Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2016

Iran Arabie Saoudite vers le choix de Sophie ?

Après une semaine de crise diplomatique dans le Golfe, dans le quasi silence des chancelleries occidentales, où en sommes nous ?

Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Beaucoup décriée comme banquier du terrorisme le régime de Ryad a multiplié ces dernières semaines les signes qui attestent de sa volonté de lutter contre un fanatisme criminel qui le menace ouvertement . Désormais à la tête d'une coalition, l'Arabie Saoudite vient d'exécuter 47 terroristes provoquant au passage une crise diplomatique avec son grand rival Iranien.

Opposée depuis l'origine au retour de l'Iran dans le concert des nations, l'Arabie Saoudite a peaufiné sa revanche.

L'Iran a répondu à la provocation calculée de l'exécution du Sheik Al-Nimr, par le sac de l'ambassade d'Arabie Saoudite, il n'en fallait guère plus pour enflammer toute la Region. "L'Iran a répondu" mais quel Iran ? Les observateurs attentifs savent que l'Iran n'est pas uniforme ni univoque. Au delà de la tendance modérée du President Rohani, coexistent plus ou moins les partisans d'une ligne dure "hardliners", et conservateurs clairement opposés à la politique d'ouverture menée depuis 4 ans.

Une opposition fondée sur des considérations économiques

Cette opposition, il faut le savoir à peu à faire avec des convictions religieuses, elle est fondée notamment sur des considérations économiques. Les gardiens de la révolution entres autres factions ont tiré des profits financiers considérables de la situation issue de 40 ans d'embargo, ont quelques difficultés à imaginer perdre leurs privilèges. L'Orient compliqué et la Perse méritent une analyse affinée, loin des clichés type clivage sunnites/chiites.

Le régime de Téhéran  semble jusqu'à aujourd'hui maîtriser l'escalade et la surenchère alors qu'un front se forme autour de l'Arabie Saoudite suivie dans sa politique de rupture diplomatique par ses voisins et amis. L'Iran interdit l'importation de produits saoudiens, et attend la punition Divine contre son grand rival. De ce côté du Golfe, la patience persane l'emporte ...Et pour cause le President Rohani a tout à perdre d'une escalade.

Au plan économique, l'escalade fragilise l'ouverture du pays, elle fragilise aussi les conséquences économiques très fructueuses, prévisibles de la signature de l'accord sur le nucléaire.

Ceci est si vrai que le secrétaire d'Etat Kerry ne cesse de s'entretenir avec son homologue Zarif pour s'assurer que toutes les étapes de l'accord sont respectées .
Il est évident que cette situation peut ruiner totalement, si pas en droit ,dans les faits les effets bénéfiques de l'accord sur le nucléaire .

En effet imaginons la politique du pire de l'Arabie Saoudite et de ses alliés, imaginons que l'Arabie Saoudite décide d'un embargo sur l'Iran et par conséquent exige de ses partenaires commerciaux qu'ils cessent toutes relations avec Téhéran. Quelle entreprise dans le domaine énergétique ou autre prendra le risque de perdre le marché saoudien ou Qatari pour prospecter en Iran, pays aux structures bancaires et financières épuisées par 40 ans d'embargo, dont la monnaie n'est pas convertible ? Quel pays occidental va risquer d'être blacklisté d'un marché acquis pour un marché potentiel ?

L'Arabie Saoudite, toute puissante ?

L'Arabie Saoudite vient ainsi de procéder  une piqûre de rappel de sa puissance économique en lançant le projet d'ouverture en bourse de la société pétrolière Aramco valorisée à plus de 1000 milliards de $ et des réserves estimées à 15% des réserves mondiales soit plus de 265 millards de barils.

Le pays a pris la main sur le jeu des alliances dans le Golfe, jeu que les USA ont troublé en soutenant le retour de l'Iran dans le concert des Nations. La confiance dans son allié historique s'est altérée et reportée en partie sur la France. La preuve en a été l'invitation l'an dernier de Francois Hollande à la réunion du Conseil de coopération des pays du Golfe, véritable prouesse diplomatique.

En déclenchant cette crise diplomatique, avec la légitimité résultant de l'attaque de son ambassade, l'Arabie Saoudite va placer ses amis et partenaires devant un choix , être pour ou contre elle.Aucune médiation ne semble aujourd'hui possible, la Russie, l'Irak, la Turquie ont proposé leurs bons offices, en vain .

La diplomatie française adepte du "Wait and See" 

Pour la France qui a clairement défendu  les intérêts des monarchies du Golfe durant les négociations sur le nucléaire, quelles options ?
Il est à craindre que cette position ne soit pas tenable longtemps, en effet le President Rohani est attendu en visite officielle dans quelques jours en France. Dans la situation de tension actuelle, cette visite pourrait être très très mal perçue par nos alliés et partenaires du Golfe.
Son report serait un signe de faiblesse de notre diplomatie .
J'avais publié en 2013 un article sur l'échec des négociations entre l'Iran et les 5+ 1 intitulé:  " le confort du statu quo." Ce statu quo d'isolement de l'Iran a pourtant été rompu par la signature des accords en juillet dernier.

Dans ce tsunami diplomatique et stratégique,  l'Arabie Saoudite s'est sentie sans doute trahie par ses alliés historiques, et menacée dans sa souveraineté. Elle a donc pris le parti, de les mettre devant un choix de Sophie diplomatique et économique. Ce positionnement binaire, ne semble pas laisser, à ce stade de place à la médiation ou à la nuance. La défiance règne. Les rancunes et rancœurs historiques cumulées, théorisées s'expriment aujourd'hui. Une semaine après le début de cette crise diplomatique inédite, bien malin sera celui qui pourra en prévoir l'issue.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin