Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mars 2014

Ukraine lettre d un ami Hongrois

Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je viens de recevoir ce message je pense qu'il doit être lu attentivement .

Dear Nathalie,

In the light of the recent events in Ukraine, especially in the Crimea, it is less and less understandable why the former anticommunist Hungarian PM Viktor Orbán mad a deal with Russian President Putin, which will make Hungary fully dependent on Russia's good will in the decades to follow.

The Hungarian "Democratic Opposition" that was the driving engine of the democratic transition in Hungary back at the end of the 80's, appealed to the Hungarian government demanding to change its attitude and policies towards Putin's Russia.

Please see the statement below:

Statement of the former anti-Communist dissident movement on the Russian military threat against Ukraine

We call on the Hungarian government that until now has been seeking its own political and economic benefits and has tried to adjust its policies in line with Russian interests to take an unequivocal stand on the side of its allies and give up its hitherto shameful behavior. We call on the government to behave as a member state of the European Union committed to transatlantic ties and as a member of NATO.

While no one is threatening the physical wellbeing, rights or property of Ukraine’s Russian minority, the Kremlin, making allusions to the defense of the Russian minority, is preparing to attack a neighboring country, threatening its territorial integrity, prompting the danger of war. Events of the last few months had no ethnic components. The demonstrators demanded only politically and economically fair governance. At the same time it is true that they rejected the introduction of the kind of oligarchic and authoritarian system that has developed under the leadership of Vladimir Putin.

An imminent Russian military intervention is unacceptable because:

1. In violation of international law it attacks a sovereign state.

2.This attack will take place after the Kiev street battles died down and with international assistance social peace was achieved.

3. In addition, intervention might cause ethnic conflicts the consequences of which will most likely have to be endured mainly by the Russian minority in Ukraine.

For all these Moscow and President Vladimir Putin personally are responsible.

The legitimate government of Ukraine and the legitimately elected interim leaders remain at the helm and are trying to manage the crisis caused by Moscow’s political pressure and the treachery brought about by Viktor Yanukovich, who turned out to be a willing instrument of the Kremlin. Russia is planning to turn against Ukraine with the same aggressiveness as its predecessor, the Soviet Union, did in 1956 during the Hungarian revolution or in 1968 when it and its minions ran down Czechoslovakia. The pretext then was protection of the social order; today it is assistance to the Russian minority. But behind both only naked Russian imperial interests are at work.

European governments and institutions must use their influence to bring about the immediate withdrawal of the Russian military units.

Budapest, March 1, 2014

Attila Ara-Kovács, former diplomat

György Dalos, writer

Gábor Demsky, former lord mayor of Budapest

Róza Hodosán, former member of parliament

Gábor Iványi, Methodist minister

János Kenedi, historian

György Konrád, writer

Bálint Magyar, former minister of education and culture

Imre Mécs, former member of parliament

László Rajk, architect

Sándor Radnóti, philosopher

Sándor Szilágyi, art writer

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves