Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2019

Foutez nous la Paix

Lundi sans viande , mois sans alcool , procréation limitée pour cause de vertitude !

Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Foutez nous la Paix !

 L’Année débute mal .

À peine sorties les premières lueurs de 2019 voilà les prêches des gourous  de la bien pensitude  , mois sans alcool ,  journée sans viande ,procréation interdite sont les nouveaux dogmes de gens qui veulent se donner et nous donner conscience de notre effet désastreux sur la planète

Issus de l’intelligentsia parisienne ou du monde du spectacle ces nouveaux idéologues diffusent sur les réseaux leurs nouveaux dogmes de la vertitude 

Ceci est mauvais pour la santé , cela mauvais pour l’environnement suivez nous et vous aurez un bien meilleur demain et la conscience tranquille du devoir citoyen accompli.

Mais dans quel monde vivent -ils?

En finir avec la viande peut être un choix personnel tout à fait respectable .

Je suis moi-même végétarienne depuis près de 40 ans mais jamais je n’ai tenté de convertir qui sur ce soit .

Jamais non plus je n’aurais usé de violence contre une boucherie .. 

Voyez vous ,élue dans un département producteur de viande j’en assure même la promotion !

Tous ces gens n’ont aucune idée du travail des éleveurs , de leurs passions de leur affection oui ! le mot n’est pas trop fort pour le bétail qu’il y font naître et qu’ils élèvent .

Tous ces gens qui nous incitent à une journée sans viande pour le bien de l’humanité portent des vêtements de cuir et partent en vacances à St Barth négligeant , pour l’occasion ,l’impact carbone de leur déplacement .

Tout n’est pas cohérence , les individus ne sont pas cohérents , chacun d’entre nous porte son poids de contradictions et c’est bien ainsi !

Mais tout ce mouvement n’est pas anecdotique !

Il faut veiller , évidemment, à notre planète , bien commun déjà bien endommagé et s’assurer de polluer le moins possible et protéger la faune et la flore , les océans et les airs ...

Les politiques 0 plastiques sont à cet égard exemplaires même si elles sont tardives.

 Mais ces campagnes médiatisées initiées par les nouveaux gourous de la bien pensitude , ne rapprochent pas les citoyens ,ils les éloignent .

Je ne suis pas certaine que le mois sans alcool , journée sans viande soient des préoccupations des Gilets Jaunes canal historique .

Je ne suis pas certaine non plus qu’elles soient comprises en zone rurale comme autre chose qu’un hochet parisien totalement déconnecté de le réalité .

Vous qui voulez devenir végétarienne , végétalien , ne plus boire d’alcool , vous teindre les cheveux en vert , alors décidez pour vous même ce que bon vous semble ! mais de grâce faites le dans l’intimité de votre vie , sans exhibition , votre démarche n’en sera que plus convaincante !

Vous n’avez pas à étaler vos rites culinaires ou vestimentaires au grand jour comme un prêcheur à la recherche d’adeptes .

Un pasteur rassemblant les brebis égarées de la société de consommation à la quelle vous êtes ( nous sommes ) bien heureux d’appartenir.

Commençons cette année en cessant de vouloir imposer nos visions aux autres 

Personne ne détient la vérité universelle qui se tient c’est certain  dans le juste milieu.

 Mais ce que nous dit ce début d’année et ces campagnes très relayées c’est le désarroi de l’époque , la pauvreté de la pensée ,la dissolution de la nuance notamment grâce aux réseaux sociaux qui ne connaissent que le manichéisme qui flatte les pires instincts et les plus paresseux .

Ce que le génial Bernard Pivot déplorait sur Twitter .. la disparition du point virgule !!!

 Franchement je préfère croire les conseils de Pierre Perret pour un bon cassoulet ( auquel je ne touche pas )et ceux de Bernard Pivot pour un bon vin que suivre une star mille fois ripolinée qui cesse de manger de la viande!

Les premiers au moins peuvent rire , sourire et transmettent du plaisir et de l’envie !

En un mot comme en cent foutez nous la paix avec ce que l’on mange ,ce que l’on boit ,et le culte de la minceur.

Laisser les gens penser ,manger ,croire , ne pas croire , comme ils le veulent dans le respect  des autres et des lois de la République . 

Personne ne peut s’arroger le droit de juger de condamner de détruire le bien d’autrui!

Le dialogue est salutaire , l’invective et la violence non .

Remettons le respect de l’autre ,l’écoute et la tolérance au cœur de notre système de vie et de pensée .

Respect de chacun et de chacune respect de la République et de ses valeurs 

C’est le vœux que je forme pour 2019  

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis