepter une bonne fois pour toute, que nous sommes appelés à vivre ensemble un destin commun et meilleur, plutôt que de prêter le flanc à cette épouvantable politique de « l’ami et de l’ennemi » théorisée par le sinistre Carl Schmitt ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel