Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2017

Le Liban en danger !

Le Liban en danger d’être le prochain champ de bataille de l’Arabie Saoudite et l’Iran ... les menaces régionales convergent vers le pays du Cédre .

Sénateur Goulet
Sénateur membre de la Commission des Finances
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Liban en danger d’être le prochain champ de bataille de l’Arabie Saoudite et de l’Iran.

Chacun a pu commenter à souhait la “purge “ opérée par le prince Mohammed Bin Salman la semaine dernière au sein de la famille royale et des hauts responsables de la sécurité du Royaume.

Comme je l’écrivais, la démission pratiquement concomitante du Premier ministre Hariri , depuis Ryad, sa ville natale, ne pouvait être le fruit du hasard.
Depuis quelques jours, les déclarations se sont multipliées, plus inquiétantes les unes que les autres.
Monsieur Nasrallah, figure emblématique du Hezbollah libanais, a d’abord condamné cette démission téléguidée, d’après lui par Mohammed Bin Salman, comme portant atteinte à la souveraineté du Liban, puis les autres leaders de la région ont exprimé leurs inquiétudes.
Inquiétude de voir le Liban déstabilisé de nouveau, en proie à des démons, les siens mais aussi à ceux de ses voisins qui depuis plus de 40 ans règlent leurs différents dans le pays du Cèdre.
Et voilà bien ce qui se profile.

Les déclarations multiples et publiques de responsables saoudiens, affirmant que le Liban avait déclaré la guerre au Royaume, ne font sourire personne.
Cette affirmation est surréaliste, comment ce pays à peine remis de mois d’instabilité, choqué par la démission annoncée de son Premier ministre emblématique, comment le Liban pourrait-il penser à déclarer la guerre à l’Arabie Saoudite !
L’Arabie Saoudite , amie qui devait contribué financièrement à son équipement militaire l’an dernier pour des centaines de millions, gelés par suite de la politique de Saad Hariri, trop complaisante d’après elle a l’égard du Hezbollah.

Tout ceci n’a aucun sens , aucun sens sauf si l’on considère le Liban par extrapolation et fantasme comme un proxy chiite de l’Iran.
Alors cette déclaration prend sens.
L’Iran qui arme les Houtis du Yémen cherchant à construire un Hezbollah aux frontières du royaume saoudien, l’Iran qui arme les minorités (qui sont en fait majoritaires) chiites du royaume de Bahreïn et ont provoqué les insurrections de la place de la Perle, l’Iran qui de façon directe ou indirecte est responsable de tous les maux, l’Iran enfin qui a pu obtenir un renversement d’alliance inouïe, inexplicable, inattendu, inadmissible sous le mandat de Barack Obama avec la signature de l’accord sur le nucléaire iranien.
L’Iran de retour sur le scène internationale comme puissance régionale est un fait insoutenable pour l’Arabie Saoudite .

L’Iran qui manipule, arme et actionne le Hezbollah au Liban, l’Iran c’est le Hezbollah , le Hezbollah c’est le Liban.
l’Iran est l’ennemi, donc le Liban est ennemi.
Au terme de cette équation mortifère le Liban devient l’ennemi annoncé.
Des rumeurs circulent à Beyrouth ce matin sur un bref passage de Saad Hariri qui présenterait sa démission avant d’annuler son retrait de la vie politique et de s’exiler en France, tout comme on parle de la volonté de Mohammed Bin Salman de le remplacer à la tête du courant du Futur par son frère ainé Bahaa, dont le profil est bien plus proche du sien .

L’Arabie Saoudite a construit , ses dernières années un véritable croissant anti chiite.
L’Égypte, armée de Rafales et de navires payés par l’Arabie Saoudite à prix d’or à la France et comme remerciement, le retour de deux îles dont la propriété égyptienne était contestée et une lutte commune contre les “frères musulmans “ et leurs proxies.
Le Royaume a aussi renoué des liens avec la Turquie et son Président.

Enfin la mise au ban des Pays du Golfe, du Qatar, pour ses liens réels ou supposés avec les Frères musulmans et l’Iran, permet de solidifier ce croissant anti -chiite et anti iranien dont la carte se dessine clairement.

Les Pays du Golfe, sans le Qatar et avec une neutralité traditionnelle et sage du Sultanat d’Oman, la Turquie, l’Egypte, avec comme joker des liens avoués avec Israël qui ne peut que se frotter les mains d’une telle aubaine.
Le tout renforcé par la politique de Donald Trump, il n’en faut pas plus pour enflammer toute une région poudrière sui generis.

La prochaine étape serait-elle une attaque israélienne au Sud Liban ?
Chacun attend et redoute la suite de ce terrible feuilleton, dont dépend la paix et la sécurité de la région, mais aussi d’un monde totalement désorienté et d’une communauté internationale totalement inefficace et inaudible.
Dans ce jeu perdant-perdant la France peut et doit intervenir rapidement, prendre attache des parties concernées et se poser clairement comme défenseur de l’intégrité territoriale du Liban.
La France doit aussi se faire médiateur entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, le monde ne peut pas faire les frais d’un mécano diabolique et infantile entre géants, dont la maturité politique est inversement proportionnelle aux moyens de mort dont ils disposent.
La France est attendue et espérée, son silence serait une faute irréparable

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau